EMPREINTE ÉCOLOGIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Proposé par Mathis Wackernagel et William Rees en 1996, et vulgarisé par le W.W.F. (World Wide Fund for Nature), le concept d'empreinte écologique (ecological footprint) vise à traduire, par un indicateur chiffré, le poids des actions de l'homme sur la planète, que ce soit pour l'individu, une population, un pays ou l'humanité tout entière. Plus précisément, c'est une mesure du fardeau imposé à la nature par un individu, une population ou un pays. Concrètement, ce fardeau est appréhendé par le biais de la superficie de terres « sauvages » et cultivées nécessaires pour assurer durablement les niveaux de consommation de ressources et d'énergie dudit individu ou de ladite population, et pour recycler les déchets produits. Cette approche d'évaluation indirecte des impacts écologiques de l'espèce humaine repose sur l'idée que, conscient de ses impacts et informé de leur évolution d'année en année, l'homme sera mieux à même de faire face aux difficiles défis que représente l'objectif d'un développement durable et davantage en mesure de justifier les stratégies à adopter pour y répondre efficacement. Cette démarche s'inscrit explicitement dans le cadre d'une volonté de compréhension écologique du monde, celui-ci étant perçu comme un seul et même système planétaire dont l'homme fait partie intégrante. Dans cette perspective, l'économie humaine n'est qu'une composante du fonctionnement du système planétaire et l'espèce humaine un consommateur parmi d'autres – même s'il est vrai, et c'est ce qu'un tel indicateur quantifie à travers ses activités de production, de consommation et de pollution, que l'homme est devenu l'espèce dominante dans la plupart des écosystèmes existant sur la Terre.

—  Robert BARBAULT

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, directeur du département écologie et gestion de la biodiversité, Muséum national d'histoire naturelle, Paris

Classification


Autres références

«  EMPREINTE ÉCOLOGIQUE  » est également traité dans :

DÉCROISSANCE (CRITIQUE DE LA)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie HARRIBEY
  •  • 5 097 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Thermodynamique et complexité ouvrant sur la décroissance »  : […] Le mathématicien-économiste Nicholas Georgescu-Roegen a proposé d'appliquer à l'économie les lois de la thermodynamique. Il s'est attaché à montrer que « l'entropie d'un système clos augmente continuellement (et irrévocablement) vers un maximum ; c'est-à-dire que l'énergie utilisable est continuellement transformée en énergie inutilisable jusqu'à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decroissance-critique-de-la/#i_40839

ÉCOLOGIE

  • Écrit par 
  • Patrick BLANDIN, 
  • Denis COUVET, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 20 598 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Écologie et gestion du patrimoine naturel »  : […] Le développement des préoccupations relatives à la protection de la nature a conduit à concevoir de plus en plus celle-ci comme un patrimoine, héritage du passé et ressource pour le futur. Ce qui, pour beaucoup, était res nullius est ainsi perçu comme le bien de tous, notamment des générations à venir. L' idée que la nature est pour l'homme une re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecologie/#i_40839

ÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 7 804 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'écologie : science subversive ? »  : […] Dans son ouvrage sur l'histoire de l'écologie en Amérique, publié en 2005, Sharon E. Kingsland s'interroge sur l'écologie et son statut éventuel de science subversive. Elle évoque les implications sociétales des recherches sur les écosystèmes, qu'il s'agisse des orientations « énergie et société », portées notamment par les frères Odum ( Environnem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecologie-et-societe/#i_40839

RICHESSE DÉFINITIONS ET MESURES DE LA

  • Écrit par 
  • Jean GADREY
  •  • 4 756 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'empreinte écologique »  : […] Sans toujours nous en rendre compte, nous avons en commun avec les tribus primitives le fait que notre consommation exploite un « territoire » de la planète. L'empreinte écologique d'une population, initialement diffusée dans le monde par les O.N.G. comme W.W.F. (World Wildlife Fund) mais désormais citée par des institutions internationales, trad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/definitions-et-mesures-de-la-richesse/#i_40839

Pour citer l’article

Robert BARBAULT, « EMPREINTE ÉCOLOGIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/empreinte-ecologique/