CARDUCCI GIOSUÈ (1835-1907)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Carducci n'est pas au nombre des poètes dont l'œuvre se passe de références à des faits biographiques ou à des événements contemporains. Constamment sollicité par l'affaire du jour ou par l'incident personnel, plus enclin à l'affrontement qu'à l'estimation sereine, assez prompt à compenser la hâte de la réflexion par le fracas du langage, il rend assez bien l'image de l'« écho sonore », un écho résonnant au cœur du siècle qui vit s'édifier l'unité politique de l'Italie. Ce poète fut aussi, pendant près de cinquante années, un professeur. Maître actif et écouté, sa production critique et polémique ne le cède guère à sa production poétique. Peu d'écrivains ont été aussi continuellement aux prises avec l'œuvre de leurs devanciers. D'où l'érudition souvent allusive de nombre de ses pièces, ses expériences de métrique savante, la rencontre dans ses vers du mot violemment actuel et du vocable doctement exhumé.

Le professeur Carducci

Fils d'un petit médecin libéral et patriote, Carducci naquit dans le gros bourg de Pietrasanta, en Toscane du Nord-Ouest. Il fut mis à quatorze ans chez les « Scolopi » de Florence, éducateurs religieux en renom, avant de se présenter, sur le conseil d'un de ses maîtres qui avait apprécié ses tout premiers vers et le recommanda comme un jeune homme « chrétiennement et civilement bien élevé », au concours d'entrée de l'École normale supérieure. Il y fut reçu à l'âge de dix-huit ans, y noua des amitiés durables, et reçut, à sa sortie, en 1856, un poste au lycée de la petite ville toscane de San Miniato al Tedesco, où il se conduisit de façon peu édifiante, au jugement de ses supérieurs. Il ne revint pas l'année suivante à San Miniato, préférant gagner sa vie à Florence par des travaux d'édition. Dures années, attristées par le suicide de son frère Dante et la mort de son père. Il venait de se résoudre à accepter un poste de professeur au lycée de Pistoie, quand le ministre de l'Instruction publique du premier gouvernement de l'Italie unifiée lui offrit, en 1860, une chaire d'éloquence italienne à l'université de Bologne. Carducci accepta cette p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  CARDUCCI GIOSUÈ (1835-1907)  » est également traité dans :

CRÉPUSCULAIRES LES

  • Écrit par 
  • Norbert JONARD
  •  • 1 366 mots
  •  • 1 média

En 1910, le critique italien Giuseppe Antonio Borgese a qualifié, non sans ironie, de « crépusculaire » la poésie d'un groupe de jeunes écrivains de son pays qui n'avaient « qu'une émotion à chanter : la trouble et limoneuse mélancolie de n'avoir rien à dire ni à faire ». Après avoir brillé de tout son éclat avec Carducci, Pascoli et D'Annunzio, la poésie semblait, en effet, s'être tout à coup é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-crepusculaires/#i_2237

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Bilan et survie du romantisme »  : […] On a vainement essayé d'assigner des dates à la fin de la poussée romantique en divers pays d'Europe. On a fait état de diverses condamnations qui ont souligné, dès 1830 ou 1840 selon les pays, les excès, les faiblesses, les ridicules du romantisme. Matthew Arnold a voulu persuader les Anglais de se détourner du byronisme pour lire Goethe, ou pour se mettre à l'école des Grecs ou de la France de S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_2237

Pour citer l’article

Paul RENUCCI, « CARDUCCI GIOSUÈ - (1835-1907) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giosue-carducci/