Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ESPACE (CONQUÊTE DE L') Vue d'ensemble

Le 4 octobre 1957, le satellite soviétique Spoutnik-1 envoie ses premiers bips-bips. Le 12 avril 1961, Iouri Gagarine accomplit, en 108 minutes, une révolution autour de la Terre. Puis, le 21 juillet 1969, l'Américain Neil Armstrong marche sur la Lune. L'ère spatiale fut ainsi ouverte, pour le savoir, le savoir-faire et le rêve.

Certes, les motivations des promoteurs – et parfois des acteurs – de ces conquêtes ne furent ni angéliques ni vraiment désintéressées. La guerre froide incitait chacun des deux « blocs » de l'Est et de l'Ouest, plus simplement l'U.R.S.S. et les États-Unis, à démontrer leur suprématie technique et donc leur supériorité militaire. Spoutnik-1 et Gagarine furent des coups durs pour les Américains. Armstrong leur offrit une revanche triomphale : les États-Unis avaient permis à l'humanité « de faire un grand pas ».

L'ex-U.R.S.S., les États-Unis... mais qu'en fut-il des autres ? Des Européens, et plus spécialement des Français, par exemple ?

Bases de lancement spatial dans le monde - crédits : Encyclopædia Universalis France

Bases de lancement spatial dans le monde

Les Français ont eu de tous temps la réputation d'être de bons artilleurs. Les tirs vers l'espace ne pouvaient les laisser indifférents. Dès 1965, huit ans seulement après l'envol inaugural de Spoutnik-1, ils mirent sur orbite leur premier satellite, Astérix. Celui-ci était un simple relais d'information. Il fut lancé de la base d'Hammaguir, dans le Sahara algérien, par une fusée Diamant A, qui était la dernière-née d'une suite de missiles et de fusées portant le nom de pierres de plus en plus précieuses.

La France devint ainsi la troisième « puissance spatiale ». Elle ne fut pas abusivement triomphante, mais put se considérer à juste titre comme le porte-drapeau de l'Europe dans la conquête spatiale. Elle fut ainsi amenée à jouer un rôle central dans les deux premières organisations spatiales européennes, l'E.S.R.O. (European Space Research Organisation), et l'E.L.D.O. (European Launcher Development Organisation), fondées respectivement en 1962 et en 1964. Deux organismes à la réussite inégale : l'E.S.R.O. connut de nombreux succès, en particulier dans l'étude de l'ionosphère, et un esprit de convivialité unissait les pays membres ; en contraste, il faut bien reconnaître l'échec de l'E.L.D.O., dont l'objectif était de développer un lanceur européen, mais où l'agencement des responsabilités fut peu propice à l'efficacité des efforts.

L'homme dans l'espace, prestige ou nécessité ?, J. Villain - crédits : Encyclopædia Universalis France

L'homme dans l'espace, prestige ou nécessité ?, J. Villain

Les trois États européens (France, Royaume-Uni et Allemagne) qui jouissaient déjà d'une compétence avérée dans l'industrie des fusées n'ont pas su opérer une fusion des savoirs et des actions. L'organisation de l'E.L.D.O. fut proche de ce que fut sans doute celle de la construction de la tour de Babel. L'issue fut, en tout cas identique : le lanceur Europa, programme essentiel de l'E.L.D.O., ne devait jamais atteindre l'altitude qui lui avait été assignée. Mais, fort heureusement, cet échec ne mit pas fin à l'intérêt de l'Europe pour l'espace. Les Français relevèrent le défi en proposant de construire sur des bases plus rationnelles un nouveau lanceur, nommé Ariane, qui permettrait de sortir du labyrinthe. L'E.L.D.O. et l'E.S.R.O. furent réunies (1975) en une nouvelle entité, l'E.S.A. (European Space Agency). Les Français, qui étaient les principaux tenants de l'absolue nécessité pour l'Europe de disposer d'une capacité autonome de lancement, apportèrent une contribution financière et technique égale aux deux tiers de l'effort nécessaire pour mener à bien le programme Ariane. Le 24 décembre 1979, le beau lanceur s'envolait de Kourou, en Guyane : l'Europe devenait spatiale à part entière. Un rêve devenait réalité. Sur la coiffe d'Ariane étaient peints les drapeaux des dix États participant au programme. Les drapeaux avaient tous la même taille, chacun des contributeurs pouvait être également fier.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, membre de l'Académie des sciences, ancien ministre

Classification

Pour citer cet article

Hubert CURIEN. ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Vue d'ensemble [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Bases de lancement spatial dans le monde - crédits : Encyclopædia Universalis France

Bases de lancement spatial dans le monde

L'homme dans l'espace, prestige ou nécessité ?, J. Villain - crédits : Encyclopædia Universalis France

L'homme dans l'espace, prestige ou nécessité ?, J. Villain

Base martienne - crédits : NASA

Base martienne

Autres références

  • ACCÉLÉROMÈTRES SPATIAUX

    • Écrit par Raphaël F. GARCIA, Pierre TOUBOUL
    • 4 883 mots
    • 3 médias

    Le 17 mars 2009, un lanceur germano-russe Rockot décolle du cosmodrome de Plesetsk, dans le nord de la Russie, non loin du cercle polaire, et injecte sur une orbite terrestre très basse Goce, premier des satellites Earth Explorer du programme Living Planet de l'Agence spatiale européenne (E.S.A.)....

  • ALDRIN EDWIN EUGENE dit BUZZ (1930- )

    • Écrit par Jacques VILLAIN
    • 711 mots
    • 1 média

    Deuxième homme à avoir foulé le sol de la Lune, après Neil A. Armstrong, l'Américain Edwin Eugene (« Buzz ») Aldrin, Jr. naît le 20 janvier 1930 à Montclair, dans le New Jersey. En 1951, il devient bachelor ès sciences de l'Académie militaire des États-Unis à West Point. L'année suivante, il devient...

  • ARMSTRONG NEIL ALDEN (1930-2012)

    • Écrit par Jacques VILLAIN
    • 1 035 mots
    • 3 médias

    Premier homme à avoir foulé le sol de la Lune, l'Américain Neil Alden Armstrong naît le 5 août 1930 à Wapakoneta, dans l'Ohio. Très tôt attiré par l'aviation, il obtient en 1946, à l'âge de seize ans, son brevet de pilote, avant même d'avoir le permis de conduire les automobiles. En 1947, il termine...

  • ASTRONOMIE

    • Écrit par James LEQUEUX
    • 11 339 mots
    • 20 médias
    Le prodigieux développement de l'astronomie spatiale va permettre l'exploration directe de presque tout le système solaire, notamment avec les sondes américaines Pioneer-10 (lancée en 1972) et Pioneer-11 (lancée en 1973), Mariner-10 (lancée en 1973), Viking-1 et Viking-2 (lancées en 1975), Voyager-1...
  • Afficher les 92 références