ORMANDY EUGENE (1899-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le patriarche de Philadelphie

En 1936, l'Orchestre de Philadelphie fait à nouveau appel à lui pour partager sa direction musicale avec Leopold Stokowski, auquel il succède deux ans plus tard. Pendant quarante-quatre ans, Ormandy fera de cet orchestre l'un des meilleurs du monde, capable de nuances d'une étonnante subtilité, d'un phrasé d'une remarquable finesse et doté d'une palette sonore convenant à tous les répertoires. La qualité des cordes tient naturellement à la formation de violoniste d'Ormandy, dont les coups d’archets sont restés dans la légende. Avant lui, Stokowski avait établi un système de coups d'archets individualisés (plusieurs coups d’archets différents au sein d’un même pupitre afin d’éviter toute rupture du son dans le phrasé). Ormandy est revenu à la tradition du coup d'archet unique, tout en sachant maintenir ce sens du phrasé exceptionnel. Le son qu’il parvient à tirer de cet orchestre tient aussi à la réécriture de certains passages des œuvres, dont il modifie l'orchestration, dans la ligne de Mahler ou de Mengelberg. Il n'hésite pas à doubler certains pupitres d'instruments à vent ou à pratiquer des coupures. En ce sens, Ormandy est loin des interprétations scrupuleuses d'un Toscanini.

La carrière d'Eugene Ormandy est étroitement associée à celle de son orchestre, formation qui a toujours su retenir ses chefs puisque, avant lui, Stokowski était resté vingt-six ans à Philadelphie. Le rythme de travail des orchestres américains laissait alors peu de liberté pour se produire ailleurs. Aussi Ormandy était-il beaucoup moins connu en Europe qu'aux États-Unis, et il doit sa réputation internationale à une discographie pléthorique : environ 200 enregistrements réalisés pour R.C.A. jusqu'en 1943 et après 1968, et pour C.B.S. (aujourd'hui Sony) entre ces deux dates. En 1980 et 1981, il a enregistré quelques disques pour Telarc et Delos. Avec l'Orchestre de Philadelphie, il a gravé plus de 1 200 œuvres. Pendant la durée de son contrat à Philadelphie, Ormandy ne disposait chaque année que de quatre semai [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Autres références

«  ORMANDY EUGENE (1899-1985)  » est également traité dans :

PHILADELPHIE ORCHESTRE DE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 798 mots
  •  • 2 médias

Fondé en 1900, l'Orchestre de Philadelphie (The Philadelphia Orchestra) est, avec celui de Cleveland, le benjamin des grands orchestres américains. Ses deux premiers chefs permanents sont allemands : Fritz Scheel (1900-1907) et Carl Pohlig, un ancien assistant de Gustav Mahler (1907-1912). Fritz Kreisler se produit en soliste dès la première saison, Richard Strauss vient diriger ses œuvres en 1904 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « ORMANDY EUGENE - (1899-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-ormandy/