KANDEL ERIC (1929- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Neurobiologiste américain d'origine autrichienne, Prix Nobel de pharmacologie ou médecine en 2000 (conjointement à Arvid Carlsson et Paul Greengard), pour la découverte du rôle central joué par les synapses dans la mémoire et l'apprentissage.

Eric Kandel est né le 7 novembre 1929 à Vienne (Autriche). Il obtient son diplôme de médecine à la faculté de médecine de l'université de New York, en 1956. Après avoir effectué un résidanat en psychiatrie et avoir exercé à l'université Harvard, il devient professeur associé à l'université de New York, de 1965 à 1974. À partir de 1974, il occupe différentes chaires professorales à l'université Columbia, où il dirige également le Centre de neurobiologie du comportement jusqu'en 1983.

Eric Kandel mena sur la limace de mer Apylsia les recherches qui lui valurent le prix Nobel. Celle-ci possède un nombre relativement limité de cellules nerveuses, dont beaucoup sont très grandes et faciles à étudier. La limace de mer a également un réflexe protecteur, pour préserver ses branchies. Kandel a utilisé ce réflexe pour étudier les mécanismes d'apprentissage de base. Ces expérimentations, complétées par ses recherches ultérieures sur la souris, établissent que la mémoire est centrée sur les synapses, les modifications des fonctions synaptiques étant responsables des différents types de mémoire. Eric Kandel montre qu'un faible stimulus entraîne des modifications chimiques dans les synapses et que ces modifications sont à l'origine de la mémoire à court terme, qui dure quelques minutes ou quelques heures. Des stimulus plus forts provoquent d'autres changements synaptiques, qui créent une forme de mémoire à long terme, pouvant persister des semaines.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  KANDEL ERIC (1929- )  » est également traité dans :

CERVEAU HUMAIN

  • Écrit par 
  • André BOURGUIGNON, 
  • Jean-Claude DUPONT, 
  • Cyrille KOUPERNIK, 
  • Pierre-Marie LLEDO, 
  • Bernard MAZOYER, 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 17 091 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les mécanismes de la plasticité »  : […] Depuis Cajal, les histologistes avaient proposé que la plasticité cérébrale pouvait être liée à un changement des connexions neuronales. Mais c'est l'apport du neuropsychologue canadien Donald Hebb (1904-1985) qui peut être considéré comme le véritable point de départ théorique du mécanisme de la plasticité. Hebb propose que les modèles de comport […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-humain/#i_40025

MÉMOIRE

  • Écrit par 
  • Serge BRION, 
  • Jean-Claude DUPONT, 
  • Alain LIEURY
  •  • 12 305 mots

Dans le chapitre « Les mécanismes de la plasticité »  : […] Depuis Cajal, les histologistes avaient proposé que la plasticité cérébrale pouvait être liée à un changement des connexions neuronales. Mais c'est l'apport du neuropsychologue canadien Donald Hebb (1904-1985) qui peut être considéré comme le véritable point de départ théorique du mécanisme de la plasticité. Hebb propose que les modèles de comport […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoire/#i_40025

SQUIRE LARRY (1941- )

  • Écrit par 
  • Daniel GAONAC'H
  •  • 420 mots

Né en 1941, le psychologue américain Larry Squire, docteur du Massachusetts Institute of Technology, a enseigné durant toute sa carrière à l’université de Californie à San Diego. Ses activités de recherche sur la mémoire constituent l’une des meilleures illustrations du caractère fécond de la rencontre entre psychologie cognitive – l’étude des fon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/larry-squire/#i_40025

Pour citer l’article

« KANDEL ERIC (1929- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eric-kandel/