CARDUCCI GIOSUÈ (1835-1907)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Carducci n'est pas au nombre des poètes dont l'œuvre se passe de références à des faits biographiques ou à des événements contemporains. Constamment sollicité par l'affaire du jour ou par l'incident personnel, plus enclin à l'affrontement qu'à l'estimation sereine, assez prompt à compenser la hâte de la réflexion par le fracas du langage, il rend assez bien l'image de l'« écho sonore », un écho résonnant au cœur du siècle qui vit s'édifier l'unité politique de l'Italie. Ce poète fut aussi, pendant près de cinquante années, un professeur. Maître actif et écouté, sa production critique et polémique ne le cède guère à sa production poétique. Peu d'écrivains ont été aussi continuellement aux prises avec l'œuvre de leurs devanciers. D'où l'érudition souvent allusive de nombre de ses pièces, ses expériences de métrique savante, la rencontre dans ses vers du mot violemment actuel et du vocable doctement exhumé.

Le professeur Carducci

Fils d'un petit médecin libéral et patriote, Carducci naquit dans le gros bourg de Pietrasanta, en Toscane du Nord-Ouest. Il fut mis à quatorze ans chez les « Scolopi » de Florence, éducateurs religieux en renom, avant de se présenter, sur le conseil d'un de ses maîtres qui avait apprécié ses tout premiers vers et le recommanda comme un jeune homme « chrétiennement et civilement bien élevé », au concours d'entrée de l'École normale supérieure. Il y fut reçu à l'âge de dix-huit ans, y noua des amitiés durables, et reçut, à sa sortie, en 1856, un poste au lycée de la petite ville toscane de San Miniato al Tedesco, où il se conduisit de façon peu édifiante, au jugement de ses supérieurs. Il ne revint pas l'année suivante à San Miniato, préférant gagner sa vie à Florence par des travaux d'édition. Dures années, attristées par le suicide de son frère Dante et la mort de son père. Il venait de se résoudre à accepter un poste de professeur au lycée de Pistoie, quand le ministre de l'Instruction publique du premier gouvernement de l'Italie unifiée lui offrit, en 1860, une chaire d'éloquence italienne à l'université de Bologne. Carducci accepta cette promotion inespérée, et ne quitta la chaire de Bologne qu'à sa retraite, en 1904.

Ce qui avait attiré l'attention du ministre Mamiani sur Carducci, c'était un recueil de vingt-huit poésies publié en 1857. Le normalien de Pise avait composé, deux ans plus tôt, pour se procurer un peu d'argent, une anthologie scolaire, La Harpe du peuple, choix de poésies religieuses, morales et patriotiques, qui va de Dante à de très récents couplets populaires de la campagne toscane. Il est aisé d'y reconnaître le postulat romantique de la poésie « spontanée », « émanation de l'âme du peuple ». Carducci ne fut pas longtemps fidèle à cette option littéraire. Dès 1856, il s'était, en effet, joint au groupe de la revue L'Appendice, qui combattait en faveur du classicisme au nom de l'italianité, et avait écrit plusieurs poèmes, inclus plus tard dans les Juvenilia, où il s'en prenait tout ensemble aux maîtres austro-hongrois de la Lombardo-Vénétie, au pape régnant à Rome sous la protection de la France, et à « la scélérate famille des buveurs d'eau romantiques ». Les vers du recueil de 1857 ne furent pas moins classiques – trop, au gré de certains –, mais ils plurent assez à Mamiani, dont les amis se trouvaient pourtant en majeure part du côté des romantiques.

Marié en 1859, Carducci eut, à Bologne, ses quatre enfants, dotés de prénoms littéraires (Béatrice, Laure, Dante) ou politique (Liberté, en abrégé « Titti »). Dès lors, sa vie se partagea entre sa famille, son enseignement, sa poésie et la politique. Menacé d'être déplacé d'office en 1868, en raison de son hostilité envers le gouvernement, suspendu quelque temps pour avoir pris part à un banquet antiroyaliste et signé une adresse à Mazzini, il fut élu, en 1876, député républicain, mais éliminé, par tirage au sort, du nombre, jugé excessif, des professeurs parlementaires. Or, deux ans plus tard, il célébrait, dans une ode très inattendue, la reine d'Italie, venue à Bologne en visite officielle. Il dit bien qu'il avait voulu glorifier la majestueuse beauté de la reine, non la monarchie, mais la suite prouve que l'ode marquait bien le début d'une évolution vers le modérantisme. Celle-ci le conduira à accepter, en 1890, un siège à vie au Sénat du royaume, et même, l'année suivante, à parrainer le drapeau d'un cercle monarchiste. Le prix Nobel allait lui apporter, en 1906, quelques mois avant sa mort (à Bologne) une distinction moins controversée.

De Bologne, où il arriva plein de fougue, mais peu préparé à sa tâche de professeur d'Université, si bien qu'il consacra presque entièrement ses cinq ou six premières années d'enseignement magistral à sa propre formation, Carducci ne s'éloigna plus guère. Il se rendit une fois à Trieste, alors autrichienne, alla présider des examens à Naples, mais ne franchit jamais ni les Alpes ni la mer. Sa connaissance de l'étranger et de la majeure partie de l'Italie est restée purement livresque. Au demeurant, c'est avant 1860 que sa personnalité semble s'être décidée et, à peu de chose près, fixée. Il avait vécu sa jeunesse dans un concert d'aspirations confuses, de songes rhétoriques, d'élans imprécis, qu'il avait à faire coexister avec les difficultés matérielles, les soucis humiliants. Quand les événements espérés survinrent, Carducci ne les trouva ni aussi résolutifs ni aussi grands qu'il les avait rêvés. Quand il les célèbre, le cœur n'y est qu'à demi. Il ne parvient pas à faire coïncider son univers d'attente, qui est d'essence rhétorique ou poétique, avec celui que l'histoire est en train de composer. La déception le rejette, sarcastique et parfois acrimonieux, vers les petits côtés de ce monde éloigné de ses espérances ; la verve acide d'un désenchanté s'unit volontiers chez lui au goût de la saillie mordante, du mot provocateur, de la malédiction, quand vient à faire défaut l'élan poétique véritable, celui qui lui a dicté ses chefs-d'œuvre.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  CARDUCCI GIOSUÈ (1835-1907)  » est également traité dans :

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 151 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Bilan et survie du romantisme »  : […] On a vainement essayé d'assigner des dates à la fin de la poussée romantique en divers pays d'Europe. On a fait état de diverses condamnations qui ont souligné, dès 1830 ou 1840 selon les pays, les excès, les faiblesses, les ridicules du romantisme. Matthew Arnold a voulu persuader les Anglais de se détourner du byronisme pour lire Goethe, ou pour se mettre à l'école des Grecs ou de la France de S […] Lire la suite

CRÉPUSCULAIRES LES

  • Écrit par 
  • Norbert JONARD
  •  • 1 367 mots
  •  • 1 média

En 1910, le critique italien Giuseppe Antonio Borgese a qualifié, non sans ironie, de « crépusculaire » la poésie d'un groupe de jeunes écrivains de son pays qui n'avaient « qu'une émotion à chanter : la trouble et limoneuse mélancolie de n'avoir rien à dire ni à faire ». Après avoir brillé de tout son éclat avec Carducci, Pascoli et D'Annunzio, la poésie semblait, en effet, s'être tout à coup é […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul RENUCCI, « CARDUCCI GIOSUÈ - (1835-1907) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/giosue-carducci/