GAGINI ou GAGGINI LES (XVe-XVIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Famille de sculpteurs originaires de Bissone (Tessin), actifs à Gênes, à Naples et en Sicile dans la seconde moitié du xve siècle (Giovanni d'Andrea est signalé de 1460 à 1491 à Gênes, notamment pour ses travaux au palais Doria en 1468). Domenico Gagini est la figure la plus intéressante. Né vers 1425, il travaille, entre 1448 et 1456, avec son neveu Elia dans la cathédrale de Gênes, à la chapelle Saint-Jean-Baptiste dont il conçoit l'entrée en arc de triomphe avec niches, pilastres, panneaux de rinceaux finement traités, et ordonnés selon un schéma qui peut avoir inspiré Francesco Laurana pour la chapelle Mastrantonio à San Francesco de Palerme : Domenico quitte en effet la Ligurie pour Naples en 1458, collabore à l'arc de triomphe du Castelnuovo (on lui attribue notamment l'allégorie de la Tempérance) puis se rend à Palerme en 1463. Il y meurt en 1492, laissant en Sicile nombre d'autels, de tabernacles et de portails (à Sant'Angelo de Palerme, par exemple), qui contribuent à y diffuser les formules de l'Italie du Nord.

Près de lui, on cite également à Palerme, outre son fils Antonello (1478-1536) auteur de la Madonna della Scala, Stefano Gagini (mentionné de 1473 à 1487) et Giovanni III, collaborateur en 1492 de Mancino. À Gênes, la dynastie est représentée alors par Pace Gagini, dont on suit les travaux de 1483 à 1522 : après avoir collaboré avec l'Amadeo à la chartreuse de Pavie, il revient à Gênes et reçoit plusieurs commandes des seigneurs français qui participent à l'expédition de Charles VIII en Italie ; il exécute notamment le tombeau de Raoul de Lannoy qui sera placé dans l'église de Folleville et, pour le cardinal Georges d'Amboise, une fontaine destinée au château de Gaillon (1506).

—  Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GAGINI ou GAGGINI LES ( XV e -XVI e s.)  » est également traité dans :

SICILE

  • Écrit par 
  • Maurice AYMARD, 
  • Michel GRAS, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 17 949 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « En marge de la Renaissance ? »  : […] de la grande statue de don Juan d'Autriche à Messine), Antonello Gagini (1478-1536), fils de Domenico, illustre la lenteur, la prudence avec laquelle s'effectue sur le modèle toscan et romain le renouvellement des formes. À la tête du plus prolifique des ateliers, il ne se détache lentement de la tradition paternelle que pour multiplier statues […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sicile/#i_40643

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « GAGINI ou GAGGINI LES (XVe-XVIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gagini-gaggini/