CARTAN ÉLIE (1869-1951)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Calcul différentiel extérieur

Ces derniers résultats utilisent la théorie des formes différentielles extérieures ; cette théorie (aujourd'hui classique et d'une très grande utilité en mathématiques et en physique) est au centre de l'œuvre de Cartan. Partant de l'algèbre extérieure de Grassmann et généralisant les formes de Pfaff, Cartan a introduit (vers 1900) les formes différentielles extérieures et l'opérateur d de différenciation extérieure qu'il a utilisés pour établir les équations de structure des groupes de Lie, des « groupes infinis », pour formuler la théorie du repère mobile et des « espaces généralisés » (courbure, torsion d'une connexion). Les formes différentielles sont des éléments d'intégrales multiples et leur introduction a permis l'énoncé précis de la formule de Stokes. À partir de ces formes, Cartan a développé sa théorie des invariants intégraux (notamment dans son livre paru en 1922), généralisant les résultats de Poincaré, et donnant ainsi à la mécanique analytique une impulsion nouvelle. En s'appuyant sur les théorèmes de G. de Rham reliant l'homologie d'une variété à la cohomologie des formes différentielles (l'opérateur d vérifie d2 = 0), Cartan utilise les formes différentielles invariantes sous l'action d'un groupe, pour étudier les propriétés globales des espaces homogènes et groupes de Lie (voir ci-dessus).

Cartan a étudié les systèmes différentiels : d'abord les systèmes de Pfaff (vers 1900), puis, à la suite des travaux de Kähler, les systèmes extérieurs de degré quelconque (dans son livre sur les systèmes différentiels paru en 1945). Il développe sa théorie de l'involution (un système Σ est involutif s'il existe une chaîne E1 ⊂ ...⊂ En d'éléments de contact intégraux de Σ) ; pour les systèmes analytiques, on a le théorème d'existence de Cartan-Kähler (de caractère local), associant à une chaîne d'éléments de contact intégraux une chaîne de variétés intégrales. Cette théorie est liée également à la théorie du problème d'équivalence locale (c'est-à-dire de l'isomorphisme local de structures d'« espace généralisé »). De grands progrès o [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CARTAN ÉLIE (1869-1951)  » est également traité dans :

ANALYSE MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 8 744 mots

Dans le chapitre « Groupes de Lie et espaces fibrés »  : […] Vers le milieu du xix e  siècle, à côté des groupes de permutations d'ensembles finis, introduits au début du siècle par Cauchy et Galois, on est peu à peu amené, dans des problèmes de géométrie, ou en vue d'intégration d'équations différentielles ou aux dérivées partielles, à considérer des groupes dont les éléments sont des transformations d'un espace R n ou d'une portion de cet espace, la loi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analyse-mathematique/#i_30249

ESPACE, mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc SCHLENKER
  •  • 1 669 mots

Dans le chapitre « De la géométrie projective aux espaces symétriques »  : […] À la Renaissance, l'invention de la perspective, par des peintres comme Piero della Francesca (1410-1492), Léonard de Vinci (1452-1519) ou Albrecht Dürer (1471-1528), conduit à étudier les projections sur un plan, depuis un point usuel ou « à l'infini ». Les notions qui émergent alors sont formalisées en 1636 par Girard Desargues, dans le cadre nouveau de la géométrie projective. Desargues ajoute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-mathematique/#i_30249

GROUPES (mathématiques) - Groupes de Lie

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 10 813 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Algèbres semi-simples complexes et leurs formes réelles »  : […] Dans le chapitre 6, en partant de l' algèbre de Lie d'un groupe semi-simple compact, on a obtenu, en la complexifiant, une algèbre de Lie semi-simple complexe. Ce processus admet une réciproque, qui établit une correspondance biunivoque entre groupes connexes semi-simples complexes et groupes connexes semi-simples compacts . L'unique méthode connue pour établir ce fait est due à Killing et É. C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupes-mathematiques-groupes-de-lie/#i_30249

Voir aussi

Pour citer l’article

Paulette LIBERMANN, « CARTAN ÉLIE - (1869-1951) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/elie-cartan/