JÜNGER ERNST (1895-1998)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le rêveur éveillé

Considéré par le philosophe marxiste Lukács comme un représentant typique de l'irrationalisme allemand et de l'impérialisme militaire prussien, Jünger n'appréhende pas la vie de l'esprit comme simple épiphénomène qui se développerait sur des bases économiques. Sans contact direct avec le groupe surréaliste – bien que Julien Gracq ait salué en lui un grand romancier emblématique –, il puise lui aussi aux sources du romantisme allemand et du symbolisme français, cherchant comme André Breton ce « point de l'esprit d'où la vie et la mort, le réel et l'imaginaire cessent d'être perçus contradictoirement ». Son premier ouvrage à se dégager de l'expérience immédiate du front, Le Cœur aventureux (1929), accorde une large place aux récits de rêves que l'on rencontrera dans toutes ses œuvres, soit sous forme directe, soit comme cellule initiale du développement romanesque. L'idée première de l'univers intemporel de Sur les falaises de marbre lui apparaît dans un rêve, et la charge onirique puissante des dernières séquences du livre (le combat contre les forces démoniaques du Grand Forestier, la lutte entre les chiens et les vipères, l'incendie final) doit au rêve sa cohérence et sa justification. Plus ou moins mêlé d'éléments de science-fiction, ce trait persiste dans ses autres utopies romanesques (Abeilles de verre, Héliopolis, Eumeswil), à côté de récits où domine l'élément autobiographique (Jeux africains, Trois chemins d'écolier) combiné à la tradition narrative allemande (Le Lance-pierres). Jünger n'hésite pas à recourir à la drogue pour briser l'illusion des apparences (ainsi dans l'essai Approches) ou pour en tirer la matière même du récit (Visite à Godenholm). Pourtant, si selon sa propre expression il s'embarque sur des vaisseaux cosmiques pour traverser les empires du rêve, c'est toujours « muni d'un matériel que la science a produit ».


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  JÜNGER ERNST (1895-1998)  » est également traité dans :

SUR LES FALAISES DE MARBRE, Ernst Jünger - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 987 mots

Ernst Jünger (1895-1998) rapporte qu'il a entrepris le bref roman Sur les falaises de marbre à la suite d'un rêve, en février 1939, alors qu'il vivait à Ueberlingen, près du lac de Constance, dans la douceur du pays souabe. Il l'a terminé le 18 juillet 1939 dans son nouveau domicile de Kirchhorst, près de Hanovre, au climat plus rude.Le récit se déroule à une époque indéterminé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sur-les-falaises-de-marbre/#i_81283

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le roman »  : […] La première moitié du xx e  siècle est, en Allemagne comme ailleurs, l'âge des sommes romanesques. Si certains, comme Heinrich Mann (1871-1950) , s'en tenaient à l'image satirique et à la caricature, son frère Thomas (1875-1955) érigeait ses architectures savantes, où thèmes et leitmotive s'enchevêtrent et se répondent dans une réflexion sur l'histoire du temps ou sur le sens de la vie. À travers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_81283

Pour citer l’article

Julien HERVIER, « JÜNGER ERNST - (1895-1998) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-junger/