GABÈS

Située au fond du large golfe homonyme, à proximité du site romain antique de Tacapae, la ville tunisienne de Gabès (116 323 hab. en 2004) comprend les grosses agglomérations traditionnelles de Menzel et de Djara, des quartiers modernes développés vers la mer et un port marchand.

Tunisie : carte administrative

Tunisie : carte administrative

carte

Carte administrative de la Tunisie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Jadis point d'aboutissement d'un trafic caravanier transsaharien, Gabès a connu une certaine prospérité, mais les ressources du cabotage n'ont guère résisté à la concurrence de la voie ferrée et, surtout, de la route. Sous le protectorat français, la ville a dû une bonne partie de son activité à son rôle de principale place militaire du Sud tunisien, complété par celui de marché régional et de petit port de pêche.

Mais Gabès est surtout une belle oasis, la plus importante de toutes celles de la plaine de l'Arad. Producteurs de fruits de qualité médiocre, les palmiers alignés autour des jardins-vergers servent surtout à protéger des arbres fruitiers variés (grenadiers, abricotiers, bananiers) et des cultures maraîchères ou industrielles (henné, tabac).

Somnolente après l'indépendance, Gabès, chef-lieu du gouvernorat homonyme, connaît un renouveau d'activité grâce, d'une part, à l'exploitation de gisements de pétrole offshore, d'autre part, au développement d'un complexe industriel et d'un port moderne à Ghannouche (pétrochimie, engrais, cimenterie, conserveries de poissons). En outre, le tourisme est stimulé par de belles plages et la proximité de la palmeraie.

—  Roger COQUE

Écrit par :

  • : professeur des Universités, professeur émérite à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  GABÈS  » est également traité dans :

TUNISIE

  • Écrit par 
  • Michel CAMAU, 
  • Roger COQUE, 
  • Jean GANIAGE, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Khadija MOHSEN-FINAN
  •  • 19 914 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Dualité socio-économique »  : […] principaux centres urbains, mais également de Bizerte (industries lourdes), Sousse (industries de transformation) et Gabès (industries chimiques). Enfin, elle est le bénéficiaire quasi exclusif de la politique de mise en valeur touristique, avec pour pôles de développement les complexes hôteliers de Nabeul-Hammamet, Sousse-Monastir et Jerba-Zarzis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tunisie/#i_45711

Pour citer l’article

Roger COQUE, « GABÈS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabes/