FOUR À MICRO-ONDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du four industriel à l’appareil électroménager

Ce premier four à micro-ondes est lourd (plus de 300 kg), volumineux (plus de 1,80 m de hauteur) et coûteux, notamment en raison du système de refroidissement par eau du magnétron, ce qui le cantonne alors aux hôtels ou navires transatlantiques. Il faudra attendre la production, par les industriels japonais, de tubes électroniques miniaturisés refroidis par air pour que la société Amana, spécialisée dans l’électroménager et filiale de Raytheon, mette sur le marché un four à micro-ondes suffisamment petit et économique pour intégrer la cuisine des foyers américains. La diffusion de ce nouvel appareil domestique, une fois passées les premières réticences dues à l’usage d’ondes électromagnétiques dans les cuisines, sera rapide. Il fera son apparition en France au Salon des arts ménagers de 1971. À une époque où l’usage des produits surgelés se répand, le four à micro-ondes permet de réchauffer et cuire à grande vitesse, la chaleur atteignant le cœur des aliments beaucoup plus vite que dans la cuisson traditionnelle.

Percy Spencer a effectué une remarquable carrière au sein de Raytheon en déposant plusieurs centaines de brevets, mais c’est bien l’invention du four à micro-ondes qui le fera passer à la postérité.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Bruno JACOMY, « FOUR À MICRO-ONDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/four-a-micro-ondes/