ÉPICTÉTOS (dernier quart VIe-déb. Ve s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parmi les peintres de vases athéniens appartenant à la première génération des artistes qui, à la suite du Peintre d'Andokidès, s'expriment principalement selon le langage nouveau dit de la (ou des) figure(s) rouge(s), certains, comme Épictétos, restent pendant quelque temps « bilingues », c'est-à-dire décorent le même vase en utilisant d'un côté la technique nouvelle et de l'autre le procédé ancien de la (ou des) figure(s) noire(s). Les deux personnalités les plus marquantes dans ce groupe de peintres sont Oltos et Épictétos, dont les noms nous sont conservés par plusieurs signatures et dont l'œuvre connu à ce jour dépasse largement, dans les deux cas, la centaine de vases. Les deux artistes ont aussi en commun d'avoir décoré surtout des récipients de petite taille, en particulier des coupes, parmi lesquelles cette catégorie spéciale nommée « coupes à yeux » (à cause de la présence, à l'extérieur, de deux gros yeux peints ayant sans doute une valeur prophylactique ou apotropaïque) qui, décorées le plus souvent en figures noires mais aussi un bon nombre de fois en figures rouges, connaissent une vogue considérable dans le dernier quart du ~ vie siècle. Notons que cette préférence pour les coupes est caractéristique des peintres de la première génération de la figure rouge.

Contemporains du grand Euphronios, les deux peintres sont d'excellents dessinateurs, comme lui intéressés par le rendu des détails anatomiques dans le sens d'un réalisme nouveau, mais ils traitent le plus souvent, surtout Épictétos, des scènes réduites à un ou deux personnages plutôt que de grandes compositions. Les thèmes qu'ils choisissent sont souvent les mêmes (scènes mythologiques ou héroïques, scènes de la vie quotidienne) ; mais si Oltos, qui fut sans doute l'élève du Peintre d'Andokidès, traite volontiers les premières avec une certaine grandeur (par exemple, une assemblée des dieux olympiens sur l'une des faces de la coupe de Tarquinia, RC 6848), l'autre préfère nettement les secondes.

Épictétos était à coup sûr fier de ses œuvres, puisqu'une quarantaine de vases, sur un peu plus de cent qui lui sont attribués, portent sa signature de peintre (égraphsen). Il était aussi, occasionnellement, potier, comme l'atteste la double signature [É]piktétos épo[iésen] (= a fait) et [égr]aphsen (= a peint) dont on peut lire les restes sur une assiette fragmentaire trouvée à l'Acropole (Musée national, Acr. 6, Athènes) ; mais il travaillait surtout comme peintre, et il est fréquent que des vases marqués Épiktétos égraphsen portent une deuxième signature attestant qu'ils ont été façonnés par Hischylos, Nikosthénès, Pamphaios ou tel autre potier. Épictétos n'était sans doute pas de souche athénienne, car le nom signifie « acquis en plus », ce qui fait évidemment penser à un nom d'esclave. On pourrait légitimement l'appeler Épictétos Ier, car on connaît un deuxième peintre de ce nom, postérieur d'une génération, mais l'usage actuel est de réserver à notre peintre le nom d'Épictétos et de donner à l'autre celui de « Peintre de Cléophradès ».

Les vases « bilingues » d'Épictétos connus à ce jour sont des coupes à yeux, au nombre de dix, dont le médaillon intérieur est décoré en figures noires tandis que l'extérieur de la vasque l'est en figures rouges. Ces médaillons montrent un sens aigu de la « mise en page » à l'intérieur d'une surface circulaire (ainsi pour le satyre courant qui apparaît dans la coupe de la collection Schweizer, à Arlesheim, près de Bâle) ; mais c'est essentiellement sur les vases peints selon la nouvelle technique qu'Épictétos se révèle comme un très grand artiste. Si son œuvre à figures rouges comprend le décor extérieur d'une cinquantaine de coupes (dont au moins dix-sept coupes à yeux) et de quelques autres sortes de vases, il semble avoir prisé surtout les surfaces circulaires : outre la quarantaine de coupes décorées à l'extérieur et à l'intérieur, on lui en attribue une trentaine (dont cinq signées) ornées seulement d'un médaillon intérieur, plus une douzaine d'assiettes, toutes signées. De même que dans les médaillons à figures noires, dans ceux à figures rouges l'artiste fait preuve d'une grande habileté pour la « mise en page », comme l'attestent par exemple les trois assiettes du British Museum de Londres (E 135, E 136, E 137), ornées respectivement d'un archer, d'un guerrier avec son cheval et de deux cômastes (joyeux drilles en train de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'archéologie d'Athènes, docteur ès lettres, professeur de civilisation grecque à la Sorbonne (Paris IV)

Classification

Autres références

«  ÉPICTÉTOS (dernier quart VI e -déb. V e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 16 987 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La naissance et l'apogée de l'art classique »  : […] Les grandes créations du préclassicisme (Égine, Olympie, Sélinonte) ne sont pas athéniennes. Peu à peu cependant Athènes impose son art comme l'incarnation la plus modérée et la plus subtile de l'idéal classique. La politique de construction menée par Périclès et par ses successeurs dote Athènes d'une parure de marbre quasi définitive. Tous les soins sont donnés à l'Acropole (Propylées, Parthénon, […] Lire la suite

CLÉOPHRADÈS PEINTRE DE (1er quart Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques MAFFRE
  •  • 1 367 mots

Parmi les grands peintres de vases attiques à figures rouges de la seconde génération du « style sévère » (env. ~ 500-~ 475), celui que l'on continue à appeler conventionnellement Peintre de Cléophradès, d'après le nom d'un céramiste qui a signé, en tant que potier ( Kleoprades epoiesen , c'est-à-dire « a fabriqué »), au moins un des vases dont notre peintre a réalisé le décor figuré, est certaine […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Jacques MAFFRE, « ÉPICTÉTOS (dernier quart VIe-déb. Ve s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/epictetos/