FITZGERALD FRANCIS SCOTT (1896-1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Scott Fitzgerald occupe une situation particulière dans le roman américain de l'entre-deux-guerres. Figure de proue de la « génération perdue » dont il fut un peu l'inventeur, le metteur en scène, le jeune premier et le chroniqueur, il s'est identifié à son époque pour le meilleur et pour le pire. Il fait une entrée fulgurante dans la vie littéraire au moment où la prospérité prend son essor, et c'est dans l'euphorie qu'il célèbre les fastes et les folies de l'âge du jazz. Avec, toutefois, au cœur de la fête, l'appréhension de l'échec et le pressentiment poignant de la chute. En 1929, la synchronie entre le destin national et le destin personnel se manifeste cruellement quand, à l'écroulement psychique de sa femme, fait écho le krach financier de Wall Street. Pendant les longues années de la dépression, l'oubli succède à la popularité, la maladie à une énergie en apparence inépuisable et la difficulté d'écrire à l'aisance souveraine des jeunes années. Fitzgerald sombre dans l'alcoolisme et ce n'est qu'au prix d'efforts héroïques qu'il parvient à composer ses derniers livres.

Scott Fitzgerald en famille

Photographie : Scott Fitzgerald en famille

Le romancier américain Francis Scott Fitzgerald (1896-1940), son épouse Zelda et leur fille, dans les années 1920. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Crise de 1929

Vidéo : Crise de 1929

Le krach qui se produit à Wall Street le 24 octobre 1929 est un événement considérable. L'effondrement des cours de la Bourse de New York provoque l'affolement des milieux financiers. Rapidement, la crise financière s'étend à l'ensemble de l'économie américaine, puis à l'économie... 

Crédits : The Image Bank

Afficher

Le renouvellement des mythes romanesques

Mais son originalité tient moins à ce rôle de porte-drapeau ou de bouc émissaire qu'à la spécificité de son domaine romanesque et à l'acuité du regard critique qu'il jette sur le mythe américain du succès. L'Amérique qu'il met en scène s'inscrit en effet en contraste total avec la tradition. Depuis Fenimore Cooper et avec Melville, Twain, London, le romancier américain rejette les ressorts de la vie en société et de l'intrigue sentimentale : la femme et l'amour n'ont pas droit de cité dans son œuvre. Son sujet d'élection, c'est l'errant solitaire aux prises avec une nature sauvage souvent symbolisée par un monstre fabuleux. Tels L'Ours de Faulkner et Le Vieil Homme et la mer de Hemingway.

Fitzgerald, quant à lui, comme James autrefois, tourne le dos à la nature et au primitivisme. Sa scène de prédilection, haut lieu de l'artifice, ce sont les salons illuminés du Ritz ou du Plaza. La joute amoureuse y prend le relais du combat avec la bête, et le roman courtois se substitue au récit épique (il y a du Tristan et Iseult dans Gatsby). Le récit fitzgéraldien type met en scène un jeune homme pauvre aux hautes ambitions, conscient des possibilités illimitées que semble lui offrir l'Amérique. Face aux réalités, il perd de vue ses objectifs, et sa quête de l'absolu se mue en une conquête du superlatif qui s'incarne en définitive dans les traits de la jeune fille la plus audacieuse, la plus séduisante et aussi la plus riche. Cette femme-orchidée, cette femme-idole, image en abyme de l'Amérique, est l'illusion ultime à laquelle il succombe. Froide et calculatrice comme la classe dont elle est issue, elle se révélera destructrice comme la richesse dont elle est le produit et la quintessence.

Pour rendre compte de la coexistence dans l'œuvre de l'expérience poétique et du jugement moral, du goût pour l'introspection et la satire, de la veine comique voisinant avec un lyrisme grave et contenu, le critique Edmund Wilson, qui fut l'ami et le mentor de Fitzgerald, proposait, en bon disciple de Taine, d'y lire la convergence de trois facteurs : l'ascendance catholique, la race irlandaise et le milieu provincial cossu du Middle West. Quelques données biographiques permettront d'affiner ce jugement.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Scott Fitzgerald en famille

Scott Fitzgerald en famille
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Crise de 1929

Crise de 1929
Crédits : The Image Bank

vidéo

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  FITZGERALD FRANCIS SCOTT (1896-1940)  » est également traité dans :

JE ME TUERAIS POUR VOUS (F. S. Fitzgerald) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Liliane KERJAN
  •  • 1 085 mots

Un recueil de dix-huit textes de Francis Scott Fitzgerald (1896-1940), Je me tuerais pour vous (trad. M. Amfreville, Grasset-Fayard, 2017), vient compléter l’œuvre du brillant écrivain du Jazz Age, mêlant la gravité de l’homme mûr, l’ironie des lendemains de La F […] Lire la suite

GATSBY LE MAGNIFIQUE, Francis Scott Fitzgerald - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 827 mots
  •  • 1 média

Publié en 1925, Gatsby le Magnifique est le troisième roman et l'œuvre la plus célèbre de l'écrivain américain Francis Scott Fitzgerald (1896-1940). Accueillie en son temps avec peu d'enthousiasme par le public et la critique, cette chronique désenchantée n'allait pourtant pas tarder à devenir l'œuvre phare de toute une génération, la « génération perdue » des rugissantes années 1920 (« roaring […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André LE VOT, « FITZGERALD FRANCIS SCOTT - (1896-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-scott-fitzgerald/