JOURDAIN FRANCIS (1876-1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils de l'architecte Frantz Jourdain, Francis Jourdain commence une carrière de peintre avant de s'intéresser aux arts décoratifs. Ses Ateliers modernes, créés en 1912, prennent une extension si rapide qu'il les complète après la guerre par une boutique, « Chez Francis Jourdain », où l'on trouve aussi bien des meubles, des tissus, des papiers peints, des céramiques. Les théories de Jourdain et ses recherches pour adapter réellement le mobilier aux besoins d'une clientèle populaire en font un précurseur. Le problème était d'une part de concevoir un mobilier, ou une absence de mobilier, en rapport avec l'exiguïté des appartements modernes, d'autre part d'obtenir des meubles qui soient réellement à bon marché grâce à l'industrialisation. Il est le premier à avoir insisté sur le fait que la fabrication mécanique de mobilier ne devait pas répéter les formes créées pour être exécutées à la main. Sa grande innovation fut d'inventer des éléments de base standards que l'on pouvait assembler de différentes manières, ce qui résolvait le problème du prix de revient et fournissait des solutions adaptables à chaque appartement. Ces recherches s'apparentent à celles de Djo Bourgeois qui, à la même époque, tente, en liaison avec les architectes, d'utiliser rationnellement les espaces, grâce à un mobilier de ligne extrêmement dépouillée. L'entreprise de Jourdain et de Bourgeois n'est pas étrangère à l'esprit qui anime les travaux du Bauhaus.

Francis Jourdain a, dans de nombreux écrits, pris position contre le fascisme, l'Allemagne nazie, la guerre d'Espagne. Il a publié en 1951 ses Mémoires, Né en 76, qu'il reprendra en 1953 dans Sans remords ni rancune, souvenirs épars d'un vieil homme né en 76.

—  Colombe SAMOYAULT-VERLET

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur au Musée national du château de Fontainebleau, professeur à l'École du Louvre

Classification


Autres références

«  JOURDAIN FRANCIS (1876-1958)  » est également traité dans :

STYLE 1925

  • Écrit par 
  • Yvonne BRUNHAMMER
  •  • 4 659 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « France »  : […] Consacré à l'occasion de l'exposition de 1925, le mouvement traditionaliste recrute ses adeptes parmi les jeunes décorateurs qui rejettent violemment le style 1900. Au salon de 1912, le peintre André Mare présente avec un groupe d'amis peintres – Marie Laurencin, La Fresnaye, Jacques Villon, Desvallières – la Maison cubiste, qui n'a guère de cubiste que le nom. Derrière la façade conçue par Raymo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-1925/#i_46911

Pour citer l’article

Colombe SAMOYAULT-VERLET, « JOURDAIN FRANCIS - (1876-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-jourdain/