KÖHLER GEORGES (1946-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Immunologiste allemand, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1944 (conjointement à César Milstein et Niels Jerne), pour le développement d'une technique de production d'anticorps monoclonaux. Ces molécules protéiques pures, toutes identiques, capables de reconnaître avec une grande sensibilité l'antigène correspondant, sont utilisées dans le diagnostic et le traitement de nombreuses maladies.

Georges Jean Franz Köhler est né à Munich le 17 avril 1946. Il obtient un doctorat de biologie en 1974, à l'université de Fribourg, en Allemagne. De 1974 à 1976, il travaille avec César Milstein au sein du laboratoire de biologie moléculaire du Medical Research Council, à Cambridge, en Grande-Bretagne. Ensemble, ils découvrent, en 1975, la méthode qui les rendra célèbres.

Il existe, au sein du système immunitaire, des cellules appelées lymphocytes B, qui sécrètent différents types d'anticorps. La fonction de ces anticorps est de se lier aux antigènes (substances étrangères) ayant pénétré dans l'organisme. Le système immunitaire produit un large éventail d'anticorps, chaque type étant capable de se fixer sur un site qui lui est complémentaire à la surface d'un antigène (constituant chimique appartenant en propre à une espèce ou une souche particulière de bactéries). Pour préparer une quantité importante d'anticorps, les spécialistes avaient l'habitude d'injecter un antigène à un animal, d'attendre que des anticorps soient produits, puis de prélever du sang et d'isoler les anticorps. Mais les anticorps obtenus par cette méthode n'étaient presque jamais purs, car la plupart des antigènes possèdent à leur surface de nombreux sites reconnaissables, qui suscitent chacun la formation d'un type différent d'anticorps.

Georges Köhler et César Milstein comprirent que si une méthode pouvait être trouvée pour cloner les lymphocytes – c'est-à-dire pour les faire se diviser à l'infini dans un milieu de culture –, la population de lymphocytes ainsi obtenue sécréterait des molécules anticorps toutes identiques. Cependant, les lymphocytes ont une vie brève et ne peuvent être cultivés de manière satisfaisante. Köhler et Milstein résolurent ce problème en provoquant la fusion de lymphocytes avec des cellules de myélome (un type de tumeur), qui ont la particularité de pouvoir se reproduire indéfiniment. Les cellules hybrides ainsi formées produisent une seule espèce d'anticorps et se multiplient indéfiniment.

Le développement des anticorps monoclonaux a révolutionné le diagnostic de nombreuses affections et fourni de nouveaux agents thérapeutiques, puisqu'ils peuvent être conçus pour se lier spécifiquement à certains types de cellules ou d'autres antigènes et peuvent être utilisés pour transporter des médicaments jusqu'à ces cellules.

Georges Köhler a travaillé à l'institut d'immunologie de Bâle de 1976 à 1985. En 1985, il devient l'un des trois directeurs de l'institut d'immunobiologie Max-Planck, à Fribourg.

Il meurt le 1er mars 1995, à Fribourg.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  KÖHLER GEORGES (1946-1995)  » est également traité dans :

ANTICORPS MONOCLONAUX

  • Écrit par 
  • Michel MAUGRAS, 
  • Jean-Luc TEILLAUD
  •  • 2 135 mots

Les anticorps, ou immunoglobines, sont des protéines sécrétées par une famille de cellules, les lymphocytes , dont la principale propriété est de reconnaître le « non-soi ». Les substances chimiques reconnues comme étrangères, qu'elles soient des associations de molécules ou des molécules, sont appelées antigènes. L'anticorps identifiera l'antigène grâce à la complémentarité entre une partie de l […] Lire la suite

HÉMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean BERNARD, 
  • Michel LEPORRIER
  •  • 8 446 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Traitements « ciblés » »  : […] La chimiothérapie des leucémies est toxique sur les cellules malignes, mais aussi sur les cellules ayant un rythme de renouvellement rapide, notamment les cellules normales du sang. Le rêve de l'hématologiste est de disposer de traitements attaquant spécifiquement et exclusivement les cellules leucémiques. Ce rêve est aujourd'hui réalité. La première est représentée par les anticorps dit monoclon […] Lire la suite

IMMUNITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Michel FOUGEREAU, 
  • Dominique KAISERLIAN-NICOLAS, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 21 522 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Immunoglobulines »  : […] Nous venons de voir que le système immunitaire produit des molécules capables d'identifier « soi » et « non-soi » : ce sont les anticorps ou immunoglobulines, Ig en abrégé. Ils peuvent être soit libres dans l'organisme et véhiculées par le courant circulatoire, soit attachées aux lymphocytes (de type B) qui les produisent. La spécificité de la reconnaissance, posée en termes rigides (à chaque ant […] Lire la suite

MILSTEIN CÉSAR (1927-2002)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc TEILLAUD
  •  • 899 mots
  •  • 1 média

César Milstein est un biochimiste britannique d'origine argentine qui a reçu, avec l'Allemand Georg J. F. Köhler (1946-1995) et le Danois Niels K. Jerne (1911-1994), le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1984. Le nom de Milstein, comme celui de Georg Köhler, reste associé à l'une des grandes découvertes technologiques de l'immunologie moderne : la fabrication des anticorps monoclonaux, c'e […] Lire la suite

Pour citer l’article

« KÖHLER GEORGES - (1946-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-kohler/