GHELDERODE MICHEL DE (1898-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur dramatique belge, Michel de Ghelderode (pseudonyme puis patronyme d'Adhemar Adolphe Louis Martens) ne jouit pas d'une gloire aussi grande que celle de son compatriote Crommelynck. Pourtant son œuvre est sans doute au moins aussi importante. Ghelderode a écrit sa première pièce à vingt ans : La Mort regarde à la fenêtre (1918). Il a beaucoup écrit dans les années vingt, et ses pièces, traduites en flamand pour la circonstance, ont longtemps figuré au répertoire du Théâtre populaire flamand de Johan de Meester. Ce n'est que bien plus tard qu'il fut connu dans sa langue originale et en France même, grâce à des metteurs en scène parisiens tels que André Reybaz qui le « découvrirent » tardivement, à partir de la fin des années 1940.

Bouffonneries grimaçantes et mystères à résonances modernes, les pièces de Ghelderode acclimatent pour notre scène un xvie siècle de convention. Certaines de ces œuvres ont même été écrites pour un spectacle de marionnettes. Truculent, sombre, tragique, Ghelderode emploie une écriture bousculée, un rythme heurté et déconcertant. Burlesque parfois jusqu'à l'outrance, il retrempe aux sources populaires ses thèmes inspirés d'une culture classique. Parmi ses œuvres significatives citons encore Barrabas (1928), Mademoiselle Jaïre (1949), La Mort du docteur Faust (1928), Sire Halewyn (1934), La Ballade du Grand Macabre (1934), Hop Signor ! (1936) et Sortie de l'acteur, sa dernière pièce, qui fut jouée en 1963, un an après sa mort. L'essentiel de l'œuvre de Ghelderode a été rassemblé dans son Théâtre en cinq volumes (1950-1957). Ghelderode s'est rarement aventuré hors du genre théâtral. Il a pourtant publié un recueil de contes, Sortilèges (1941), et il a raconté ses débuts difficiles dans les Entretiens d'Ostende au cours d'un dialogue radiophonique qui a été publié en 1956.

On a parfois considéré Michel de Ghelderode comme un précurseur de Ionesco et de Beckett. C'est que son théâtre tragique et outré, trivial jusqu'à la caricature, situé au carrefour du théâtre élizabéthain et de l'expressionnisme, s'inscrit dans la même perspective et ouvre la voie au théâtre moderne.

—  Marc BLOCH

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GHELDERODE MICHEL DE (1898-1962)  » est également traité dans :

BELGIQUE - Lettres françaises

  • Écrit par 
  • Marc QUAGHEBEUR, 
  • Robert VIVIER
  •  • 17 541 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le théâtre : Crommelynck et Ghelderode »  : […] Quoi de plus poétique que le théâtre de Maurice Maeterlinck (1862-1949), mais aussi que celui de Fernand Crommelynck (1885-1970). Paris lui donna une heure de gloire, en 1920, pour cette farce irréaliste et haute en couleur qu'était Le Cocu magnifique . Toutes ses pièces, depuis Le Sculpteur de masques et Les Amants puérils jusqu'à La Jeune Fille folle de son âme et Une femme qu'a le cœur trop […] Lire la suite

LIGETI GYÖRGY - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 190 mots

28 mai 1923 György Sándor Ligeti naît à Dicsöszentmárton, en Transylvanie, ville qui avait appartenu à la Hongrie jusqu'en 1920 avant de devenir roumaine sous le nom de Tîrnăveni. 1941-1943 Ligeti étudie la composition, l'orgue et le violoncelle au Conservatoire de Kolozsvár (Klausenburg en allemand, aujourd'hui Cluj-Napoca, en Roumanie). 1945-1949 Ligeti entreprend des études de composition à l'A […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc BLOCH, « GHELDERODE MICHEL DE - (1898-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-de-ghelderode/