FERNAND LÉGER (exposition)

Une « belle machine » comme le Centre Georges-Pompidou était sans doute le cadre idéal d'une exposition consacrée au peintre Fernand Léger (1881-1955). C'est, du moins, ce qu'il ressortait de la rétrospective de son œuvre qui s'y est tenue du 19 mai au 29 septembre 1997, dont la scénographie confrontait sobrement les éléments mécaniques des tableaux aux structures architecturales du musée. Sans excès, cette mise en espace réactivait, comme le concevait l'artiste, un rapport de concurrence entre l'art et le monde moderne.

Isabelle Monod-Fontaine et Claude Laugier, les deux commissaires de l'exposition, situaient cette rétrospective dans la grande tradition des « leçons de peinture » que le musée a régulièrement proposées depuis vingt ans. La leçon, cette fois, portait sur une sélection restreinte d'une centaine de tableaux qui permettait aux organisateurs de dessiner la trajectoire d’une œuvre suivant un fil conducteur donné par neuf tableaux : les Nus dans la forêt (1909-1910) ; La Partie de cartes (1917) ; La Ville (1919) ; Le Grand Déjeuner (1921) ; la Composition à la main et aux chapeaux (1927) ; La Baigneuse (1931) ; la Composition aux deux perroquets (1935-1939), Les Constructeurs (1950) ; La Grande Parade (1954). Chaque ensemble de salles correspondant à ces grandes périodes était suivi par la présentation de quelques dessins préparatoires aux peintures. Poursuivant cette volonté de pénétrer dans l'intimité de l'œuvre, un espace central exposait encore quelques documents significatifs. Des photos des rues de Paris dans les années 1920 et 1930, des affiches publicitaires, des manuscrits de l'artiste, des dessins de costumes pour les Ballets suédois et des maquettes d'architecture évoquaient successivement l'environnement urbain, dont la peinture de Léger organisait le chaos, ainsi que les rapports du peintre avec d'autres arts. Globalement, la conception de l'exposition s'accordait à l'esthétique de Léger. D'emblée, en ouvrant la rétrospective sur les Nus dans la f [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Brown, Rhode Island

Classification

Pour citer l’article

Hervé VANEL, « FERNAND LÉGER (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernand-leger/