Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GESUALDO CARLO (repères chronologiques)

Vers 1561 Naissance de Carlo Gesualdo, prince de Venosa, comte de Conza, probablement dans les environs de Naples ; il est le deuxième fils de Fabrizio Gesualdo et de Girolama Borromeo, nièce du pape Pie IV.

1585 Le motetNe reminiscaris, Domine, première œuvre publiée de Gesualdo, témoigne de sa maîtrise du contrepoint.

1586 Gesualdo épouse sa cousine Maria d'Avalos, qui va entretenir une liaison avec le jeune et brillant Fabrizio Carafa, duc d'Andria.

16 octobre 1590 Gesualdo surprend sa femme en flagrant délit d'adultère avec Fabrizio Carafa et les tue (ou les fait tuer). Il se réfugiera dans son fief de Gesualdo, près d'Avellino, en Campanie, où il créera ultérieurement sa propre imprimerie afin d'éditer ses compositions.

21 février 1594 Gesualdo épouse à Ferrare Leonora d'Este, nièce du duc de Ferrare Alfonso II. Ferrare est depuis plus d'un siècle un des plus brillants centres artistiques de l'Italie, en particulier pour la musique profane ; Gesualdo s'y lie d'amitié avec Le Tasse.

Mai-juin 1594 Gesualdo fait éditer par Vittorio Baldini, imprimeur et graveur de Ferrare, ses deux premiers livres de madrigaux à cinq voix (Madrigali libro primo et Madrigali libro secondo) ; neuf madrigaux sont sur des textes du Tasse. Comme il était inconcevable qu'un noble s'abaisse à publier de la musique, la préparation et la publication sont confiées à son maître de chapelle Scipione Stella, lui-même compositeur et organiste. Le IIe Livre avait d'ailleurs été publié avant cette date sous le nom de Gioseppe Pilonij.

Mars 1595 Le IIIe Livre de madrigaux (Madrigali libro terzo), à cinq voix, est publié par Vittorio Baldini à Ferrare.

1595 Gesualdo fait à Ferrare la connaissance du compositeur et organiste Luzzasco Luzzaschi, qui emploie notamment les modes antiques et utilise un clavecin chromatique, le célèbre arcicembalo (ou archicembalo) de Nicola Vicentino, avec ses touches divisées et ses notes supplémentaires (cet instrument possède 37 degrés chromatiques à l'octave). Cette rencontre sera décisive pour l'évolution du style de Gesualdo.

1596 Le IVe Livre de madrigaux (Madrigali libro quarto), à cinq voix, est publié par Vittorio Baldini à Ferrare ; il est dédié à Luzzasco Luzzaschi.

Octobre 1600 Alfonsino, fils de Leonora et de Carlo, meurt ; les relations des deux époux se dégradent.

1603 Gesualdo fait publier chez Costantino Vitale à Naples deux livres de Sacrae Cantiones, le premier à cinq voix, le second, qui nous est parvenu incomplet, à six et sept voix.

1611 Gesualdo compose beaucoup. Il publie sur ses presses personnelles de Gesualdo un livre de répons à six voix pour l'office de ténèbres de la semaine sainte (Responsoria et alia ad Officium Hebdomadae Sanctae spectantia), avec un Benedictus Dominus Deus Israel et un Miserere mei, Deus. Il publie également ses Ve et VIe Livres de madrigaux, à cinq voix (Madrigali libro quinto, Madrigali libro sesto).

1613 Ses six livres de madrigaux à cinq voix (Partitura delli sei libri de'madrigali) sont publiés en un seul volume chez Giuseppe Pavoni, à Gênes.

8 septembre 1613 Carlo Gesualdo meurt dans son château de Gesualdo.

1626 Mutio Effrem supervise à Naples la publication d'un livre de madrigaux à six voix de Carlo Gesualdo, dont il ne reste qu'une seule pièce.

— Juliette GARRIGUES

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • Ve ET VIe LIVRES DE MAGRIGAUX (C. Gesualdo)

    • Écrit par Juliette GARRIGUES
    • 279 mots
    • 1 média

    Prince et assassin, Carlo Gesualdo publie en 1611 ses Ve et VIe Livres de madrigaux, à cinq voix, qui renferment les plus tragiques, les plus violentes et les plus fascinantes de ses compositions. Le madrigal italien, illustré notamment par Luca Marenzio et Claudio Monteverdi, atteint chez Gesualdo...

  • FIGURALISME

    • Écrit par Antoine GARRIGUES
    • 1 324 mots
    ...harmonique fut assimilé à une figure de rhétorique, parfois dans la confusion des genres créateurs. Diversement jugé par ses contemporains et par la postérité, Carlo Gesualdo (vers 1561-1613) déploya, à partir du Quatrième Livre de madrigaux (publié en 1596), des ressources de plus en plus complexes de l'écriture...
  • MADRIGAL

    • Écrit par France-Yvonne BRIL
    • 2 193 mots
    ...env.-1605, qui, avec l'Amfiparnasso, donna une sorte d'interprétation musicale de la commedia dell'arte) et surtout Luca Marenzio (1553 ou 1554-1599) et CarloGesualdo (1560 env.-1613), qui portèrent à leur perfection tous les caractères stylistiques du madrigal jusque-là ébauchés.

Voir aussi