GÉNÉRALITÉ, Ancien Régime

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au sens strict, le mot « généralité » désignait une des premières circonscriptions administratives de type moderne que le souci du contrôle fiscal avait imposées à la France. L'édit de 1542 peut, à cet égard, être considéré comme le véritable acte de naissance de cette institution : il établissait pour les impositions directes seize recettes générales, dirigées par des receveurs généraux qu'assistaient des bureaux des finances. Mais, dès le xvie siècle, les intendants vont devenir les maîtres de ces circonscriptions ou généralités. Les attributions des bureaux de finances déclineront en proportion. Quant aux receveurs généraux, financiers opulents, importants officiers comptables, ils prendront l'habitude, aux xviie et xviiie siècles, d'habiter la capitale et d'abandonner le pouvoir fiscal aux intendants. Il n'est donc pas étonnant que, dès le règne de Louis XIII, les mots « généralité » et « intendance » soient synonymes, alors que le premier terme aurait dû être réservé aux pays d'élection, seuls à posséder systématiquement des receveurs généraux des finances. Même entendu au sens le plus large, le mot « généralité » ne coïncide pas strictement avec celui d'intendance : le Languedoc comprend deux généralités, Toulouse et Montpellier, mais n'a qu'un intendant et donc qu'une intendance.

La France de la fin du xviiie siècle comprenait trente-quatre généralités. Certaines coïncidaient à peu près avec une province, comme la Bretagne. D'autres servaient à diviser administrativement des provinces trop étendues (les généralités de Rouen, Caen et Alençon se partageaient la Normandie). D'autres regroupaient de petites provinces, comme la généralité de Lyon qui rassemblait le Lyonnais, le Forez et le Beaujolais.

—  Frédéric BLUCHE

Écrit par :

  • : diplômé de l'École pratique des hautes études, assistant à l'université de Paris-II

Classification

Autres références

«  GÉNÉRALITÉ, Ancien Régime  » est également traité dans :

ÉLECTION PAYS D'

  • Écrit par 
  • Frédéric BLUCHE
  •  • 332 mots

Dans la France de l'Ancien Régime, l'élection était une juridiction de l'impôt, symbole même des progrès de l'administration royale directe. Plusieurs élections formaient une généralité. Les pays d'élection, soumis à la taille personnelle et à tous les impôts royaux ordinaires, s'opposaient aux pays d'états, provinces où les états provinciaux conservaient tout à la fois le droit de consentir l'imp […] Lire la suite

INTENDANTS

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 2 868 mots

Dans le chapitre « Extension de l'institution »  : […] De 1624 à 1639, le montant des dépenses militaires françaises (aide extérieure comprise) passe de 9 millions de livres à près de 24 millions : « Élargie à l'échelle européenne, la guerre de Trente Ans se présente comme une guerre d'argent annonciatrice des conflits modernes » (G. Livet). Les recherches d'E. Esmonin et R. Mousnier permettent de situer le moment précis où les deux types d'intendants […] Lire la suite

TAILLE, impôt

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 674 mots

Prélèvement effectué par le seigneur sur la totalité des roturiers dont il assurait la protection, la taille était, au Moyen Âge, fixée par la coutume et totalement arbitraire. Au cours du xii e siècle, les communautés villageoises tentèrent d'imposer, à prix d'argent ou au besoin par la force, l'abonnement de la taille, c'est-à-dire un accord en limitant le montant et la périodicité. La taille a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Frédéric BLUCHE, « GÉNÉRALITÉ, Ancien Régime », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/generalite-ancien-regime/