Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ELOI PRUYSTINCK (XVIe s.)

Proches de ceux que Calvin appellera les Libertins spirituels, les loïstes ou partisans d'Eloi Pruystinck propagent à Anvers, de 1525 à 1544, l'idée que l'esprit anéanti en Dieu permet d'identifier à la volonté divine la recherche des plaisirs sans contrainte ni culpabilité.

En 1525, Eloi Pruystinck, « couvreur d'ardoyse », quitte Anvers pour Wittemberg, où il espère convaincre Luther et Melanchthon de la justesse de ses thèses. Scandalisé par les propos de son interlocuteur, Luther le dénonce dans une lettre aux réformés anversois. Arrêté en 1526 et condamné, avec neuf de ses amis, à la pénitence publique, Eloi, sous le couvert d'une feinte dévotion, propagera impunément ses idées jusqu'en 1544. Le procès qui lui est alors intenté relève les noms de Christophe Hérault, un bijoutier français, Jean Davion, un riche bourgeois, Jan Dorhout, un regrattier, Germaine Bousseraille, un paysan pauvre, Gabriel Van Hove, un riche marchand de poissons, le peintre et faïencier Henri de Smet et Dominique d'Uccle, « écrivain de tous leurs livres ». Des loïstes, estimés alors à plusieurs milliers, beaucoup s'exileront en Angleterre où, un siècle plus tard, leur doctrine aura cours parmi les ranters. Le suicide de Dominique et l'exécution des accusés mettent fin à l'existence du groupe, mais son influence se perpétue jusqu'à la fin du xvie siècle en Flandre, en Hollande et en Allemagne.

La Summa doctrinae, peut-être rédigée par Raymond Poullain à l'intention de Calvin, et la lettre de Luther éclairent sur les opinions des loïstes, en l'absence de trace de leurs brochures. Dieu étant bonté et non justice, ils s'identifient à lui en annihilant leur libre arbitre. Ils rejettent le péché, la résurrection et l'autorité de l'Église ; et ils assimilent la foi à la nature qui enseigne « à faire à mon prochain ce que je voudrais qu'il me fît ». Un chroniqueur dénonce « leurs opinions impies, agréables au monde et à la chair, et qui tournaient en dérision la religion catholique romaine aussi bien que la réformée » (voir J. Frederichs, De Sekte der Loïsten, Gand, 1891 ; R. Vaneigem, Le Mouvement du Libre-Esprit, Paris, 1986).

— Raoul VANEIGEM

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • DENCK JOHANNES ou HANS (1500-1527)

    • Écrit par Raoul VANEIGEM
    • 784 mots

    Proche des anabaptistes, dont il s'éloigne cependant par son mysticisme, Denck apparaît, à bien des égards, comme un précurseur de la libre-pensée. En butte à l'animosité de tous les partis, il dégage de son propre scepticisme une attitude chrétienne débarrassée de la rigueur des dogmes et fondée...

  • LIBRE-ESPRIT MOUVEMENT DU

    • Écrit par Raoul VANEIGEM
    • 3 154 mots
    ...un hédonisme débarrassé du péché et des contraintes civiles et religieuses. En 1544, la persécution atteint les loïstes, dénoncés par Luther. Eloi Pruystinck est brûlé, mais nombre de ses partisans passent en Angleterre où leur influence se perpétuera jusqu'au milieu du xviie siècle,...

Voir aussi