CROMMELYNCK FERNAND (1885-1970)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur dramatique belge. Né et mort en France, d'ascendance à la fois belge, bourguignonne et savoyarde, Fernand Crommelynck s'avère un authentique Flamand d'expression française, tout comme Verhaeren qui le « découvrit » et Maeterlinck dont s'inspira sa première pièce, Nous n'irons plus au bois (1906). En montant au théâtre du Gymnase (Paris, 1911) sa deuxième œuvre, Le Sculpteur de masques (1908), Armand Bour, qui appelait cela du « théâtre impressif », se serait souvenu dans la mise en scène des toiles de James Ensor. La signification pirandellienne du masque jointe à la libération de l'inconscient, au paroxysme du carnaval dans une cité de province qui somnole entre la place du marché et son béguinage, témoigne de cet alliage entre le réalisme et le fantastique qui constitue le fond même de Crommelynck et le rend proche de son compatriote Michel de Ghelderode.

Cependant, ce n'est qu'en 1920, avec la présentation à Paris, au théâtre de l'Œuvre sous la direction de Lugné-Poe, du Cocu magnifique, que Crommelynck se révéla et acquit la renommée internationale qu'il a gardée. Si le « magnifique » du titre infléchit déjà le thème éculé de la farce ou du vaudeville dans le sens de l'hénaurme, la pièce fait basculer le comique traditionnel dans l'absurde, où l'angoisse étreint le rire et y insuffle le tragique. On y retrouve l'ambiance du Misanthrope, la drôlerie contrapuntique de Shakespeare, la bouffonnerie propre au théâtre élisabéthain. Sans doute l'action fait-elle éclater les normes conventionnelles : pour se prouver qu'il est trompé, un mari jaloux voue sa femme d'abord à son meilleur ami, puis à tout le village avant de se glisser lui-même, déguisé, parmi les séducteurs. Sans arriver pour autant à faire la lumière à laquelle il aspire, même quand son épouse lassée le quitte pour suivre le premier venu. Mais c'est le style qui donne le ton et confère à l'œuvre son originalité : truculent autant qu'irréaliste, intensément [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CROMMELYNCK FERNAND (1885-1970)  » est également traité dans :

BELGIQUE - Lettres françaises

  • Écrit par 
  • Marc QUAGHEBEUR, 
  • Robert VIVIER
  •  • 17 541 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le théâtre : Crommelynck et Ghelderode »  : […] Quoi de plus poétique que le théâtre de Maurice Maeterlinck (1862-1949), mais aussi que celui de Fernand Crommelynck (1885-1970). Paris lui donna une heure de gloire, en 1920, pour cette farce irréaliste et haute en couleur qu'était Le Cocu magnifique . Toutes ses pièces, depuis Le Sculpteur de masques et Les Amants puérils jusqu'à La Jeune Fille folle de son âme et Une femme qu'a le cœur trop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-lettres-francaises/#i_6675

MEYERHOLD VSEVOLOD EMILIEVITCH (1874-1940)

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN
  •  • 2 398 mots

Dans le chapitre « L'Octobre théâtral »  : […] La révolution lui permettra de toucher de nouveaux spectateurs dont la seule présence peut aider à transformer le théâtre. Après le magnifique Bal masqué de Lermontov (1917), spectacle-bilan, fruit de plusieurs années de labeur, Meyerhold quitte les Théâtres impériaux, entre au Parti communiste, et monte Mystère Bouffe de Maïakovski (1918). À la tête de la Direction des théâtres de Pétrograd pui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vsevolod-emilievitch-meyerhold/#i_6675

Pour citer l’article

Hubert HARDT, « CROMMELYNCK FERNAND - (1885-1970) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernand-crommelynck/