GHAB ou RHĀB

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plaine de Syrie où coule l'Oronte moyen, le Ghab ou Rhāb est large d'une dizaine de kilomètres, et long, du nord au sud, d'environ 100 kilomètres. Fossé d'effondrement d'une altitude variant entre 175 et 168 mètres, il est encadré à l'ouest par la retombée brutale du djebel Alaouite (1 583 m) et à l'est par le rebord abrupt du djebel Zaouiyé (935 m) ; il se situe structuralement dans le prolongement des grands effondrements de la Bekaa, du fossé du Jourdain et de la mer Morte, de la mer Rouge et de la Rift Valley africaine. Le Ghab était autrefois prospère : à l'époque hellénistique, les Séleucides y avaient installé leurs haras ; la ville d'Apamée, située sur le plateau du djebel Zaouiyé, en était la capitale. Progressivement, la décadence entraîna l'extension considérable des marécages, facilitée par la surélévation de l'Oronte au-dessus de sa plaine. Jusqu'en 1930, le Ghab était une plaine malarienne désolée, occupée en hiver par un immense marécage, où des pêcheurs vivaient dans des huttes misérables ; en été, les montagnards descendaient du djebel Alaouite pour pratiquer, sur les terres libérées, de médiocres cultures de sorgho, et les Bédouins y trouvaient des pâturages. Les premiers projets de mise en valeur sont élaborés en 1934-1935 pour y installer les réfugiés assyro-chaldéens d'Irak. Il faut attendre 1954 pour que l'État commence à entreprendre un grand projet d'assainissement (drainage), d'irrigation et de développement de l'infrastructure socio-économique. Plusieurs dizaines de milliers d'hectares sont irrigués (riz, betterave à sucre). Les marécages ont été asséchés. La population est en majorité alaouite, sauf dans les anciennes bourgades (Jisr esh-Shūgur, Qalaat et Moudiq, Cheizar, Acharne) où elle est musulmane sunnite avec une minorité chrétienne. La Syrie a fait du Ghab une zone de développement modèle.

—  Jean-Marc PROST-TOURNIER

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth

Classification


Autres références

«  GHAB ou RHAB  » est également traité dans :

ORONTE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 588 mots
  •  • 1 média

Rivière du Proche-Orient, l'Oronte (en arabe, Nahr al-‘Asī : « le fleuve rebelle ») est long de 570 kilomètres et présente un débit moyen de 78,5 mètres cubes par seconde. Il naît au Liban, dans la Bekaa (Ain Zerqa : la « Source bleue »), au nord du seuil de Baalbek qui le sépare du bassin du Litani. Il traverse des seuils rocheux et draine d'anciennes cuvettes ; aussi sa vallée, de formation réce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oronte/#i_49844

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 34 141 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Conditions physiques et climatiques »  : […] La Syrie est une table inclinée vers l’est. Les mouvements alpins du Taurus et le rift de la mer Morte expliquent le relief accidenté de l’ouest du pays, tandis que de vastes plateaux s’étendent dans l’intérieur. Le littoral méditerranéen est composé d’une étroite plaine adossée au djebel Ansarieh (ou montagne Alaouite) qui culmine à 1 602 m au Nebi Younès. Ce massif calcaire, modeste réplique du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syrie/#i_49844

Pour citer l’article

Jean-Marc PROST-TOURNIER, « GHAB ou RHĀB », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ghab-rhab/