DÉMENCE PRÉCOCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancien nom de la schizophrénie. Kraepelin (1855-1926) choisit cette expression en 1883 pour désigner des « démences » observées chez des jeunes gens ; en 1896, il rapporta ces cas à l'hébéphrénie de Kahlbaum-Hecker ; enfin, en 1899, il reprit le terme pour nommer une maladie mentale incurable, évolutive, vaguement parallèle à la paralysie générale, et dont il proposa de faire une entité opposée point par point à la folie circulaire de Falret, ou psychose maniaco-dépressive, qu'il considérait comme curable. Le regroupement de la démence précoce était nécessaire, puisqu'elle risquait d'éclater en ses formes cliniques, décrites comme des maladies autonomes : l'hébéphrénie de Hecker, la catatonie de Kahlbaum et la démence paranoïde décrite par Kraepelin lui-même en 1893. Ce regroupement était légitime, bien que peut-être trop large puisqu'il englobait des délires systématisés ; mais surtout le nom était malheureux, puisqu'il ne s'agissait pas là d'une démence au sens technique du mot et que la maladie n'apparaît pas toujours tôt dans la vie. Aussi la plupart des auteurs se rallièrent-ils à la dénomination de schizophrénie proposée par Bleuler (1857-1939) en 1911.

Quelques psychiatres français (Claude, Heuyer) ont gardé l'expression pour désigner des formes de schizophrénie apparaissant précocement sur un terrain dégénératif, évoluant avec une relative rapidité et s'accompagnant d'atrophie cérébrale repérable par l'encéphalogramme. Jung avait écrit en 1906 une étude sur la psychologie de la démence précoce : un complexe à affect puissant produit une psychotoxine qui agit sur le cerveau, lequel ne s'oppose plus au retour du refoulé. Ce travail, probablement le premier essai d'un psychanalyste sur les psychoses, ne vainquit pas le scepticisme de Freud envers ce genre de recherche.

—  Georges TORRIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉMENCE PRÉCOCE  » est également traité dans :

BLEULER EUGEN (1857-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 315 mots

Psychiatre suisse, né à Zurich, professeur de psychiatrie à l'université de sa ville natale et directeur du célèbre hôpital psychiatrique du Burghölzli. Marqué par les travaux de psycho-physiologie de Wundt et par les idées de Freud, qui lui furent transmises par Jung, alors son assistant, Eugen Bleuler est surtout connu par sa mise en question du concept nosologique de « démence précoce ». Il cr […] Lire la suite

KRAEPELIN EMIL (1856-1926)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 546 mots

Psychiatre allemand né à Neustrelitz (Mecklembourg), Kraepelin fut élève de Wundt et de Gudden. Professeur de psychiatrie à Dorpat en 1886, puis à Heidelberg en 1890, et enfin en 1903 à Munich, il dirigea pratiquement jusqu'à sa mort la Königlische Psychiatrische Klinik. Dans son enseignement et par les neuf éditions successives de son Traité de psychiatrie ( Psychiatrie : ein Lehrbuch für Studie […] Lire la suite

MOREL BENEDICT AUGUSTIN (1809-1873)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 334 mots

Psychiatre français. Après des études classiques et religieuses à Luxembourg, Morel commence sa médecine à Paris, où il a comme condisciples Claude Bernard et Ernest Lasègue. Il apprend la psychiatrie avec J.-P. Falret et G. Ferrus. Il est nommé médecin-chef de l'asile de Maréville près de Nancy en 1848, puis de l'asile de Saint-Yon près de Rouen en 1856. Surtout célèbre par son Traité des dégéné […] Lire la suite

PARANOÏA

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 3 137 mots

Dans le chapitre « Histoire nosographique »  : […] En France, la paranoïa correspondait au délire de persécution décrit par C. Lasègue. Cette entité nosologique, apparue en 1852, trouvait son origine dans certaines formes de «   mélancolies » ou délires partiels de P. Pinel, et se situait dans le cadre des «   monomanies » créé par J. E. Esquirol pour bien distinguer la mélancolie, ou lypémanie (délire triste), des délires monomaniaques dont la mo […] Lire la suite

SCHIZOPHRÉNIE

  • Écrit par 
  • Maurice BAZOT, 
  • Gilles DELEUZE
  •  • 6 973 mots

Dans le chapitre « Le groupe des schizophrénies de Bleuler »  : […] À la suite de Kraepelin, les psychiatres du début du xx e  siècle contestent de plus en plus la réalité du critère d'« affaiblissement démentiel ». Sous ce masque de pseudo-démence se cachent en fait : une « discordance psychique » pour P. Chaslin, une « ataxie intrapsychique » pour E. Stransky, une « coupure » dans le fonctionnement de l'esprit, une dislocation de la vie psychique, une division e […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges TORRIS, « DÉMENCE PRÉCOCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/demence-precoce/