ZAPATA EMILIANO (1879 env.-1919)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La révolution mexicaine a fait d'Emiliano Zapata un martyr de la réforme agraire et un héros national. Sa vie se confond, pour l'essentiel, avec celle des paysans qui combattirent à ses côtés entre 1911 et 1919 pour faire reconnaître leurs droits sur la terre.

Zapata, chef rebelle

Photographie : Zapata, chef rebelle

Emiliano Zapata (1877 env.-1919), chef de la rébellion paysanne dans le sud du Mexique (1915). 

Crédits : Bettmann/ Getty Images

Afficher

Emiliano Zapata, petit propriétaire métis, réputé expert en chevaux, est né à San Miguel de Anenecuilco, un village de l'État de Morelos, situé au sud de Mexico. À la veille de la révolution, la situation sociale est très tendue dans le Morelos, en raison de l'expansion des haciendas sucrières qui, avec la complicité des autorités, s'emparent des terres des communautés villageoises. Actif dans toutes les luttes agraires, Zapata est désigné, en 1909, président du conseil municipal d'Anenecuilco.

Lorsque Porfirio Díaz est élu pour la huitième fois président de la République, Zapata se rallie à l'opposant Francisco Madero, dont le plan de San Luis Potosi, rédigé en octobre 1910, alors que son auteur est réfugié à San Antonio (Texas), lance un appel à l'insurrection et contient la promesse d'une restitution des terres usurpées. Prenant la tête du soulèvement du Morelos en mars 1911, il contribue à la chute de Díaz tout en appuyant les objectifs des paysans-soldats, dont certains procèdent à des « invasions de terres ». Pour les planteurs du Morelos et la grande presse de Mexico, Zapata est désormais un « bandit », un « Attila moderne », et son mouvement une guerre contre la propriété.

Zapata se rend à Mexico le 7 juin 1911 pour exposer les revendications agraires au président Madero. Mais celui-ci temporise, tandis que le Morelos est occupé par les troupes fédérales. S'estimant trahi, Zapata rend public le plan d'Ayala (28 novembre), qui réclame la restitution des terres aux villages ainsi que l'expropriation, contre indemnisation, du tiers des grands domaines. Il s'agit, sans supprimer les plantations, de rétablir l'équilibre au profit des habitants des communautés et de leur permettre de conserver leur mode de vie traditionnel. Ce plan devient le texte de référence de l'agrarisme mexicain. Il donne une dimension nationale à Zapata, qui est dès lors le plus connu des nombreux chefs issus, comme lui, de la paysannerie du Morelos. Appuyés par des instituteurs villageois qui rédigent les manifestes du mouvement, les combattants arborent la Vierge de Guadalupe sur leurs bannières et leurs scapulaires. Durant l'année 1912, la guérilla prospère au rythme des exactions de l'armée fédérale contre les civils, et les zapatistes parviennent à contrôler le Morelos. Ils taxent les haciendas pour financer leur effort de guerre, tandis que la notoriété de Zapata s'étend parmi d'autres groupes insurgés dans les États voisins.

En février 1913, l'assassinat de Madero, à l'issue d'un coup d'État militaire, change la donne politique. Zapata poursuit la lutte contre la dictature du général Huerta, bourreau du Morelos en 1912, mais conserve son autonomie à l'égard des forces insurgées du Nord, celles de Pancho Villa comme celles des constitutionnalistes, dont le « premier chef », Venustiano Carranza (il s'était donné lui-même ce titre), entend incarner la légitimité madériste. Après la défaite de Victoriano Huerta (juillet 1914), les vainqueurs se divisent. Contre les carrancistes qui considèrent les zapatistes comme des « réactionnaires », Zapata fait alliance avec Pancho Villa, alors à la tête de l'armée la plus redoutable du Mexique. Le mouvement zapatiste, qui compte à ce moment-là quelque vingt mille combattants, connaît son apogée lorsque Zapata pénètre dans Mexico, en novembre 1914, à la tête de ses troupes et en compagnie de Villa. Tous deux soutiennent, contre les prétentions de Carranza, la Convención de Aguascalientes, une conférence d'officiers des armées révolutionnaires. Les succès zapatistes exercent une puissante attraction sur d'autres mouvements paysans, qui se rallient à la Convención, obligeant Carranza à promulguer une loi de réforme agraire en janvier 1915.

La représentativité sociale du zapatisme reste toutefois limitée à la petite paysannerie, et, sur le plan militaire, Zapata n'est pas en mesure de peser sur les destinées du Mexique. Aussi l'année 1915 marque-t-elle le début du reflux. Tand [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ZAPATA EMILIANO (1879 env.-1919)  » est également traité dans :

CARRANZA VENUSTIANO (1859-1920)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 530 mots

Homme politique mexicain né le 29 décembre 1859 à Cuatro Ciénegas (État de Coahuila), mort dans la nuit du 20 au 21 mai 1920 à Tlaxcalantongo (État de Puebla). Fils d'un propriétaire terrien, Venustiano Carranza entame une carrière politique locale en 1877. En 1910, alors qu'il est gouverneur de l'État de Coahuila, il rejoint Francisco Madero dans sa lutte pour renverser le dictateur Porfirio Día […] Lire la suite

MADERO FRANCISCO (1873-1913)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 840 mots

Né le 30 octobre 1873 à Parras de la Fuente (État de Coahuila) dans le nord du Mexique, Francisco Madero est issu d'une influente famille créole aux lointaines racines portugaises, qui s'est enrichie dans des secteurs aussi divers que l'agriculture, la banque, les mines ou le commerce du vin. Comme la plupart des fils de l'élite mexicaine à la fin du xix e  siècle, Madero reçoit une partie de son […] Lire la suite

MEXIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Henri ENJALBERT, 
  • Roland LABARRE, 
  • Cécile LACHENAL, 
  • Jean A. MEYER, 
  • Marie-France PRÉVÔT-SCHAPIRA, 
  • Philippe SIERRA
  •  • 32 136 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'étape madériste »  : […] La classe moyenne, encore peu nombreuse, née du développement urbain et industriel, aspirait à la démocratie politique, et les jeunes enthousiastes et idéalistes répondirent à l'appel de Francisco Madero, riche propriétaire du Nord, qui voulut faire du Mexique une véritable démocratie d'où l'oppression serait à jamais bannie. La dernière tentative de Porfirio Díaz pour se faire réélire à la prési […] Lire la suite

RÉVOLUTION MEXICAINE (1910)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 197 mots
  •  • 1 média

Alors que le vieux dictateur Porfirio Díaz vient d'être reconduit à la tête du Mexique qu'il dirige depuis 1876, Francisco Madero, grand propriétaire terrien partisan d'une évolution libérale et démocratique, lance un appel à l'insurrection générale pour le 20 novembre 1910, inaugurant ainsi la révolution mexicaine. Après avoir obtenu le départ de Díaz en mai 1911, Madero est élu président de la R […] Lire la suite

VILLA FRANCISCO, dit PANCHO (1878-1923)

  • Écrit par 
  • Annick LEMPÉRIÈRE
  •  • 841 mots
  •  • 2 médias

La légende a longtemps attribué à Pancho Villa, héros du panthéon mexicain, les débuts d'un « bandit social » très populaire. La réalité est plus prosaïque. Né au Rancho de la Coyotada, dans l'État de Durango, de son vrai nom Doroteo Arango, métayer dans un grand domaine, il mène dès son adolescence la vie d'un petit hors-la-loi, ce qui lui vaut d'être versé dans la troupe. Déserteur en 1902, il a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Annick LEMPÉRIÈRE, « ZAPATA EMILIANO (1879 env.-1919) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/emiliano-zapata/