HARDIN GARRETT (1915-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le biologiste Garrett James Hardin est l’une des figures marquantes du mouvement écologiste américain des années 1960. Il est devenu célèbre grâce à la parution, en 1968, dans la revue Science, de son article « The Tragedy of the Commons » (« La tragédie des communs »), dans lequel il entend démontrer l’incompatibilité entre la propriété commune d’une ressource et son exploitation durable. Cet argument sera utilisé, pendant toutes les décennies 1970 et 1980 (et encore parfois aujourd’hui), pour expliquer que la gestion durable d’une ressource n’est possible que si celle-ci est, soit possédée par un individu, soit gérée par l’État. La propriété et la gestion par des communautés et des groupes, au contraire, y sont décrites comme menant inexorablement à la destruction de la ressource, à la « tragédie ».

Né le 21 avril 1915 à Dallas, Garrett Hardin s’oriente vers des études scientifiques. Il entre, avant la Seconde Guerre mondiale, à l’université de Chicago. Il y suit un cursus en biologie et rencontre Warder C. Allee (1885-1955), qui devient son mentor. Allee le forme à ce qu’on nomme alors l’« écologie animale », c’est-à-dire à l’étude des populations animales (mammifères, oiseaux… ou même de micro-organismes), analysées sous l’angle de leurs interactions avec le milieu environnant. Ce champ de recherche est à ce moment-là en plein développement. Les biologistes cherchent à établir des lois générales, qui pourraient être étendues aux hommes. Ces lois, espèrent-ils, permettraient de prévoir l’évolution démographique des populations animales et humaines, en fonction des ressources de leur environnement. Hardin se passionne pour le sujet et va à l’université de Stanford pour mener une thèse sur ce thème (en l’appliquant à des organismes unicellulaires), qu’il présentera avec succès en 1941.

Réformé à cause des séquelles d’une poliomyélite contractée à l’âge de quatre ans, il travaille pendant la guerre dans un laboratoire à Stanford. En 1946, il accepte un poste au sein de ce qui deviendra l’université de Californie [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  HARDIN GARRETT (1915-2003)  » est également traité dans :

THE TRAGEDY OF THE COMMONS (G. Hardin)

  • Écrit par 
  • Fabien LOCHER
  •  • 961 mots

« The Tragedy of the commons », en français « La tragédie des communs » (et non « des biens communs »), est un article écrit par le biologiste et militant écologiste américain Garrett Hardin. Depuis sa publication en décembre 1968 dans la revue Science, ce texte a eu une grande influence dans la pensée environnementale, mais aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-tragedy-of-the-commons/#i_56995

Pour citer l’article

Fabien LOCHER, « HARDIN GARRETT - (1915-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/garrett-hardin/