Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DREWERMANN EUGEN (1940- )

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Sanction du non-conformisme

Le conflit avec son évêque, et par là avec la hiérarchie catholique, est d'abord d'ordre pastoral : il refuse d'exclure a priori de la communion les divorcés remariés ou les protestants. S'ajoute à ce non-conformisme un pacifisme dérangeant et des prises de position écologistes inhabituelles. Puis, en 1989, la publication de Kleriker (Fonctionnaires de Dieu) provoque un véritable choc. Fort de son expérience de psychothérapeute auprès de prêtres et de religieux(euses), Drewermann étudie la genèse psychologique de la vocation en dénonçant la façon dont, comme toute institution, l'Église catholique joue sur l'ambiguïté de ces données psychologiques pour le plus grand profit de son fonctionnement, mais en mettant ainsi en péril la personne de ceux qui entendent annoncer une parole de vie.

Mais les publications de De la naissance des dieux à la naissance du Christ (Dein Name istwie der Geschmack des Lebens, 1986) et de La Barque du Soleil (Ichsteigehinab in die Barke der Sonne, 1989) donnaient au conflit une tournure plus dogmatique. Drewermann a voulu montrer comment le récit chrétien de la naissance virginale du « Fils de Dieu » et de sa résurrection reprend d'autres textes, en particulier égyptiens, même s'il en modifie la portée. Ce travail comparatiste pouvait paraître remettre en cause cette vérité de foi qu'est pour les chrétiens l'incarnation divine.

En dépit d'un apparent accord lors d'un échange capital avec son évêque, celui-ci extrait des deux ouvrages cinq « thèses » qu'il condamne. Drewermann admet cette condamnation d'idées dans lesquelles il ne se reconnaît pas. Mais, effrayé par l'ampleur du succès littéraire et médiatique du théologien, Mgr Degenhardt décide de le frapper d'interdit en 1994 (interdiction de célébrer et de recevoir tous les sacrements) et le prive de sa chaire au séminaire universitaire. Depuis lors, dans l'Église catholique, Drewermann est un auteur maudit à oublier. En 2005, il quitte formellement l’Église catholique.

— Jean-Pierre BAGOT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jean-Pierre BAGOT. DREWERMANN EUGEN (1940- ) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 11/04/2024