PÉREZ DE AYALA RAMÓN (1880-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pendant la Première Guerre mondiale, Pérez de Ayala est le correspondant de la revue de Buenos Aires, La Prensa, et, à ce titre, il parcourt la France, l'Italie, la Grande-Bretagne et l'Amérique du Sud. De 1931 à 1936, il est ambassadeur d'Espagne à Londres, puis s'exile volontairement en Amérique du Sud en raison de la guerre civile d'Espagne (1936-1939).

Après un volume de poésie, La Paix du sentier (La Paz del sendero, 1904), Pérez de Ayala écrit une série de quatre romans : Ténèbres sur les hauteurs (Tinieblas en las cumbres, 1907), AMDG (1910 ; d'après la devise des Jésuites, Ad majorem Dei gloriam), La Patte du renard (La Pata de la raposa, 1912) et Trotteurs et danseurs (Troteras y danzaderas, 1913). Largement autobiographiques, ces quatre romans évoquent l'éveil à la vie d'un adolescent. Un réalisme amer leur donne une tonalité assez sombre : AMDG, par exemple, s'inspire de l'expérience que fit l'auteur d'un internat de jésuites. Les Trois Nouvelles poétiques de la vie espagnole (Tres Novelas Poemáticas de la vida española, 1916), intitulées Prométhée (Prometeo), La Lumière du dimanche (Luz del domingo) et La Chute des citrons (La Caída de los limones), ont pour thème le désenchantement et portent encore la marque du pessimisme des premières œuvres.

En revanche, les romans ultérieurs, considérés comme ses œuvres maîtresses, témoignent d'une plus grande maturité. Dans Belarmino et Apolonio (1921), Juan le Tigre (Tigre Juan, 1926) et L'Honneur du charlatan (El Curandero de su honra, 1926), il crée des personnages d'une portée plus universelle et donne libre cours à un humour grinçant.

—  Roger MEUNIER

Écrit par :

  • : chargé de cours à l'université de Paris-VIII, assistant de recherche à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  PÉREZ DE AYALA RAMÓN (1880-1962)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nouveaux maîtres à penser »  : […] Ganivet était l'ami de Miguel de Unamuno (1864-1936), le maître de la génération de 1898 et l'une des figures capitales de l'Espagne, devenue légende à cause de sa carrière passionnée de lutteur, sa gloire de recteur de l'université de Salamanque, son exil sous Primo de Rivera, son retour triomphal à l'avènement de la république, sa mort solitaire lors de l'entrée des franquistes à Salamanque. Ay […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger MEUNIER, « PÉREZ DE AYALA RAMÓN - (1880-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 avril 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramon-perez-de-ayala/