Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

KIRCHNER ERNST LUDWIG (1880-1938)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

La période suisse

<it>Autoportrait avec modèle</it>, E. L. Kirchner - crédits : AKG-images

Autoportrait avec modèle, E. L. Kirchner

Au début de son installation en Suisse, il peint de nombreux autoportraits, forme d'interrogation sur lui-même qui est un exutoire à son angoisse. Ensuite, bien que tenté par l'abstraction et une création purement imaginative, il revient aux tableaux de paysages. Mais il tire ses sujets du nouvel univers qui l'environne : les Alpes et leurs habitants. La montagne, avec ses forêts, sa neige, ses bergers, ses cimetières. L'une de ses dernières toiles, Paysage des Grisons avec rayon de soleil (1937, coll. part.), est une composition toute en masses colorées qui semble rendre hommage à l'omnipotence de la nature et à la paisible harmonie dont elle est la source.

C'est dans son chalet suisse qu'il se tire une balle dans le cœur le 15 juin 1938, désespéré par la politique du gouvernement de Hitler qui, un an auparavant, a classé son œuvre dans l'« art dégénéré ». Plus de 500 de ses dessins, sculptures et tableaux sont exclus des musées allemands, détruits ou vendus à l'étranger.

L'apport de Kirchner est trop souvent limité aux années antérieures à 1914, ce qui le réduit à sa fonction d'animateur de Die Brücke et à l'apport décisif de ce groupe dans le développement de l'expressionnisme allemand. La diversité d'inspiration et, même si elle est beaucoup moins affirmée, de style, caractérise pourtant son œuvre. Il est mal fondé de le considérer seulement comme un peintre, alors qu'il a été, avec originalité, un dessinateur, un graveur, un sculpteur et un illustrateur. Cela avec des constantes : le monopole du « vécu » dans le choix des sujets, une audace expressive des couleurs, une stylisation des formes.

— Lionel RICHARD

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Lionel RICHARD. KIRCHNER ERNST LUDWIG (1880-1938) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

<it>Baigneuses</it>, E. L. Kirchner - crédits : AKG-images

Baigneuses, E. L. Kirchner

Mouvement artistique die Brücke - crédits : AKG-images

Mouvement artistique die Brücke

<it>Scène de rue à Berlin</it>, E. L. Kirchner - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Scène de rue à Berlin, E. L. Kirchner

Autres références

  • BRÜCKE DIE

    • Écrit par
    • 3 347 mots
    • 3 médias
    Die Brücke (« le Pont ») fut fondée en 1905 par quatre étudiants de l'École supérieure technique d'architecture de Dresde :Ernst Ludwig Kirchner, Fritz Bleyl, Erich Heckel, Karl Schmidt-Rottluff. À l'origine de cette fondation, il y a l'amitié et le travail en commun de Kirchner et de Bleyl,...
  • EXPRESSIONNISME

    • Écrit par , et
    • 12 621 mots
    • 10 médias
    ...de Max Pechstein (1881-1955) et, pour un an seulement, d'Emil Nolde (1867-1956), qui a accepté de s'y intégrer sur la proposition de Schmidt-Rottluff. La tête pensante en est Kirchner, un peu plus âgé que ses camarades. Sur un bois gravé, il représente en 1905 une vue de Dresde : le pont de la reine...