HEIAN ÉPOQUE DE (794-1192)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 794, l'empereur Kammu (781-806) transfère la capitale de son empire à Heian-kyo (actuelle Kyōto) pour échapper à l'emprise croissante des temples bouddhiques de Nara. Dans un premier temps, les influences chinoises qui dominaient l'époque antérieure, dite de Nara (710-794), continuent d'être fortes : elles se traduisent en particulier par le plan en damier de la cité nouvelle et par l'atmosphère culturelle qui règne à la cour du souverain. Mais, progressivement, en raison du déclin de la dynastie chinoise des Tang, le Japon s'émancipe du modèle de son puissant voisin continental et se replie sur lui-même. S'épanouit alors un art proprement japonais qui se réalise pleinement dans l'architecture, la peinture religieuse, la littérature et la culture de la cour impériale. Les relations avec la Chine, qui s'étaient maintenues à un niveau officiel au viiie siècle, s'espacent progressivement et disparaissent à la fin du ixe siècle. Le système politique de Heian, caractérisé par la prédominance d'une aristocratie civile incarnée par la famille des Fujiwara, qui gouvernent durant près de trois siècles au nom des souverains, se maintient jusqu'en 1192.

—  Pascal BURESI

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HEIAN ÉPOQUE DE (794-1192)  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Le syncrétisme shintō-bouddhique »  : […] Lorsque le bouddhisme fut transmis au Japon, on ne vit d'abord dans les différents buddha que l'équivalent des divinités traditionnelles japonaises et on les appela d'ailleurs «  kami de Chine », plaçant ainsi les deux entités sur le même plan. Si ce fut la cause des premières confrontations, il est hors de doute que cette assimilation facilita aussi grandement l'implantation de la nouvelle relig […] Lire la suite

HATA CHITEI (XIe s.)

  • Écrit par 
  • Chantal KOZYREFF
  •  • 1 262 mots

De Hata Chitei (ou Chishin), originaire d'Ōnami dans l'ancienne province de Settsu, l'actuel Ōsaka, on ne connaît qu'une seule œuvre : la Vie du prince Shōtoku , peinte en 1069, pour le pavillon des Peintures aux monastères du Hōryū-ji, dont Shōtoku était le fondateur. Une seule œuvre, mais chargée d'importance, car, si la période Heian (794-1185) est représentée par quelques artistes de l' e-doko […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 082 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « Déclin des influences chinoises »  : […] Empereur énergique, Kammu (781-806) allait tenter de remettre de l'ordre dans l'Empire, tout d'abord en s'éloignant de Nara où l'emprise du bouddhisme était pour lui très contraignante. En vue de tenir tête aux communautés de Nara, il soutint deux sectes qui connaissaient alors une grande popularité en Chine, le Tiantai (en japonais Tendai) et le Zhenyan (en japonais Shingon), et déplaça la capit […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 418 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La formation des genres littéraires (IXe et Xe s.) »  : […] En 794, la cour abandonne Nara pour Heian-kyō, « cité de la Paix », l'actuel Kyōto, qui restera la capitale jusqu'en 1868. C'est le commencement de l'époque dite de Heian, qui s'achèvera avec la conquête du pouvoir par les Minamoto, fondateurs en 1185 du gouvernement militaire des shōgun , ou chefs de guerre. La culture de Heian, dont l'apogée se situe aux environs de l'an mille, verra se créer, […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 382 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Époque Heian (794-1185) »  : […] La fabrication des haji se poursuit dans des villages spécialisés qui fabriquent des ustensiles destinés à la cuisson des aliments. Dans le Japon occidental, ils prennent une teinte noire à la suite d'un polissage et d'un enfumage à la fin de la cuisson. Dès le x e  siècle, leur production se vend sur les marchés. Quant aux sueki, ils sont utilisés pour la conservation des liquides et des grains. […] Lire la suite

KYŌTO

  • Écrit par 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 4 712 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Heian-kyō, la grande capitale aristocratique de l'époque de Heian »  : […] Si le centre historique de Kyōto est une agglomération qui s'est développée à partir du xvi e  siècle, les origines du choix du site, le tracé en damier des avenues et les nombreux hauts lieux de la ville remontent à l'ancienne capitale Heian-kyō, la « capitale de la Paix et de la Tranquillité », qui avait été fondée en 794 par l'empereur Kammu. Les raisons du transfert de la capitale Heijō-kyō ( […] Lire la suite

NARA, TRÉSORS BOUDDHIQUES DU JAPON ANCIEN. LE TEMPLE KŌFUKUJI (exposition)

  • Écrit par 
  • Nicolas FIÉVÉ
  •  • 1 592 mots

Haut lieu de la pensée et de l’art bouddhiques, le monastère du Kōfukuji fut un des plus grands temples du Japon entre le vii e et le xii e  siècle. Les images du panthéon bouddhique, peintes ou sculptées, qui en ornaient les principaux édifices étaient des objets de culte hautement vénérés. Dans un contexte de prospérité et de rayonnement, les ateliers de sculpture du monastère produisirent des […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pascal BURESI, « HEIAN ÉPOQUE DE - (794-1192) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/epoque-de-heian/