GUÉRIN GILLES (1609-1678)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Paris, Gilles Guérin est l'élève du père de Charles Le Brun, dont il sera l'ami. Il passe sans doute par l'atelier de Simon Guillain et entre dans l'équipe réunie autour de Jacques Sarrazin, avec lequel il travaille aux Caryatides du pavillon de l'Horloge au Louvre et au château de Maisons où il exécute pour le vestibule d'honneur les bas-reliefs des Quatre Éléments. Sculpteur officiel employé par le roi, il travaille au château de Fontainebleau, où il reste de lui les têtes colossales de Mercure qui surmontent les piles dans la cour des Offices. Tout naturellement, il passe à Versailles ; il a d'ailleurs, pour l'Hôtel de Ville de Paris, sculpté une effigie de Louis XIV, jeune souverain triomphant piétinant l'hydre de la Fronde, ce qui le montre bien en cour et disposé à exalter dans le marbre la gloire du Roi-Soleil (Chantilly). Pour le grand ensemble de la grotte de Thétys, il reçoit commande d'un des deux groupes des chevaux du Soleil pansés par des tritons, fougueux et réalistes, qui prennent place de nos jours dans le bosquet imaginé par Hubert Robert. Une des grandes statues du parc lui est due : L'Amérique, au bizarre accoutrement de Peau-Rouge. Il est habile aussi dans la sculpture décorative, comme le montrent ses reliefs de la chambre de Louis XIV au Louvre ou du bosquet des Dômes. Ses monuments funéraires ne sont pas sans intérêt, quoique le plus important, le tombeau d'Henri de Bourbon à l'église de Vallery (Yonne), avoue sa dette envers Sarrazin. Plus personnelle et vigoureuse est l'effigie agenouillée du duc de La Vieuville (Louvre), à la draperie somptueuse. Il travaille pour l'aristocratie, décorant le château de Guermantes, et aussi pour une clientèle ecclésiastique : l'autel de Ferrières en Gâtinais comporte des figures solides et équilibrées. Talent robuste sans grande originalité, Guérin, qui meurt à Paris, ne semble pas avoir connu l'Italie et n'a guère quitté la capitale que pour des commandes limitées et peu lointaines, comme le jubé de Saint-Gervais de Soissons.

—  François SOUCHAL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GUÉRIN GILLES (1609-1678)  » est également traité dans :

FONTAINEBLEAU CHÂTEAU DE

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 846 mots
  •  • 2 médias

Situé au centre d'une magnifique forêt, le palais de Fontainebleau fut la résidence de presque tous les rois de France depuis Louis VII. L'époque la plus brillante pour le château est le xvi e siècle. François I er y réunit un groupe remarquable d'artistes italiens et français, qui agrandissent et décorent sa demeure : i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chateau-de-fontainebleau/#i_41744

MAISONS-LAFFITTE

  • Écrit par 
  • Sophie CUEILLE, 
  • Claude MIGNOT
  •  • 2 984 mots

Dans le chapitre « De la sculpture classique à la sculpture néo-classique »  : […] À l'intérieur du château comme sur les façades se déploie un admirable décor sculpté dessiné par Jacques Sarrazin (1592-1660) : bas-relief des quatre Éléments sculpté dans le vestibule par Gilles Guérin, groupes d'enfants perchés sur les corniches du grand escalier sculptés par Philippe de Buyster, cheminée des Captifs par Gilles Guérin. Le décor peint est plus réduit, sauf dans le Petit Cabinet a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maisons-laffitte/#i_41744

Pour citer l’article

François SOUCHAL, « GUÉRIN GILLES - (1609-1678) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilles-guerin/