FEMMES EN MIROIR (Yoshida Kiju)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Ai-je vraiment le droit de parler de la bombe atomique lâchée sur Hiroshima ? Ceux qui ont vécu l'expérience de cet instant du 6 août 1945 à huit heures quinze du matin sont tous morts. » C'est en ces termes que Yoshida Kiju, cinéaste japonais venu de la Nouvelle Vague des années 1960, se pose la question éminemment morale de tourner un nouveau film qui aborderait autrement le traumatisme atomique d'Hiroshima. Ce n'est pas la première fois en effet que le cinéma japonais entreprend de traiter de ce sujet quasi tabou – comme la Shoah en Occident –, de la reconstitution hyper-réaliste du Hiroshima de Sekigawa Hideo (1953) et de la parabole pudique des Enfants d'Hiroshima de Shindo Kaneto (1952) à l'interprétation toute personnelle d'Imamura Shōhei dans Pluie noire (1989). Pourtant, avec Yoshida, cinéaste exigeant, auteur de plusieurs films marquants des années 1960 à 1986 (Histoire écrite par l'eau, 1965 ; Coup d'État, 1973 ; Promesse, 1986), il fallait bien s'attendre à une vision décalée d'un événement qui a profondément bouleversé l'histoire du Japon et du monde moderne : « C'est il y a sept ans, déclarait-il en 2002, l'année où l'on célébrait les cinquante ans de la fin de la guerre, que j'ai décidé en mon for intérieur de réaliser un film sur „l'Hiroshima que je porte en moi“ ».

Connaissant depuis longtemps une situation très difficile au Japon, en raison de la radicalité de ses exigences artistiques, Yoshida n'avait pu tourner aucun film de fiction depuis Onimaru (une transposition médiévale japonaise des Hauts de Hurlevent, en 1988). Il lui a donc fallu recourir à une coproduction française (avec Sépia Production), à l'instar de ses confrères Imamura ou Oshima. Pour visualiser le drame d'Hiroshima, il a adopté le point de vue des femmes, de celles qui, dit-il, « n'ont pas voulu la guerre ». Et plus particulièrement de trois femmes, qui symbolisent trois générations de Japonaises, dont les destins entr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Max TESSIER, « FEMMES EN MIROIR (Yoshida Kiju) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/femmes-en-miroir/