STRAUSS FRANZ JOSEF (1915-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après l'effondrement du Reich, Franz Josef Strauss quitte le professorat pour devenir député au parlement de Bavière. En 1949, il est élu au premier parlement fédéral. Il joue un rôle important dans la formation du parti démocrate-chrétien bavarois, la Christlich-Soziale Union (C.S.U.), et en devient progressivement le maître incontesté : en 1949, il est élu secrétaire général et président en 1961. Cette position lui permet de jouer un rôle de premier plan dans la vie politique de la République fédérale, où il tente de faire prévaloir une orientation résolument conservatrice. Ministre de la Défense de 1956 à 1962 dans le gouvernement Adenauer, il est ministre des Finances de 1966 à 1969 dans le gouvernement de grande coalition. L'image négative de Franz Josef Strauss est ancienne et tenace : un politicien sans scrupules, ne craignant ni les amitiés compromettantes avec des affairistes, ni le recours à la diffamation, ni la démagogie chauvine. Attaqué en 1962, alors qu'il était ministre de la Défense, pour être illégalement intervenu dans l'arrestation d'un rédacteur du Spiegel et dans la perquisition des locaux du journal, il accepte aussitôt le combat parlementaire, en sort perdant moral et consent à démissionner de son poste. Mais cet adversaire impitoyable des socialistes devient un très sage et très efficace ministre des Finances dans le gouvernement de coalition, qui voit socialistes et démocrates-chrétiens coopérer de 1966 à 1969. Aspirant permanent à la direction du pouvoir ? Mais il sait bien qu'il ne peut devenir chancelier parce que la C.D.U., le grand parti frère, n'accepterait pas de mettre en avant le chef de la C.S.U. « F.J.S. », qui tient son pouvoir de sa domination sur la C.S.U., doit donc se contenter de son rôle de faiseur et de tombeur de rois. En 1966, le chancelier Erhard est obligé de se retirer. Son successeur sera Kurt Georg Kiesinger parce que Strauss a annoncé avant le vote du groupe parlementaire unifié que « ses » C.S.U. voteraient pour ce cand [...]

Accord anglo-allemand sur l'énergie atomique, 1957

Accord anglo-allemand sur l'énergie atomique, 1957

Photographie

Quelques mois après la création de l'Euratom (Communauté européenne de l'énergie atomique), la R.F.A., membre fondateur, signe un accord de coopération bilatéral avec le Royaume-Uni pour l'utilisation de l'énergie atomique, en présence (de gauche à droite) de sir Edwin Plowden, Selwyn... 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, Institut d'études politiques de Paris

Classification


Autres références

«  STRAUSS FRANZ JOSEF (1915-1988)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 224 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La démocratie chrétienne »  : […] La démocratie chrétienne allemande se compose de deux branches qui forment cependant un groupe parlementaire commun au Bundestag, mais elles sont juridiquement et politiquement distinctes. L'Union chrétienne-démocrate (C.D.U.) existe dans tous les Länder, sauf en Bavière où l'Union chrétienne sociale (C.S.U.) mène une action indépendante. De 1961 à 1988, la C.S.U. est présidée par Franz Josef Str […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-politique-et-economie-depuis-1949-republique-federale-d-allemagne-jusqu-a-la-reunification/#i_44328

Les derniers événements

3 mai - 13 juin 1993 • AllemagneLes états-majors des partis secoués par les scandales politiques.

la suite de révélations dans la presse sur les avantages matériels dont il aurait bénéficié de la part d'industriels bavarois. Max Streibl partageait avec Théo Weigel, président de la C.S.U. et ministre fédéral des Finances, l'héritage de Franz Josef Strauss, mort en octobre 1988. Le 28, il est remplacé à [...] Lire la suite

13-27 avril 1989 • République fédérale d'AllemagneRemaniement gouvernemental.

Le 13, le chancelier Helmut Kohl procède à un remaniement de son gouvernement. Ce dernier comprend toujours dix-huit portefeuilles, mais l'Union sociale-chrétienne bavaroise (C.S.U.) en obtient six au lieu de cinq. Son président, Theo Waigel, qui a succédé en octobre 1988 à Franz Josef Strauss [...] Lire la suite

3 octobre 1988 • République fédérale d'AllemagneMort de Franz Josef Strauss

Le 3, Franz Josef Strauss, ministre-président de Bavière, président de l'Union chrétienne sociale (C.S.U.) et membre de la coalition gouvernementale, décède à l'âge de soixante-treize ans des suites d'un accident cardiaque. La disparition de celui que sa personnalité avait fait surnommer [...] Lire la suite

7-11 septembre 1987 • République démocratique allemande - République fédérale d'AllemagnePremière visite du chef de l'État Erich Honecker en République fédérale

) où il n'était pas revenu depuis un demi-siècle. C'est l'endroit qu'il choisit pour évoquer la normalisation de la frontière interallemande, exprimant l'espoir qu'un jour elle unira les deux pays plus qu'elle ne les séparera. Le 11, la dernière étape de son voyage le mène à Munich, où il est accueilli par Franz Josef Strauss, ministre-président (C.S.U.) de Bavière, avant d'aller se recueillir au camp de concentration de Dachau.  [...] Lire la suite

25 janvier 1987 • République fédérale d'AllemagneMajorité absolue pour la coalition dirigée par le chancelier Helmut Kohl

de son histoire : 44,3 p. 100 des voix (− 4,5 p. 100 par rapport à mars 1983) et 223 sièges (− 21). Sa composante bavaroise, la C.S.U., dirigée par Franz-Josef Strauss, passe même en Bavière de 59,5 p. 100 à 53,2 p. 100 (− 6,3 p. 100), ce qui semble traduire une méfiance de l'électorat devant les risques [...] Lire la suite

26-27 juin 1984 • République fédérale d'AllemagneDémission du ministre de l'Économie

de la caisse du Parti libéral (F.D.P.). Ce départ d'un ministre libéral pose, au sein du gouvernement de coalition du chancelier Kohl, un délicat problème d'équilibre. En effet, la C.S.U. de Franz Josef Strauss voudrait obtenir plus de postes dans le cabinet. Le 27, Martin Bangemann succède à Otto Lambsdorff au ministère de l'Économie. Pour éviter toute remise en cause au sein de la coalition, un nouveau membre du Parti a été très vite nommé.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Alfred GROSSER, « STRAUSS FRANZ JOSEF - (1915-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-josef-strauss/