MILSTEIN CÉSAR (1927-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

César Milstein est un biochimiste britannique d'origine argentine qui a reçu, avec l'Allemand Georg J. F. Köhler (1946-1995) et le Danois Niels K. Jerne (1911-1994), le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1984. Le nom de Milstein, comme celui de Georg Köhler, reste associé à l'une des grandes découvertes technologiques de l'immunologie moderne : la fabrication des anticorps monoclonaux, c'est-à-dire d'anticorps tous identiques produits par un clone unique de lymphocytes B.

César Milstein

Photographie : César Milstein

Le scientifique argentino-britannique César Milstein (1927-2002), ici dans son laboratoire de Cambridge (Royaume-Uni), a reçu le prix Nobel de physiologie ou médecine 1984 avec son collègue Georges Köhler, pour leurs travaux sur l'isolement, la caractérisation et la production des... 

Crédits : MRC Laboratory of Molecular Biology

Afficher

Le parcours de César Milstein illustre l'histoire tourmentée du xxe siècle. Né à Bahía Blanca en Argentine le 8 octobre 1927, au sein d'une famille d'immigrés juifs russes, Milstein fait ses études à l'université de Buenos Aires jusqu'à l'obtention d'un doctorat de chimie, où l'enzymologie tient une place prépondérante. En 1958, il rejoint l'université de Cambridge et obtient un second doctorat en 1960. C'est là qu'il rencontre un scientifique exceptionnel, le biochimiste Frederick Sanger, deux fois lauréat du prix Nobel de chimie (1958 et 1980). Après un bref retour dans son pays d'origine de 1961 à 1963, Milstein émigre de nouveau à la suite d'un coup d'État militaire, considérant qu'il n'est plus possible de faire de la recherche en Argentine dans des conditions matérielles et intellectuelles acceptables. Il rejoint alors Sanger au laboratoire de biologie moléculaire du Medical Research Council de Cambridge, qui vient d'être créé et est dirigé par un autre Prix Nobel de chimie (1962), Max F. Perutz. C'est donc entouré de biochimistes et de biologistes moléculaires exceptionnels que Milstein va mener ses travaux, de plus en plus tournés vers l'immunologie moléculaire et plus précisément vers l'étude des anticorps.

Les anticorps sont des protéines sécrétées par des globules blancs, les lymphocytes B. Ils circulent dans l'organisme et sont présents en grande quantité dans le sérum. Ils neutralisent et aident à l'éradication d'agents infectieux, de toxines, ou de cellules cancéreuses. Cette capacité remarquable qu'ont les anticorps à reconnaître pratiquement n'importe quelle molécule est liée à leur diversité, c'est-à-dire à l'extraordinaire hétérogénéité de leur structure. C'est l'étude de cette diversité et de ses fondements moléculaires qui a conduit Milstein et Köhler – lequel, à l'époque, était un jeune chercheur venu effectuer son stage postdoctoral dans le laboratoire de Milstein à Cambridge – à mettre au point l'obtention d'anticorps monoclonaux, découverte essentielle pour la biologie de la fin du xxe siècle.

Lors d'une réponse immunitaire induite par la présence d'une molécule du « non-soi » (antigène), de nombreux lymphocytes B sont activés, prolifèrent et donnent naissance à des clones de cellules. Chaque clone produit un anticorps particulier qui est caractérisé par sa séquence en acides aminés, déterminant sa spécificité. La réponse est dite polyclonale. La technique – mise au point par Köhler et Milstein, et décrite dans la célèbre revue anglaise Nature (G. Köhler & C. Milstein, « Continuous Cultures of fused cells secreting antibody of predefined specificity », vol. 256, 1975) – a permis d'isoler et d'immortaliser les clones de lymphocytes B activés par un antigène et produisant des anticorps contre ce dernier. Il est ainsi devenu possible de produire des quantités illimitées d'anticorps homogènes, ayant tous la même spécificité. Köhler et Milstein ont en effet fusionné des lymphocytes tumoraux avec des lymphocytes B provenant d'animaux préalablement immunisés, et obtenu ainsi des cellules hybrides, ou hybridomes, produisant des anticorps in vitro : chaque hybridome obtenu conserve la capacité, d'une part, du lymphocyte B fusionné à produire l'anticorps dirigé contre la molécule avec laquelle les animaux avaient été immunisés et, d'autre part, de la cellule tumorale à se multiplier indéfiniment. Les hybridomes sont ainsi de véritables usines à produire des anticorps homogènes et de spécificité unique.

Les connaissances de mécanismes tels que la communication intercellulaire, l'adhérence ou la migration cellulaire ont remarquablement progressé grâce aux anticorps monoclonaux. Parallèlement, ceux-ci ont révolutionné le diagnostic, avec l'apparition rapide de tests plus fiables, très spécifiques et très sensibles. Enfin, bien que l'enthousi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale

Classification

Autres références

«  MILSTEIN CÉSAR (1927-2002)  » est également traité dans :

ANTICORPS MONOCLONAUX

  • Écrit par 
  • Michel MAUGRAS, 
  • Jean-Luc TEILLAUD
  •  • 2 135 mots

Les anticorps, ou immunoglobines, sont des protéines sécrétées par une famille de cellules, les lymphocytes , dont la principale propriété est de reconnaître le « non-soi ». Les substances chimiques reconnues comme étrangères, qu'elles soient des associations de molécules ou des molécules, sont appelées antigènes. L'anticorps identifiera l'antigène grâce à la complémentarité entre une partie de l […] Lire la suite

HÉMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean BERNARD, 
  • Michel LEPORRIER
  •  • 8 446 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Traitements « ciblés » »  : […] La chimiothérapie des leucémies est toxique sur les cellules malignes, mais aussi sur les cellules ayant un rythme de renouvellement rapide, notamment les cellules normales du sang. Le rêve de l'hématologiste est de disposer de traitements attaquant spécifiquement et exclusivement les cellules leucémiques. Ce rêve est aujourd'hui réalité. La première est représentée par les anticorps dit monoclon […] Lire la suite

IMMUNITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Michel FOUGEREAU, 
  • Dominique KAISERLIAN-NICOLAS, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 21 522 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Immunoglobulines »  : […] Nous venons de voir que le système immunitaire produit des molécules capables d'identifier « soi » et « non-soi » : ce sont les anticorps ou immunoglobulines, Ig en abrégé. Ils peuvent être soit libres dans l'organisme et véhiculées par le courant circulatoire, soit attachées aux lymphocytes (de type B) qui les produisent. La spécificité de la reconnaissance, posée en termes rigides (à chaque ant […] Lire la suite

KÖHLER GEORGES (1946-1995)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 539 mots

Immunologiste allemand, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1944 (conjointement à César Milstein et Niels Jerne), pour le développement d'une technique de production d'anticorps monoclonaux. Ces molécules protéiques pures, toutes identiques, capables de reconnaître avec une grande sensibilité l'antigène correspondant, sont utilisées dans le diagnostic et le traitement de nombreuses maladies. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Luc TEILLAUD, « MILSTEIN CÉSAR - (1927-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cesar-milstein/