Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

KLOPSTOCK FRIEDRICH GOTTLIEB (1724-1803)

Klopstock - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Klopstock

Klopstock est à la fois au terme d'une évolution que jalonnent les noms de B. H. Brockes, A. von Haller, F. von Hagedorn et des poètes anacréontiques, et le précurseur du Sturm und Drang, du classicisme et du mouvement romantique. C'est dire qu'il est à un tournant de la littérature allemande. Il n'avait que vingt-quatre ans lorsque les trois premiers chants du Messias lui apportèrent la célébrité et que le roi Frédéric V de Danemark l'appela à Copenhague où il demeura vingt ans.

Durant toute cette période, Klopstock est le maître incontesté des lettres en Allemagne. Mais son ouvrage, La République des savants qui réunit en 1773 trois mille six cents souscripteurs, déçoit lorsqu'il paraît en 1774. C'est l'année où, un an après Götz, Goethe publie Werther. La poésie de Klopstock est irrémédiablement dépassée. Il continue d'écrire sans contact avec les jeunes générations littéraires. C'est le drame d'un précurseur devenu trop tôt un classique.

La poésie sentimentale

Né à Quedlindburg, près de Halle, Friedrich Gottlieb Klopstock était l'aîné de dix-sept enfants. Après quelques années d'études à Leipzig, il vécut à Copenhague jusqu'en 1770 et termina sa vie à Hambourg, au milieu d'un cercle étroit d'amis et de fidèles.

Dans l'histoire de la pensée allemande, Klopstock restera le représentant de la poésie sentimentale. Non que celle-ci n'existât pas auparavant : J. J. Bodmer et J. J. Breitinger en avaient exposé les théories, Haller et Hagedorn s'y étaient essayés, l'anacréontisme l'avait fait dévier vers l'expression de sentiments sinon mineurs, du moins peu authentiques. Si les Oden de Klopstock présentent encore des traces de la mièvrerie anacréontique, comme Das Rosenband (La Guirlande de roses), elles se recommandent par une sensibilité saine et véridique, qui, cherchant sans cesse à se dépasser et à s'extérioriser, aboutit à ce débordement des sentiments (Gefühlsüberschwänglichkeit) que le Sturm und Drang devait reprendre à son compte. Cette sentimentalité unit curieusement l'influence piétiste et les enseignements de l'Aufklärung : d'une part, on assiste à la sécularisation du sentiment religieux au profit de sentiments purement humains comme l'amitié ou l'amour ; d'autre part, la réflexion sur les sentiments prend autant d'importance que les sentiments eux-mêmes : l'activité de la pensée rationnelle (denken) n'est jamais séparée du sentiment directement éprouvé (fühlen).

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer cet article

Jean MURAT. KLOPSTOCK FRIEDRICH GOTTLIEB (1724-1803) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Klopstock - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Klopstock

Autres références

  • ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

    • Écrit par , , , et
    • 24 585 mots
    • 29 médias
    ...genres à la fois, de la comédie au drame sentimental, de la critique théâtrale à la polémique religieuse, il incarne l'esprit des Lumières. L'autre, Klopstock (1724-1803), restitue d'un coup à la poésie les hautes ambitions qu'elle semblait avoir oubliées. Émule de Milton, il écrit sa ...