GALL FRANCE (1947-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

France Gall et Michel Berger : une vie en chanson

Comme beaucoup de ses congénères yé-yé, France Gall vit une période de creux artistique au début des années 1970. Elle entend alors à la radio « Attends-moi », une chanson de Michel Berger, un jeune auteur-compositeur qui a marqué le style musical et la vie de Véronique Sanson, a travaillé avec Françoise Hardy et affiche une timidité délicate. France Gall le convainc d’écrire pour elle. Séduit, il lui écrit leur première chanson d’amour commune, « La déclaration d’amour », parue en 1974 et qui inaugure une longue suite de tubes réalisés en duo. Ils se marient le 22 juin 1976.

France Gall et Michel Berger

Photographie : France Gall et Michel Berger

En 1974 paraît « La Déclaration d'amour », premier coup d'essai et premier succès pour le duo Michel Berger et France Gall, que l'on voit ici en 1977 lors de l'émission « Bienvenue au cinéma ». Ce titre inaugure une longue série de tubes réalisés par ce couple emblématique de la... 

Crédits : Claude James/ INA

Afficher

L’alchimie opère. La musique légère et fluide, très swing, de Michel Berger met en valeur la voix déliée et profonde de France Gall ainsi que son sens du rythme. Ils deviennent un couple modèle. Ensemble, ils donnent des concerts, occupent le petit écran, deviennent les bien-aimés de la scène française et enchaînent les succès pendant près de quinze ans : « Comment lui dire », « Ça balance pas mal à Paris », « Musique », « Si maman si », « Tout pour la musique », « Débranche », « Ella, elle l'a »… Mais aussi « Il jouait du piano debout », en 1980, qui suit le succès scénique de la comédie musicale Starmania (1979), écrite par Berger et Luc Plamondon, où France Gall joue le rôle de Cristal.

Sous des dehors légers, les chansons de Michel Berger avaient « une ligne », disait France Gall. Tourné vers les autres et sensible au monde alentour, Michel Berger le décrivait subtilement et en dénonçait les travers et les beautés. « Babacar » revient sur l’histoire d’un enfant d’Afrique, un petit Sénégalais que France Gall a rencontré sur l'île de Ngor, située en face de Dakar. « Il jouait du piano debout » évoque l’importance de la différence ; « Diego libre dans sa tête » raconte l'histoire d'un prisonnier politique. « Cézanne peint » remet les artistes au centre de l’existence, tandis que « Mademoiselle Chang » est un manifeste antiraciste. L’engagement humanitaire du couple contribue d’ailleurs à la sympathie qu'il suscite. En 1985, aux côtés des chanteurs Daniel Balavoine, Lionel Rotcage (fils de Régine) et de l'acteur Richard Berry, Michel Berger et France Gall sont par exemple à l'origine d'Action Écoles, une structure qui lève des fonds pour aider des projets de développement agricole en Afrique. L'association met fin à ses activités après la mort de leur ami Daniel Balavoine en 1986, lors du rallye Paris-Dakar. Si France Gall n’avait jamais aimé la scène, elle s’y était jetée avec bonheur en compagnie de Michel Berger. Au début de 1988, après une longue tournée, consécration du succès de l'album Babacar (avec la chanson « Évidemment », dédiée à Daniel Balavoine), elle décide de mettre sa carrière entre parenthèses afin de se consacrer à ses enfants Pauline et Raphaël.

En juin 1992, le couple fait paraître Double Jeu, un disque de dix chansons interprétées en duo. Mais, deux mois plus tard, Michel Berger meurt, victime d'une crise cardiaque. Après plusieurs mois de deuil, France Gall remonte sur scène pour son spectacle Simple Je, au Palais omnisports de Paris-Bercy : c'est un triomphe. Sa fille, Pauline Hamburger, meurt en décembre 1997, à l'âge de dix-neuf ans, victime de la mucoviscidose. France Gall s’efface, elle passe beaucoup de temps face aux rumeurs de l’Atlantique à Ngor, où elle a ouvert une école et finance un restaurant. Elle reviendra à Michel Berger fin 2015, écrivant alors avec l’américano-éthiopien Bruck Dawit, son compagnon, Résiste, un spectacle musical élaboré à partir des chansons du duo Gall-Berger, qui parcourt les grandes scènes françaises pendant un an.

Elle meurt le 7 janvier 2018 à Neuilly-sur-Seine des suites d’un cancer.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GALL FRANCE (1947-2018)  » est également traité dans :

ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Serge ELHAÏK
  •  • 8 002 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Années 1950 : les arrangeurs des monstres sacrés de la chanson française et l’arrivée du vinyle »  : […] À partir du début des années 1950, les 78-tours sont progressivement remplacés par les disques vinyle 45-tours et 33-tours, popularisés auprès du grand public grâce aux progrès des techniques d’enregistrement (magnétophones multipistes, stéréophonie, etc.) et à la diffusion de la musique (juke-box, radio dont celle au transistor, télévision). Ce nouveau support permet l’enregistrement de plusieur […] Lire la suite

BERGER MICHEL (1947-1992)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 534 mots
  •  • 1 média

Fils du professeur de médecine Jean Hamburger et de la pianiste Annette Haas-Hamburger, Michel Berger (né à Neuilly-sur-Seine le 28 novembre 1947) avait reçu en héritage un goût pour la précision soignée et une forme de sensibilité artistique qu'il tenta toujours d'accommoder au blues et au swing issus d'un rock dégraissé de son agressivité sonore. Après un passage parmi les « yéyés » dont témoig […] Lire la suite

Pour citer l’article

Véronique MORTAIGNE, « GALL FRANCE - (1947-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-gall/