PUTTENHAM GEORGE (1529 env.-env. 1590)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'aucuns disent que c'est Richard, son frère, et non George, qui a écrit le célèbre traité de rhétorique The Arte of English Poesie publié sans nom d'auteur en 1589, par Richard Field, l'éditeur des poèmes de Shakespeare. On ne sait rien des Puttenham, sinon que leur mère était la sœur de sir Thomas Elyot, auteur d'un livre d'éducation célèbre, The Governour (1531). L'attribution du traité à un Puttenham date de 1614.

Ce traité de la poésie anglaise se situe à côté de bien d'autres traités critiques d'une époque qui cherche ses lettres de noblesse, veut justifier les arts littéraires qui vont lui conférer un inestimable prestige, soucieuse qu'elle est de sortir du chaos médiéval, de se fixer une méthode et des principes, de s'assurer des possibilités d'un art encore incertain. On va se battre furieusement autour de la poésie et du théâtre, non seulement au nom de la morale et de la religion, mais aussi au nom des normes, des méthodes, des conventions applicables aux arts du langage, à la recherche de l'expression juste et de la beauté capable d'émouvoir. Quels modèles imiter, à quelle discipline se plier, que valent les rhétoriques dont on se prévaut, où puiser des images, comment respecter l'indispensable decorum, c'est-à-dire la convenance, la propriété des termes, l'usage correct des tropes, par quoi distinguer les genres, à quoi tendent-ils, y a-t-il une hiérarchie des styles, et ainsi de suite, autant de questions que l'on se pose, que posent l'héritage des Anciens et la multiplicité des influences étrangères modernes.

Ces préoccupations sont au cœur même du traité de Puttenham, qui se présente comme l'inventaire raisonné le plus complet des diverses formes et des ressources de la poésie anglaise. Il est divisé en trois parties : « Des poètes et de la poésie », « De la proportion poétique », c'est-à-dire des règles à observer pour atteindre, comme la musique, une expression harmonieuse, « De l'ornement », enfin, qui traite de tout ce que l'imagination [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : doyen honoraire de la faculté des lettres et sciences humaines d'Aix-en-Provence

Classification


Autres références

«  PUTTENHAM GEORGE (1529 env.-env. 1590)  » est également traité dans :

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 10 629 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le langage »  : […] Le théâtre élisabéthain, c'est aussi, c'est surtout une façon de parler. Une vaste enquête serait ici nécessaire pour dénombrer et définir les emplois divers du langage qui en font l'inépuisable originalité. Dans ce domaine aussi, l'accent doit être mis sur le passage constant d'une forme d'expression à une autre, de la langue parlée, directe et familière, savoureuse et concrète, à la langue savan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-elisabethain/#i_6103

Pour citer l’article

Henri FLUCHÈRE, « PUTTENHAM GEORGE (1529 env.-env. 1590) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-puttenham/