DREWERMANN EUGEN (1940- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nouvelle exégèse

Drewermann analyse également de nombreux contes, en particulier ceux de Grimm, et des mythes dont il montre la portée thérapeutique. Son interprétation de Saint-Exupéry s'inscrit dans la même ligne.

Tout ce travail repose sur une rigoureuse méthode d'interprétation. Dans Psychanalyse et exégèse (Tiefenpsychologie und Exegese, 2 vol., 1984-1985), il décortique les différents genres littéraires de la Bible. Tout en reconnaissant le rôle de l'exégèse historico-critique, il dénonce l'incapacité de cette dernière à proposer une lecture religieuse des textes : elle ignore en effet qu'une expérience authentique ne peut se transmettre qu'en termes mythiques et symboliques – d'où l'utilité du langage jungien –, donc en termes qui échappent aux conditions historiques de leur surgissement et prennent un caractère universel.

Dans La Parole qui guérit (Wort des Heils, Wort der Heilung, 1988-1993), il montre comment le « maître des profondeurs », Jésus, personnage bien historique, libère en tout homme les archétypes qui ne pouvaient se dire sans mutation de l'image que l'homme se fait de lui-même et de Dieu. Cette interprétation « psychanalytique » de la Bible déclenche un conflit violent avec les exégètes historico-critiques qui l'accusent de détruire les bases historiques de la foi.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre BAGOT, « DREWERMANN EUGEN (1940- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugen-drewermann/