DANDOLO ENRICO (1108 env.-1205)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une famille restée assez obscure jusqu'au xie siècle, Enrico Dandolo n'apparaît dans l'histoire vénitienne qu'en 1155 : il est alors giudice et semble fait pour les seconds rôles. La crise orientale qui éclate en 1171 lui donne l'occasion de servir sa patrie : la perte de tant de richesses, les atteintes portées à la vie et aux activités des marchands vénitiens en Romanie par Manuel Comnène exigent des mesures à la fois militaires et diplomatiques. Au printemps de 1172, Dandolo est envoyé à Constantinople, en compagnie de Filippo Greco : l'empereur byzantin demeure intraitable, sans aller, cependant, jusqu'à faire aveugler le Vénitien, comme on l'a cru pendant longtemps. En 1184, une seconde ambassade de Dandolo à Constantinople a pour objet de régler avec l'empereur Andronic certaines questions pendantes et d'exercer, au nom de la commune, des fonctions d'arbitrage dans les procès opposant des Vénitiens établis en Romanie. Enrico Dandolo devient ainsi un spécialiste des problèmes orientaux et songe aux moyens propres à rétablir dans l'Empire byzantin la primauté commerciale de ses compatriotes, très diminuée depuis 1171. Il exerce désormais une action déterminante sur la politique de Venise : en 1192, il se trouve porté au dogat. Tout de suite, il règle le problème adriatique, en chassant les Pisans de Pola et en écartant les Hongrois de Zara. Par le chrysobulle de 1198, le vieux doge obtient la restauration des privilèges et de nouvelles places commerciales. Toutefois, la situation reste précaire pour les intérêts vénitiens en Romanie, où Génois et Pisans sont favorisés par les basileis. La quatrième Croisade amène à Venise une foule de barons désireux d'obtenir une flotte que le doge octroie volontiers pour 85 000 marcs d'argent. Faute de réunir cette somme, les croisés doivent servir les intérêts vénitiens, d'abord en reprenant Zara révoltée, ensuite en acceptant de soutenir la cause du jeune Alexis IV Ange contre son oncle Alexis III, hostile à Venise. Croisés et Vénitiens rétablissent le prince, rapidement chassé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DANDOLO ENRICO (1108 env.-1205)  » est également traité dans :

ÉCHANGES COMMERCIAUX ENTRE L'OCCIDENT ET BYZANCE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 324 mots

992 En échange du prêt de sa flotte pour transporter des troupes byzantines vers l'Italie, Venise reçoit, par un chrysobulle, un privilège : Basile II abaisse à 2 sous d'or les droits de passage payés par les Vénitiens à la douane d'Abydos. 1054 Schisme de Michel Cérulaire. Premier symptôme de l'incompréhension entre Rome et Byzance, cette crise n'a pas été vécue alors comme une rupture définiti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echanges-commerciaux-entre-l-occident-et-byzance-reperes-chronologiques/#i_45760

VENISE

  • Écrit par 
  • Anna PALLUCCHINI, 
  • Michel ROUX, 
  • Freddy THIRIET
  • , Universalis
  •  • 8 049 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Les victoires décisives (XIIe-XVe s.) »  : […] Au contraire de Gênes, Venise n'entre pas d'emblée dans les expéditions de croisés : sans doute, à partir de 1100 et surtout en 1122-1124, elle aide les rois de Jérusalem et s'assure ainsi des comptoirs à Tripoli, et surtout à Tyr . Mais, à tout prendre, la Syrie intéresse assez peu les Vénitiens. Leur vraie fortune est en Romanie byzantine où ils bénéficient de privilèges exceptionnels, régulièr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/venise/#i_45760

Pour citer l’article

Freddy THIRIET, « DANDOLO ENRICO (1108 env.-1205) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/enrico-dandolo/