Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FRONT, météorologie

Applications de la notion de front

Grâce au concept de front, le météorologiste peut coordonner de nombreuses observations pointées sur une carte, en faire la synthèse et les remplacer par un schéma simple et facile à extrapoler. Mais, compte tenu de la structure thermique des masses d'air en contact, les différences de saison, d'heure de passage, d'état du sol sous-jacent, etc., un front, une perturbation ont leur individualité propre et diffèrent toujours plus ou moins du schéma type indiqué plus haut. L'examen systématique des images satellitaires met en évidence une grande diversité de formes pour les perturbations. Cet examen a permis de dégager un nombre suffisant de schémas types applicables à la quasi-totalité des cas observés. De plus, en un lieu donné, les divers phénomènes permettant de définir les fronts ne se manifestent pas toujours simultanément, et il est possible d'aboutir à des tracés différents, selon les poids relatifs attachés à ces critères, dans le cas des fronts d'activité faible ou modérée.

Pour pallier ces difficultés, certains météorologistes, surtout aux États-Unis, ont fait l'essai de méthodes de détermination objective des fronts sur ordinateur. Puisque, dans un plan horizontal ou sur une surface isobare, une zone frontale est, en particulier, caractérisée par une concentration des isothermes, ce sont essentiellement les valeurs critiques de certaines dérivées partielles du second ordre de la température qui servent d'information pour cette détermination objective.

D'autres critères (vent, nuages, hydrométéores) peuvent être utilisés, mais il est encore difficile de définir les mieux appropriés.

D'autres difficultés interviennent : l'école norvégienne a, par exemple, expliqué le processus de formation des nuages frontaux et des précipitations par l'ascension d'une masse d'air chaud sur un coin froid ; mais ce processus ne s'applique pas aux basses latitudes et seulement partiellement aux latitudes intermédiaires (domaine méditerranéen). Des recherches sur la dynamique de l'atmosphère permettront d'améliorer la qualité des analyses et des prévisions météorologiques.

— Bernard GOSSET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : Département de la coopération technique à l'Office mondial de la météorologie, Genève, ingénieur général de la météorologie

Classification

Pour citer cet article

Bernard GOSSET. FRONT, météorologie [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Zone frontale - crédits : Encyclopædia Universalis France

Zone frontale

Dépression météorologique - crédits : Eumetsat

Dépression météorologique

Nuages et précipitations liés aux fronts - crédits : Encyclopædia Universalis France

Nuages et précipitations liés aux fronts

Autres références

  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

    • Écrit par Roland POURTIER
    • 21 496 mots
    • 29 médias
    ...des masses d'air anticyclonique localisées sous les latitudes tropicales de chaque hémisphère. Aux environs de l'équateur, leur contact – convergence ou front intertropical (F.I.T.) – crée des conditions d'autant plus turbulentes et pluvieuses que le F.I.T. met en contact une masse d'air continental sec...
  • ASCENDANCE, météorologie

    • Écrit par Jean-Pierre CHALON
    • 4 814 mots
    • 10 médias
    Les « surfaces frontales » représentent un autre lieu possible de forçage. Ces surfaces sont des zones de transition entre deux masses d'air de température et d'humidité différentes. Elles sont associées à la circulation de l'air autour des dépressions et des anticyclones et s'étalent généralement...
  • ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

    • Écrit par Jean-Pierre CHALON
    • 7 607 mots
    • 7 médias
    ...d’air froid, qui s’étalent sur le sol, sous les précipitations, viennent heurter l’air chaud et humide qui s’y trouve, créant des zones de forts contrastes de température et d’humidité, ainsi que de fortes convergences des vents oufronts de rafale. La présence d’un tel front peut, suivant le cas :
  • AUSTRALIE

    • Écrit par Benoît ANTHEAUME, Jean BOISSIÈRE, Bastien BOSA, Vanessa CASTEJON, Universalis, Harold James FRITH, Yves FUCHS, Alain HUETZ DE LEMPS, Isabelle MERLE, Xavier PONS
    • 27 355 mots
    • 29 médias
    ...par des anticyclones qui se déplacent lentement de l'ouest vers l'est à travers le pays. Ces anticyclones migrateurs sont séparés par des fronts qui sont le plus souvent « stationnaires », c'est-à-dire faiblement actifs parce que les différences de température et d'humidité entre deux anticyclones...
  • Afficher les 9 références

Voir aussi