LAMMING GEORGE (1927- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Originaire de l'île de la Barbade, l'écrivain George Lamming a commencé par écrire des poèmes et de courtes histoires avant d'émigrer en Angleterre, en 1950. Séjournant à Trinidad de 1946 à 1950, il se forgea une personnalité artistique qui eut bien de la peine à émerger dans la société coloniale antillaise de cette époque. Le poète évoque les Antilles comme une prison qui stérilise l'imagination. La seule manière d'échapper à ce ghetto insulaire était l'émigration. En Europe, il découvre l'aliénation et la nécessité de se définir non plus seulement comme artiste mais comme Antillais.

Ses romans explorent toutes les dimensions de la société et de l'histoire des Caraïbes. Il commence peu après son arrivée en Angleterre à écrire un roman, publié en 1953, qui évoque son enfance à la Barbade : In the Castle of my Skin. Dans son deuxième roman, The Emigrant (1954), George Lamming retrace le voyage, la vie à l'hôtel et l'existence d'un groupe d'Antillais qui se rendent en Grande-Bretagne à la recherche d'une autre existence. L'auteur démasque le processus colonialiste qui oblige les Antillais à s'engager sur la voie de l'émigration. Dispersés en Angleterre, « la terre des ennemis », les émigrants ne peuvent plus se retrouver — comme au cours du voyage — pour forger leur unité. Dans ses deux romans suivants, Of Age and Innocence (1958) et Season of Adventure (1960), il recrée dans une île imaginaire des Caraïbes, San Cristobal, la société antillaise avec ses angoissants problèmes d'identité et de quête de liberté.

Pendant plus de dix ans il travaille à son cinquième roman, Natives of my Person (1972). George Lamming s'est fixé pour objectif un impossible voyage au cœur de l'histoire des Caraïbes à travers la traite négrière, le système esclavagiste et le colonialisme qui s'édifie sur l'exploitation humaine. La publication en 1971 de Water with Berries lui permet de reprendre le thème lancinant de l'émigration et de peindre le passage de l'artiste antillais qui, après avoir quitté son royaume habité par Caliban, débarque dans l'île de Prospero, adversaire si abhorré. George [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : professeur d'histoire, directeur du Centre de recherches Caraïbes-Amériques

Classification


Autres références

«  LAMMING GEORGE (1927- )  » est également traité dans :

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 809 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les « pères fondateurs » de la littérature caraïbe anglophone »  : […] George Lamming (né en 1927), V. S. Naipaul (1932-2018), Wilson Harris (1921-2018), Samuel Selvon (1923-1994), Derek Walcott (1930-2017), Edward Kamau Brathwaite (né en 1930) et, dans une moindre mesure, Michael Anthony (né en 1930), Earl Lovelace (né en 1935) et Roy Heath (1926-2008), l'auteur de The Murderer ( L'Assassin , 1978), sont aujourd'hui considérés comme la première génération qui ait d […] Lire la suite

POSTCOLONIALES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 8 468 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une culture du syncrétisme »  : […] À la fin des années 1950, la production postcoloniale prend véritablement son essor. Pour des raisons de stratégies colonialistes, les territoires de l'anglophonie et de la francophonie donnent naissance à des phénomènes culturels nettement différents. Sans doute le discours sur la négritude, les écrits de Frantz Fanon et les théories tiers-mondistes ont-ils influencé davantage les littératures d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Oruno D. LARA, « LAMMING GEORGE (1927- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-lamming/