ETNA, volcan

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Volcan actif composé situé au nord-est de la Sicile, où il domine la ville de Catane du haut de ses 3 350 mètres d'altitude (en 2008, mais l'altitude varie avec l'activité du volcan).

L'Etna

Photographie : L'Etna

Le plus haut volcan d'Europe, l'Etna, encore actif, domine l'île de Sicile. 

Crédits : Kevin Schafer/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Ce plus haut volcan actif d'Europe se présente comme un édifice complexe, du fait de sa longue activité, de forme grossièrement conique. Sa base elliptique, de 1 600 kilomètres carrés, repose sur un soubassement sédimentaire. Sa structure est caractérisée à la base par la prédominance des laves sur les pyroclastites, mais à mesure que l'on se rapproche du sommet le pourcentage de matériel pyroclastique augmente. La partie inférieure du massif se termine à 2 900 mètres par une vaste plate-forme. Celle-ci est formée par les restes de deux anciens cratères (valle del Leone au nord-est, piano del Lago au sud-est) et par la partie supérieure du volcan, aux pentes fortes (de 25 à 300). La partie supérieure, située au centre de la plate-forme, comporte deux cônes actifs formés de matériel pyroclastique. Les produits émis sont en grande partie des basaltes. L'ensemble du volcan est parsemé de plus d'un millier de petits cônes adventifs (dont 250 pour la partie supérieure), restes d'activités latérales ou excentriques ; et on observe sur le flanc est une vaste dépression volcano-tectonique allongée (10 km de longueur sur 5 km de largeur) : la valle del Bove.

Les volcans du sud de la mer Tyrrhénienne, dont l’Etna, le Stromboli, Vulcano, etc., s’inscrivent dans un contexte géodynamique très complexe. Certes, le principal mécanisme à l’origine, notamment, de l’Etna consiste en la subduction de la plaque africaine sous la plaque eurasienne. Mais des processus de rifting et d’océanisation au nord de la Sicile (croûte océanique avérée), de collisions ponctuelles, de grandes failles comme dans le détroit siculo-tunisien ou le long de l’escarpement de Malte ont pour conséquence la manifestation d’un volcanisme extrêmement varié. Ainsi, l’Etna présente des manifestations volcaniques tantôt explosives (comme les volcans de subduction), tantôt effusives avec des coulées de lave (comme les volcans intraplaques ou les points chauds).

Au cours de sa longue existence, l'Etna a connu de nombreuses périodes d'activité. Lors de celles-ci, on observe des accalmies pendant lesquelles les cheminées terminales n'émettent que de la vapeur ; mais, lorsque le magma atteint la surface, l'activité devient paroxysmale et se marque alors par une explosion suivie de projections et d'écoulements de lave. Les éruptions au niveau des cônes terminaux sont souvent le prélude d'éruptions latérales typiques de l'Etna. Ces dernières, souvent précédées d'une brève activité terminale, sont caractérisées par la formation de fissures radiales. Le développement de ces fractures se marque par des phénomènes explosifs et effusifs jusqu'à ce que finalement la lave s'échappe de la partie inférieure de la fissure pour former une coulée. Cette activité a souvent pour résultat la formation, le long de la fracture, d'une double rangée de petits cônes de matériel pyroclastique (hornitos). On doit noter que les éruptions paroxysmales sont généralement précédées par une intense activité sismique. Cette dernière est à mettre en relation avec la formation et le développement de zones de faiblesses le long desquelles se forment les fractures effusives.

Les nombreuses éruptions, qui édifièrent l'Etna, débutèrent au Pliocène sous forme d'éruptions sous-marines comme en témoignent les laves en coussins visibles à Acicastello, Cantazaro, etc. L'ensemble du massif volcanique s'est construit grâce à l'activité de deux centres éruptifs : le volcan de Trifoglietto (le plus ancien) et le centre éruptif actuel, parfois appelé volcan de Gibello (ou Mongibello). Le Trifoglietto dut atteindre la même altitude que le sommet actuel, mais l'effondrement qui causa la grande caldeira (valle del Bove) marqua la fin de son activité. Le sommet du Gibello s'effondra probablement ensuite, formant un vaste cratère elliptique dont la valle del Leone est un témoin. Le cratère du piano del Lago dut se former, quant à lui, dans les dernières phases de l'éruption de 1669. Les deux cônes récents naquirent l'un (Gran Cono) en 1788, l'autre lors de l'éruption de 1911.

La plus importante éruption de l'Etna au cours des temps historiques est celle de 1669. Elle consista en un [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

L'Etna

L'Etna
Crédits : Kevin Schafer/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Les éruptions effusives et explosives

Les éruptions effusives et explosives
Crédits : VMGROUP

vidéo

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ETNA, volcan  » est également traité dans :

CATANE

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 277 mots
  •  • 1 média

Port sicilien peu actif, Catane doit moins à la mer qu'aux régions agricoles environnantes. Important marché au contact des pentes peuplées de l'Etna (vignes, oliviers, agrumes et fruits, légumes) et de la plaine bonifiée (céréales, tabac, élevage pour la viande), la ville est devenue un centre de commerce et de services ; elle possède un aéroport international (Fontanarossa). Les capitaux locaux […] Lire la suite

SICILE

  • Écrit par 
  • Maurice AYMARD, 
  • Michel GRAS, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 17 950 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une île dissymétrique »  : […] La disposition du relief et son armature structurale prolongent en Sicile (25 700 km 2 ) la dissymétrie de l'Italie péninsulaire ; mais l'île appartient à une province climatique différente, caractérisée par une sécheresse estivale très longue. Le bourrelet montagneux septentrional évoque l'Apennin et est interprété comme un élément d'une chaîne plissée et charriée vers le sud, effondrée dans la m […] Lire la suite

VOLCANISME ET VOLCANOLOGIE

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • Jean-François LÉNAT, 
  • Haroun TAZIEFF, 
  • Jacques VARET
  •  • 14 532 mots
  •  • 38 médias

Dans le chapitre « Le contrôle des coulées de lave sur l'Etna en 1992 »  : […] S'il est, en général, hors de la capacité de l'homme d'intervenir sur le cours d'une éruption, plusieurs tentatives ont été néanmoins réalisées pour réduire artificiellement les effets de l'activité volcanique. Au Kelut, en Indonésie, le drainage artificiel du lac de cratère a permis, plusieurs fois, d'éviter, ou de minimiser, la formation de lahars meurtriers lors d'éruptions. Au Japon et en Indo […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain Gil MAZET, « ETNA, volcan », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/etna-volcan/