FILIGRANE, orfèvrerie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme désignant un ornement composé de fils de métal (or, argent, cuivre, etc.) qui semblent être constitués de grains accolés plus ou moins gros obtenus simplement par étirage à la filière (plaque percée de trous de grosseur dégressive dans lesquels on fait passer successivement le fil de métal pour le réduire à la section voulue). Les filigranes sont généralement assemblés et soudés ou appliqués par des clous, rivets ou agrafes sur un fond de métal. Les filigranes vénitiens, qui forment une sorte de dentelle mécanique, sont entièrement composés de filigranes fixés les uns aux autres sans fond. Par extension, on appelle filigrane certains décors constitués de fils unis torsadés qui sont appliqués sur un fond. Les faux filigranes sont fondus en même temps que le fond avec lequel ils font corps.

La fabrication des filigranes se fait à partir de fils étirés à une certaine grosseur ou à partir d'un ruban enroulé sur lui-même en spirales jointives et passé à la filière. Le fil est ensuite imprimé avec une lime à une gorge creuse ; cette gorge forme deux sillons parallèles ou spiroïdaux, selon qu'on la tient perpendiculaire au fil ou légèrement en oblique. Le métal écrasé dans les sillons ressort en formant un relief granulé. Les filigranes « perlés » sont des grains sphériques réguliers accolés, les filigranes « barillés », des grains allongés et les filigranes « spiralés » ont l'aspect d'un filetage spiroïdal de vis. La grosseur des grains dépend de la section du fil employé. La technique du filigrane est connue depuis la plus haute antiquité ; elle fut d'abord pratiquée en Orient, puis en Occident, du Moyen Âge au xviiie siècle, époque où elle semble moins appréciée. On l'employait comme décor de l'orfèvrerie religieuse et civile, pour la bijouterie et les garnitures de vêtements. Il ne faut pas confondre cette technique avec les filigranes ornant en transparence les feuilles de papier.

Collier Barmy

Collier Barmy

photographie

Collier Barmy : collier pèlerine porté en Russie par les premiers tsars. Or, pierres précieuses, perles. Décor de granulation et de filigrane. École de Riazan, env. XIIe siècle. Musées du Kremlin, Moscou. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Catherine ARMINJON

Écrit par :

  • : conservateur de l'Inventaire, responsable des Objets mobiliers à l'Inventaire général

Classification


Autres références

«  FILIGRANE, orfèvrerie  » est également traité dans :

MÉROVINGIENS

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG, 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 15 048 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les techniques »  : […] Les techniques mérovingiennes du métal sont à la fois marquées par l'héritage antique et par des innovations. La fonte des métaux ( bronze, argent, plus rarement or), si largement pratiquée durant l'Antiquité romaine pour la fabrication d'objets moulés, fut tout aussi courante en Gaule mérovingienne et à sa périphérie, certains ateliers ayant à coup sûr maintenu les traditions technologiques. À la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/merovingiens/#i_47133

SCANDINAVIE

  • Écrit par 
  • Martin Edvard BLINDHEIM, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Nicole PÉRIN, 
  • Jean-Michel QUENARDEL
  •  • 22 094 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Colliers et plaques d'or »  : […] L'habileté exceptionnelle des orfèvres nordiques se manifeste surtout dans les colliers qui constituent souvent la pièce la plus importante des trésors enfouis au v e  siècle en Vastergötland (Suède méridionale) ou dans l'île d'Öland. On connaît à ce jour cinq de ces colliers d'or, composés de plusieurs rangs d'anneaux tubulaires recouverts d'un l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scandinavie/#i_47133

Pour citer l’article

Catherine ARMINJON, « FILIGRANE, orfèvrerie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/filigrane-orfevrerie/