EXPOSITIONS COLONIALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans toute exposition internationale, l'architecture joue un rôle privilégié. Dégagée des contraintes fonctionnelles, elle sert plus à signifier qu'à abriter et constitue dans les registres de l'image symbolique un des principaux véhicules des idéologies. Signes purs, emblèmes, dont le but est d'impressionner le visiteur, les pavillons sont conçus comme des objets publicitaires, exaltant la mission des pays colonisateurs à travers des styles et des traits architecturaux choisis en fonction de leur aptitude à exprimer l'enjeu économique ou stratégique des territoires qu'ils représentent. Après la première exposition coloniale qui avait eu lieu à Casablanca en 1915, la décision d'organiser, en 1920, puis en 1930, des expositions sur le territoire métropolitain répondait à la double volonté de rassembler autour de la France ses alliés, confondus dans leur rôle de « civilisateurs », et de justifier, à travers l'organisation d'un vaste spectacle, la politique colonialiste. Œuvre de paix, ambassade de la France, confrontation des méthodes en vue de l'amélioration de la solidarité internationale, telles sont les définitions qui furent données à l'époque pour caractériser l'entreprise.

Inauguration de l'Exposition coloniale, 1931

Inauguration de l'Exposition coloniale, 1931

Photographie

Le 6 mai 1931, le futur roi d'Angleterre George VI et son épouse Élisabeth sont reçus par le maréchal Lyautey, lors de l'inauguration, à Paris, de l'Exposition coloniale dont ce dernier a patronné l'organisation.  La propagande qui se déploie à cette occasion vise à renforcer l'adhésion... 

Crédits : Edward Gooch/ Edward Gooch/ Getty Images

Afficher

L'attraction vedette de l'exposition de 1930, qui sera la dernière du genre, consistait dans la reconstitution du temple d'Angkor, associée à la section indochinoise qui ne comptait pas moins de vingt-cinq pavillons. Importance rétrospectivement pleine de sens quand on pense à l'enjeu que devait représenter cette partie du monde au cours des quarante années qui suivirent. Les justifications sont claires : le pouvoir colonial, s'appuyant sur la reconstitution de la légitimité de la dynastie khmère, se posant comme son héritier, fait du temple d'Angkor l'emblème de cette volonté de restitution d'une unité et d'une identité nationale fictive mais indispensable aux buts politiques et économiques qu'il poursuit : un pavillon annexe est entièrement consacré à « la formidable expansion de la culture du caoutchouc » et à l'exploitation des rizières. L'hétérogénéité des styles architecturaux, justifi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  EXPOSITIONS COLONIALES  » est également traité dans :

ART SACRÉ

  • Écrit par 
  • Françoise PERROT
  •  • 5 348 mots

Dans le chapitre « Quelques grands moments de l'entre-deux-guerres »  : […] La montée de l'ère industrielle s'était accompagnée de bouleversements sociaux avec, pour corollaire, l'afflux de populations ouvrières vers les villes. Dès la fin du xix e  siècle, des prêtres avaient engagé auprès de ces populations une évangélisation dans la tradition du catholicisme social, une situation à laquelle avait répondu l'organisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-sacre/#i_80274

EXPERT ROGER-HENRI (1882-1955)

  • Écrit par 
  • Roger-Henri GUERRAND
  •  • 690 mots

Issu d'une dynastie de vignerons aisés du Bordelais, Roger-Henri Expert fit ses études secondaires au collège Saint-Elme fondé par les Dominicains à Arcachon, s'inscrivit ensuite à l'école des Beaux-Arts de Bordeaux avant de rejoindre celle de Paris : il obtint le second grand prix de Rome en 1912. Dès cette époque, il travaille avec André Granet pour la construction d'immeubles cossus, square et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-henri-expert/#i_80274

EXPOSITIONS UNIVERSELLES

  • Écrit par 
  • Christiane DEMEULENAERE-DOUYÈRE
  •  • 3 593 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une appropriation du monde »  : […] Cosmopolites par la diversité d’origine des exposants et des visiteurs, les expositions se sont très vite transformées en d’extraordinaires fenêtres ouvertes sur toutes les terres lointaines, entraînant l’imaginaire de leurs visiteurs à la découverte d’autres horizons et d’autres peuples. Offrant ou prétendant offrir « le tour du monde en un jour » (pour reprendre le slogan de l’Exposition interna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expositions-universelles/#i_80274

LAPRADE ALBERT (1883-1978)

  • Écrit par 
  • François LOYER
  •  • 762 mots

Architecte français né à Buzançais en 1883. Après des études à l'École nationale des beaux-arts de Paris, il est appelé au Maroc par Henri Prost dont il devient l'adjoint à partir de 1916, sous les ordres du maréchal Lyautey. La dévotion qu'il porte à ce dernier se conjugua avec l'influence de son maître, l'un des premiers praticiens de l'urbanisme moderne en France. Il réalise ainsi le plan de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-laprade/#i_80274

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 010 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « De l'officiel au singulier : les Orients du XXe siècle »  : […] La colonisation qui s'accélère à la fin du siècle, tend, en Grande-Bretagne, à atténuer l'inspiration orientaliste. En France, au contraire, elle prend un tour officiel qui souhaite lui donner un nouvel essor. La Société des peintres orientalistes français s'engage, à sa création en 1893, à « faire aimer les races indigènes, (à) pénétrer et comprendre leur civilisation, leurs mœurs, leur histoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientalisme-art-et-litterature/#i_80274

ZOOS HUMAINS (ouvrage collectif) et L'ÉCRAN ET LE ZOO (O. Razac) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Mona CHOLLET
  •  • 997 mots

« Entre “eux” et “nous”, une barrière infranchissable. » Si toute civilisation élabore une représentation de l'autre qui lui permet de se valoriser elle-même, jamais cette construction n'a été poussée aussi loin qu'en Occident, où elle a accompagné et justifié les conquêtes coloniales : « Jusqu'au xix e  siècle, ces représentations de l'altérité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoos-humains-ouvrage-collectif-l-ecran-et-le-zoo/#i_80274

Pour citer l’article

Jean-Étienne GRISLAIN, « EXPOSITIONS COLONIALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/expositions-coloniales/