ORS Y ROVIRA EUGENIO D' (1882-1954)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe, critique d'art, essayiste, romancier, l'Espagnol Eugenio d'Ors appartient à la génération postérieure à la génération dite de 98, auprès de Marañon, de Gómez de la Serna et d'Ortega y Gasset. Comme ce dernier, il consacre une grande partie de son activité à diffuser en Espagne les grands courants européens, philosophiques, littéraires et artistiques, s'attachant plus particulièrement aux problèmes esthétiques. De mère cubaine et de père catalan, il écrit ses premières œuvres en catalan, les autres en espagnol. Son œuvre principale est constituée par ses Glosari, série de brefs écrits commencés en 1906 et prolongés en 1920 par El Nuevo Glosario ; il s'agit d'une sorte de journal intellectuel qu'il conçoit comme une reprise moderne du Dictionnaire philosophique de Voltaire et qu'il complète par le Novísimo Glosario (1947). Esprit curieux, doté d'une rigueur logique remarquable, nuancée d'une fine sensibilité, Eugenio d'Ors s'est toujours maintenu disponible aux idées nouvelles. La politique, la littérature, l'art, la science, la philosophie ont été les thèmes de ses « Gloses », de ses commentaires, d'abord publiés dans la presse quotidienne avant d'être rassemblés en volumes. Ses essais poursuivent cette même démarche : El Valle de Josafat (1921), Océanographie de l'ennui (Oceanografía del tedio, 1921), U-turn it (1923), Lorsqu'enfin je serai tranquille (Cuando ya esté tranquilo, 1930), De la amistad y el diálogo (1914), Aprendizaje y heroismo (1915), Grandeza y servidumbre de la inteligencia (1919).

À travers tous les thèmes de sa réflexion se profilent une figure humaine harmonieuse, achevée, et un idéal classique de la civilisation (La Civilización en la historia). Il explore avec la même ardeur le champ philosophique : Religio est libertas (1930), Primera lección de un curso de filosofía (1927), La Fórmula biológica de la lógica, Las Aporías de Zenón de Elea y la noción moderna del espacio-tiempo, dont les idées se retrouvent dans une œuvre de maturité : El Secreto de la filosofía (1947). Ce désir d'universalité, ce refus du particulier, qui sous-tendent toute son œuvre, traversent avec la même force ses créations romanesques : La Bien Plantada (1912), qui symbolise l'esprit équilibré de la Catalogne, Flos Saphorum (1914). Par sa forte personnalité, par sa culture extrêmement vaste, par son talent et son ironie, Eugenio d'Ors est une figure originale : par son mode de pensée, il se situe dans la lignée des classiques, alors que son style recherché porte l'empreinte du baroque.

Ses livres Trois Heures au musée du Prado (1924), Coupole et monarchie (Paris, 1929) et Du baroque (Paris, 1936) sont les plus marquants dans son œuvre. Il y traite des aspects historiques de l'art, vus sous l'angle conceptuel de la « tectonique » et de la « morphologie » de la culture. Son mépris pour l'histoire, entendue comme science de ce qui est contingent, est manifeste, surtout dans Du baroque, texte où il résume un colloque qui se tint à l'abbaye de Pontigny en Bourgogne. Pour arriver à définir le terme baroque, il établit a priori une différenciation entre « styles historiques » et « styles de culture », c'est-à-dire entre ceux qui sont seulement valables pour une époque ou un département culturel et ceux qu'il considère, au contraire, comme permanents ou constants, autrement dit qui peuvent se produire à n'importe quel moment ou dans n'importe quelle culture et qui constituent la tradition. Pour cela, il a recours à la théorie métaphysique des éons, êtres purs de la raison empruntés à Leibniz. Après avoir fait, au moyen de groupes formels ou familles, une classification en espèces du genre Barochus, comme Buffon l'avait fait pour la zoologie et la botanique, d'Ors en vient à conclure qu'aux « formes qui volent » (les classiques) s'opposent les « formes qui pèsent » (les baroques) et que ces dernières, face à l'intellectualisme et au caractère normatif de ce qui est classique, sont le triomphe du vitalisme le plus effréné et une licence sentimentale au caractère passionnel, instinctif et irrationnel.

Derrière ses axiomes « culturalistes », il y a toute une éthique et une politique que d'Ors ne niait pas. Il n'est pas étonnant que Pierre Francastel ait qualifié les théories d'Eugenio d'Ors — théories brillantes et qui peuvent paraître sous certains aspects annoncer le structuralisme — d'absurdes et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ORS Y ROVIRA EUGENIO D' (1882-1954)  » est également traité dans :

CATALOGNE

  • Écrit par 
  • Mathilde BENSOUSSAN, 
  • Christian CAMPS, 
  • John COROMINAS, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean MOLAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 22 415 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Perspectives du XXe siècle »  : […] Vers 1906, la bourgeoisie catalane, déjà remise de quelques-unes des crises de la fin du siècle et décidée à résoudre pour son propre compte le désarroi politique de l'État espagnol, a encouragé une action culturelle ambitieuse qui, en littérature, a promu un intellectualisme cosmopolite : le «  noucentisme ». Eugeni d'Ors, qui en a posé les fondements théoriques, a composé des nouvelles pleines […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 806 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nouveaux maîtres à penser »  : […] Ganivet était l'ami de Miguel de Unamuno (1864-1936), le maître de la génération de 1898 et l'une des figures capitales de l'Espagne, devenue légende à cause de sa carrière passionnée de lutteur, sa gloire de recteur de l'université de Salamanque, son exil sous Primo de Rivera, son retour triomphal à l'avènement de la république, sa mort solitaire lors de l'entrée des franquistes à Salamanque. Ay […] Lire la suite

GÉNÉALOGIES DU BAROQUE (A. Mérot)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 237 mots

Avec Généalogies du baroque (Le Promeneur, Paris, 2007), une synthèse consacrée à l'histoire de la notion de « baroque » dans les arts visuels, Alain Mérot, professeur d'histoire de l'art moderne à la Sorbonne, spécialiste reconnu de la peinture française du xvii e  siècle et plus spécifiquement de Poussin, n'invite pas seulement le lecteur à revisiter un concept aujourd'hui très étendu, en mêla […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sylvie LÉGER, « ORS Y ROVIRA EUGENIO D' - (1882-1954) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eugenio-d-ors-y-rovira/