BRATHWAITE EDWARD KAMAU (1930- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le poète antillais d'expression anglaise Kamau Brathwaite explore dans ses œuvres la richesse et la complexité des racines africaines et indigènes que l'on retrouve dans la culture caribéenne.

Kamau Brathwaite, de son vrai nom Lawson Edward Brathwaite, naît le 11 mai 1930 à Bridgetown, la capitale de la Barbade. Il étudie au Harrison College de son île natale, avant de fréquenter le Pembroke College de Cambridge, où il obtient une licence en 1953, puis un diplôme d'enseignement l'année suivante. Après avoir travaillé de 1955 à 1962 pour le ministère de l'Éducation de ce qui est devenu le Ghana, il reprend son cursus à l'université du Sussex et passe un doctorat en 1968. À partir de 1963, il enseigne principalement à l'University of the West Indies, sur le campus de Kingston en Jamaïque.

Le jeune Brathwaite publie ses premiers vers dans les années 1950 en Angleterre et dans les Antilles. Les recueils Rights of Passage (1967), Masks (1968) et Islands (1969) lui apportent la reconnaissance internationale. Rassemblés par la suite sous le titre The Arrivants (1973), ils témoignent de la quête d'une identité culturelle antillaise et tentent de réaffirmer la place de l'Afrique dans les Caraïbes. Une seconde trilogie, comprenant Mother Poem (1977), Sun Poem (1982) et X/Self (1987), revient sur les questions identitaires. Edward Kamau Brathwaite publie plusieurs autres recueils de poésie, au rang desquels se distinguent Barabajan Poems, 1492-1992 (1994), Born to Slow Horses (2005) ainsi que de multiples études culturelles, historiques et littéraires, dont Folk Culture of the Slaves in Jamaica (1970, révisé en 1981), The Development of Creole Society in Jamaica 1770–1820 (1971), History of the Voice : The Development of Nation Language in Anglophone and Caribbean Poetry (1984) et Roots (1986).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  BRATHWAITE EDWARD KAMAU (1930- )  » est également traité dans :

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 810 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une poésie de la relation »  : […] Un pan important de l'écriture antillaise s'inspire de l'oralité et des traditions populaires. Dès les années 1930, Louise Bennett (née en 1919), l'auteur de Jamaica Labrish (1966), publie ses « vers en dialecte » qui, à partir de 1943 paraissent régulièrement dans le journal The Daily Gleaner . Puisant comme Andrew Salkey (1928-1995), l'auteur d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caraibes-litteratures/#i_32633

POSTCOLONIALES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 8 468 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La recherche d'esthétiques plurielles »  : […] En marge des oppositions binaires, certains écrivains postcoloniaux tentent d'élaborer des esthétiques novatrices. Parfois la confrontation s'impose encore pour des raisons historiques : ainsi, en Nouvelle-Zélande, les romanciers maoris Witi Ihimaera, l'auteur de Tangi (1973 ; Tangi , 1988), et Patricia Grace s'élèvent-ils contre une utilisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-postcoloniales/#i_32633

Pour citer l’article

« BRATHWAITE EDWARD KAMAU (1930- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-kamau-brathwaite/