MOORE GERALD (1899-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Faut-il jouer moins fort ?

Derrière cette fréquentation quotidienne de l'Élysée du chant, peu de chose en vérité pour nourrir une biographie : la présentation des concerts de midi à la National Gallery, des cours d'interprétation et des conférences dans le monde entier et un chapelet de livres – The Unashamed Accompanist, Singer and Accompanist, Am I too Loud ? Memoirs of an Accompanist, The Schubert Song Cycles, Farewell Recital : Further Memoirs – où se mêlent souvenirs et vision aiguë du répertoire.

Quand, le 20 février 1967, Gerald Moore donne au Royal Festival Hall de Londres son concert d'adieu, c'est avec l'affectueux hommage de ces divinités du lied que sont Victoria de Los Angeles, Elisabeth Schwarzkopf et Dietrich Fischer-Dieskau. Une dernière fois, il joue ce répertoire où il s'illustre depuis quarante-deux ans : Mozart, Haydn, Schubert, Mendelssohn, Schumann, Brahms, Wolf, pour lequel il s'est tant battu, et, pour finir dans un sourire, Rossini avec un inénarrable Duo des chats. Daniel Barenboim ira le tirer de sa retraite de Box Hill pour quelques enregistrements encore avant qu'il ne disparaisse le 13 mars 1987, à Penn, dans le Buckinghamshire.

Humilité devant la partition, pudeur des sentiments et des effets, simplicité de la ligne musicale définissent un jeu où la perfection technique elle-même se cache sous la justesse de la respiration et le raffinement des couleurs. Passionnément à l'écoute de la voix, Gerald Moore nous offre la présence d'un poète et l'autorité d'un maître : l'évidence en habit de velours.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Gerald Moore

Gerald Moore
Crédits : T. Hopkins/ Hulton Getty

photographie

Fischer-Dieskau

Fischer-Dieskau
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MOORE GERALD (1899-1987)  » est également traité dans :

FERRIER KATHLEEN (1912-1953)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 784 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Have mercy, lord, on me » »  : […] Kathleen Mary Ferrier naît le 22 avril 1912 à Higher Walton, un village situé près de Preston (Lancashire, Angleterre), dans une famille modeste – son père est maître d'école – mais férue de musique (sa sœur aînée, Winifred, écrira la première biographie d'importance de la grande chanteuse). À l'âge de quatorze ans, Kathleen doit quitter l'école et travailler à la Poste pour aider financièrement s […] Lire la suite

FISCHER-DIESKAU DIETRICH (1925-2012)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 2 443 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Naissance d'un révolutionnaire »  : […] Dietrich Fischer-Dieskau naît à Berlin le 28 mai 1925. Dès ses seize ans, il travaille sa voix avec Georg A. Walter et mène parallèlement des études universitaires poussées. Admis en 1942 à la Musikhochschule de Berlin, il devient l'élève d'Hermann Weissenborn. Incorporé dans la Wehrmacht en 1943, il termine la guerre dans un camp de prisonniers de l'armée américaine en Italie, où il donne en 1945 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « MOORE GERALD - (1899-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gerald-moore/