FANTASIA, film de Walt Disney

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre l'expérimentation et la vulgarisation

Entreprise surprenante, où plusieurs réalisateurs travaillèrent sous la houlette du producteur, Fantasia déroule une succession très inégale de courts-métrages d'animation, sans lien précis entre eux, qui parfois synthétisent les recherches visuelles des cinéastes expérimentaux, parfois adaptent la musique classique au style graphique Disney. Ils apparaissent comme la suite des « dessins animés musicaux », que Disney a produits en foule vers le début des années 1930 sous le nom de « Silly Symphonies ». Le choix des musiques privilégie les œuvres à programme (ballet, symphonie narrative, poème symphonique, ouverture), même si la version animée ne respecte qu'une fois à la lettre l'argument narratif qui a inspiré la partition : c'est L'Apprenti sorcier, où Mickey joue le rôle du héros de la ballade de J. W. von Goethe intitulée Zauberlehrling (1797) dont P. Dukas a tiré son célèbre poème symphonique. Pour Casse-Noisette et le Sacre du printemps, musiques de ballet écrites sur un argument, et pour la Symphonie pastorale, explicitement située par Beethoven dans une campagne germanique, le film choisit au contraire d'inventer un nouveau « programme » en ignorant délibérément celui d'origine.

Fantasia commence et finit dans une atmosphère sérieuse et « noble », mais intègre au milieu des séquences humoristiques et parodiques. Certains thèmes sont développés deux fois, dans une tonalité tantôt rassurante, tantôt terrifiante. Le thème de la magie apparaît ainsi, édulcoré, avec un gentil Apprenti sorcier, mais il revient sans humour dans Une nuit sur le mont Chauve, pleine de squelettes, d'esprits et de créatures démoniaques. Le thème de la nature est abordé de manière brutale, aux accents d'une version abrégée du Sacre du printemps (un véritable cauchemar cosmique où les dinosaures se déchirent en exhibant leurs crocs, puis se traînent lamentablement sous un soleil de plomb asséchant toute vie) ; puis, après cette vision déprimante de la nature rappelant que les États-Unis sont un grand pays sauvage qui connaît des climats violent [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : écrivain, compositeur, réalisateur, maître de conférences émérite à l'université de Paris-III

Classification

Autres références

«  FANTASIA, Walt Disney  » est également traité dans :

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel CHION, « FANTASIA, film de Walt Disney », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fantasia/