LUDENDORFF ERICH (1865-1937)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Militaire de carrière, Erich Ludendorff est nommé général de brigade en 1914, à l'âge de quarante-neuf ans. Au début de la Première Guerre mondiale, il s'illustre par des méthodes toutes personnelles qui lui permettent de s'emparer de la citadelle de Liège. Nommé le 22 août 1914 chef d'état-major du général von Hindenburg en Prusse, il va se révéler un extraordinaire stratège de l'offensive et devenir le cerveau du haut commandement. Il chasse les armées russes de Prusse et de Lituanie (1914-1915) et leur reprend la Pologne (1915).

En août 1916, il assume, avec Hindenburg, le commandement suprême de l'armée, mais les deux hommes prennent une influence croissante dans les affaires civiles, font et défont les gouvernements. Ludendorff ne cache pas son mépris pour le Kaiser, qui abandonne les rênes du pays. Le général prend aussi en main la politique extérieure, contribue à la fondation, en 1916, de l'éphémère royaume de Pologne (créé avec les territoires polonais repris aux Russes par les Austro-Allemands), à la déclaration de guerre sous-marine à outrance, à la paix de Brest-Litovsk. Pourtant, lorsqu'il faut demander la paix aux Alliés, Ludendorff laisse les civils endosser la responsabilité et la honte et s'enfuit en Suède. Il avait été démis de ses fonctions le 26 octobre 1918. Il conçoit dès lors une solide haine pour ceux qui vont diriger la république de Weimar et il lance la légende du « coup de poignard dans le dos ». Membre du Parti national-socialiste dès sa fondation, il participe aux côtés d'Adolf Hitler au putsch manqué de Munich des 8 et 9 novembre 1923 ; il n'est pas parvenu à entraîner l'armée dans le mouvement et a vu se débander les comploteurs nazis pris au piège. Au procès qui suit, Ludendorff est acquitté. Il est nationaliste, antisémite, également ennemi des Juifs et des franc-maçons. En 1924, Ludendorff devient le leader du parti au Reichstag. Mais il ne tarde pas à s'opposer à Adolf Hitler, qui entend rester le seul Führer, incontesté et indiscuté ; c'est la rupture. Ludendorff abandonne la politique pour se consacrer à la rédaction de nombreux ouvrages dont Die überstaatlichen Machte im letzen Jahre des Weltkrieges en 1927 et, en 1935, Der totale Krieg (La Guerre totale), dans lequel il préconise la mobilisation totale de la nation pour la guerre.

Hindenburg et Ludendorff

Hindenburg et Ludendorff

photographie

Paul von Hindenburg (1847-1934), au centre, et Erich Ludendorff (1865-1937) , auteurs des succès allemands sur le front oriental en 1914. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  André BRISSAUD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  LUDENDORFF ERICH (1865-1937)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Adhésion et résistance au nazisme »  : […] À l'égard d'un régime totalitaire où un seul parti est autorisé – tous les autres se sont dissous ou ont été supprimés en 1933 – il ne peut exister, semble-t-il, qu'une adhésion ou une opposition totales. En fait, la question est plus complexe et les difficultés en sont apparues après 1945 lorsque les occupants, puis les Allemands eux-mêmes, s'attelèrent à la « dénazification ». Si l'on admet que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_11001

ARMÉE - Typologie historique

  • Écrit par 
  • Paul DEVAUTOUR, 
  • Universalis
  •  • 12 920 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les armées de la Première Guerre mondiale »  : […] La Première Guerre mondiale est celle du heurt d'énormes masses. Un certain nombre de conflits limités ont laissé pressentir l'importance du choc qui se prépare : guerres russo-turque, sino-japonaise ; guerres du Transvaal, de Mandchourie, des Balkans. En août 1914, l'Empire d'Allemagne lance contre la France 7 armées, articulées en 34 corps d'armée et 97 divisions. La France lui oppose 5, puis 6 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-typologie-historique/#i_11001

ARMÉE - Doctrines et tactiques

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 7 992 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Moteur et guerre totale »  : […] Le fait que la guerre ait échappé à ceux qui prétendaient la maîtriser n'implique-t-il pas une faille dans la conception volontariste de Clausewitz ? Ayant écrit avant la révolution industrielle, ce dernier n'a-t-il pas sous-estimé le poids du facteur technique ? Celui-ci dicterait-il, de manière autonome et indépendamment des choix politiques rationnels prévus par Clausewitz, les conditions concr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-doctrines-et-tactiques/#i_11001

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE)

  • Écrit par 
  • Marc FERRO
  •  • 12 422 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « La course à la mer »  : […] Au lendemain de la Marne, forces allemandes et armées franco-anglaises essayaient vainement de s'envelopper par un mouvement d'ensemble connu sous le nom de course à la mer. Elles finissaient par s'immobiliser au lendemain de la très sanglante bataille des Flandres (nov. 1914) . À l'est, les généraux Hindenburg et Ludendorff parvenaient à encercler les armées russes aventurées à Tannenberg . Ils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere/#i_11001

MARNE SECONDE BATAILLE DE LA (15-18 juill. 1918)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 260 mots
  •  • 1 média

C'est la dernière grande offensive allemande de la Première Guerre mondiale. Fort du succès des quatre vastes offensives qu'il a menées en France de mars à juin 1918, le chef du commandement suprême allemand, le général Ludendorff, en lance une nouvelle, mais cette fois destinée à faire diversion, afin d'éloigner les troupes françaises du front des Flandres où il veut pouvoir porter l'attaque déci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seconde-bataille-de-la-marne/#i_11001

SOMME SECONDE BATAILLE DE LA (21 mars-5 avril 1918)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 319 mots
  •  • 1 média

Également connue sous le nom de bataille de Saint-Quentin, la seconde bataille de la Somme est une offensive allemande en partie réussie, lancée contre les forces alliées du front Ouest à la fin de la Première Guerre mondiale . Le commandant en chef allemand, le général Erich Ludendorff, pensait qu'il était vital pour l'Allemagne d'utiliser les soldats que l'effondrement de la Russie avait libérés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seconde-bataille-de-la-somme/#i_11001

TANNENBERG BATAILLE DE (26-30 août 1914)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 265 mots

Livrée dans le nord-est de l'actuelle Pologne, au tout début de la Première Guerre mondiale, la bataille de Tannenberg , qui opposait l'Allemagne et la Russie, fut une sévère défaite pour cette dernière, qui perdit pratiquement une armée entière, 400 canons et de nombreux équipements militaires. Prématurée, l'invasion de la Prusse orientale empêcha cependant les Allemands de jeter tous leurs moyen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-tannenberg/#i_11001

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « LUDENDORFF ERICH - (1865-1937) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/erich-ludendorff/