PICOT FRANÇOIS-ÉDOUARD (1786-1868)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils de François-André Picot, brodeur de l'empereur Napoléon Ier, le peintre François-Édouard passa son enfance dans le milieu de l'artisanat de luxe qui contribuait avec les artistes aux fastes de l'Empire. Dès quatorze ans, il entre dans les ateliers de Léonor Mérimée, secrétaire perpétuel de l'Académie des beaux-arts, et de François-André Vincent. Il reçoit de leur enseignement l'idéal classique exprimé par l'école de David et une grâce héritée du xviiie siècle français.

Deuxième prix de Rome en 1811, il est deuxième premier grand prix en 1813. Grâce à ce classement honorifique il reçoit de Montalivet, ministre de l'Intérieur, une bourse spéciale qui lui permet de se rendre à Rome. Après la chute de l'Empire et la ruine de son père, Picot a le privilège exceptionnel de recevoir une allocation spéciale qui lui permet d'accomplir, à l'égal d'un premier grand prix, un séjour de cinq ans à Rome.

Si la première œuvre connue de Picot, La Rencontre d'Énée et de Vénus près de Carthage (1813 ; Musée royal des beaux-arts de Bruxelles), relève encore d'une technique et d'une sensibilité d'élève, L'Amour et Psyché (musée du Louvre), qu'il expose au Salon de 1818, lui vaut un triomphe. Le public le préféra à David qui présentait la même année un sujet identique.

Ce tableau, acheté par le duc d'Orléans, répond au goût de la Restauration qui alliait à la mode néo-classique la nostalgie d'un art plus raffiné, plus féminin et plus évocateur de l'Ancien Régime.

La carrière de Picot est celle d'un peintre officiel issu du concours pour Rome. Il reçoit des commandes de l'État, deux plafonds du musée Charles-X (aujourd'hui salles égyptiennes du musée du Louvre), des décors pour le Sénat et de nombreuses commandes pour Versailles. En 1836, il succède à Carle Vernet à l'Académie des beaux-arts.

La politique artistique instaurée par Louis XVIII et Charles X et la recherche d'un art adapté au sentiment religieux font de Picot, décorateur à Paris de Notre-Dame-de-Lorette (1836), Saint-Denis-du-Saint-Sacrement (1844) et Saint-Vincent-de-Paul (1853) un spécialiste de la peinture religieuse. Fe [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Sylvain BELLENGER, « PICOT FRANÇOIS-ÉDOUARD - (1786-1868) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-edouard-picot/