KHNOPFF FERNAND (1858-1921)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pur produit de la haute bourgeoisie catholique, aristocrate fortuné d'ascendance germanique, premier adepte de Péladan à Bruxelles, misogyne hautain, solitaire et raffiné, trop attaché à sa sœur Marguerite (son modèle privilégié) pour supporter le mariage au-delà de quelques mois, mobilisé en permanence par un sens aigu du paraître, Fernand Khnopff s'est composé un personnage aussi factice que ses œuvres (toujours d'une grande intensité figurale) sont saturées d'investissements libidinaux et fondées sur une organisation narcissique : despote du malaise, ce précurseur du dépaysement surréaliste offre au consommateur de l'image, toujours avec un tact silencieux, l'insolite, le bizarre, l'inattendu, le caressant, l'ésotérique, bref un érotisme de civilisé hautement « prisé par le monde élégant ». On a reconnu en lui « le plus grand symboliste de la peinture belge » (S. Tschudi Madsen). Sa carrière est exactement symétrique de celle du Néerlandais Jan Toorop, et tous deux ont, dans leur milieu respectif, joué un rôle déterminant dans la formation et la diffusion de l'Art nouveau. On relève surtout sa présence et son action dans le groupe des XX à Bruxelles, pour lequel il crée un monogramme, et à la première exposition duquel, en février 1884, il présente des paysages d'une expression contenue et songeuse. C'est l'époque où, après avoir assimilé la technique figurale fantomatique de Xavier Mellery à l'Académie de Bruxelles et, à Paris, l'imaginaire inquiétant, subtil et ténébreux de Gustave Moreau, il est obsédé par l'esthétique préraphaélite sur laquelle il fonde, tandis qu'il exploite inlassablement la littérature dite alors décadente, ses premières images symboliques, dont le célèbre Sphinx ou La Sphinge « délicate, exquise, raffinée, subtile, Sphinge pour ceux qui doutent de tout et qui fait douter de tout, Sphinge pour les lassés de tout, pour les incrédules à tout, Sphinge pour le sphinx lui-même » (E. Verhaeren, in L'Art moderne, 1886). Khnopff a indiqué à son ami, le peintre et historien d'art Jules Du Jardin, le ressort de cette poétique : « ... prendre un objet insolite pour u [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de l'École nationale supérieure d'architecture et des arts visuels, Bruxelles

Classification


Autres références

«  KHNOPFF FERNAND (1858-1921)  » est également traité dans :

GORGONE, iconographie

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 067 mots
  •  • 3 médias

Des trois sœurs appelées Gorgones, Euryalé, Sthéno et Méduse, la dernière, seule à être mortelle, est la plus fameuse en raison de son pouvoir de pétrifier les humains qui rencontrent son regard et de sa fin tragique. C'est presque toujours Méduse qui apparaît figurée, dès l'époque grecque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gorgone-iconographie/#i_23120

Pour citer l’article

Robert L. DELEVOY, « KHNOPFF FERNAND - (1858-1921) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernand-khnopff/