ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire)L'Égypte ptolémaïque

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La famille des Lagides

Aux ressources des documents épigraphiques ou papyrologiques, des auteurs tels que Strabon et Diodore de Sicile (ier s. apr. J.-C.) viennent ajouter de précieux renseignements. En sorte qu'on connaît bien la famille des Lagides (souvent aussi cruelle que celle des Atrides), qui gouverna l'Égypte durant trois siècles. Cette monarchie, en son principe, était héréditaire, le fils aîné devant succéder à son père. Des intrigues de cour violèrent ce principe : ainsi, Ptolémée Ier Sôter arracha à son fils Ptolémée Kéraunos la succession au trône d'Égypte, pour imposer un bâtard légitimé, le futur Ptolémée II Philadelphe. Plus souvent encore, le crime devint une règle de succession et de gouvernement : ainsi Ptolémée IV Philopator n'hésita pas, pour affermir son pouvoir, à assassiner son oncle Lysimaque, sa mère Bérénice II, son frère Magas, sa sœur-épouse Arsinoé III. À défaut du crime, la guerre opposa fréquemment les enfants royaux, tels les descendants de Ptolémée V Épiphane : Ptolémée VI Philométor, Ptolémée VIII Évergète II, Cléopâtre II. Tels aussi les deux fils de Ptolémée VIII Évergète II : Ptolémée IX Sôter II et Ptolémée X Alexandre Ier, entre lesquels leur mère Cléopâtre III, nièce et seconde épouse de Ptolomée VIII Évergète II, sema la discorde. Les drames de palais sont un des traits de la dynastie lagide et des bouleversements dont elle fut le théâtre. Ptolémée VIII Évergète II, par exemple, n'hésita pas à épouser la reine quadragénaire, sa sœur, veuve de son frère Philométor, et à assassiner le fils de celle-ci, son neveu Eupator ; puis il imposa à sa femme la présence de la favorite Irène ; enfin il fit violence à la fille de sa femme, qui était aussi deux fois sa nièce et qui devint son épouse ; finalement, il se réconcilia, par calcul, avec la vieille reine, contrainte d'oublier le meurtre horrible du prince Memphitès, qu'elle avait eu du roi. Ces turpitudes n'empêchèrent pas ce souverain de dédier, dans l'île de Philae, un temple à Aphrodite, en son nom et au nom de la reine Cléopâtre, tout ensemble sa sœur et son épouse. Par une sorte d'ironie de l'histoire, cette dédicace à Aphrodite inaugure au bord du Nil la monarchie de femmes que deviendra après sa mort la dynastie des Ptolémées, tant il est vrai que, dans cette Égypte du iie siècle avant J.-C., selon le mot de Diodore, la reine avait plus de pouvoir et était plus respectée que le roi. La plus originale de ces reines lagides devait être, sans conteste, l'illustre Cléopâtre VII, fille de Ptolémée XII Néos Dionysos Aulète, épouse de César puis de Marc Antoine, dernière souveraine de l'Égypte ptolémaïque.

Le dernier rejeton des Ptolémées devait être le fils de César. Né en 47 avant J.-C. et assassiné en 30, il faudrait l'appeler Ptolémée XV, puisque Cléopâtre épousa successivement ses deux frères, d'abord Ptolémée XIII, né vers 61 et roi de 51 à 48, puis Ptolémée XIV, né vers 59 et roi de 48 à 44. Ce dernier périt lors de la bataille du Nil, noyé avec les hommes qui s'étaient imprudemment entassés sur un bateau. Pour qu'Alexandrie comprenne qu'il était vainqueur de ce Ptolémée, César, selon Florus et Orose, aurait envoyé dans la ville la cuirasse d'or du souverain. Quant aux jumeaux que Cléopâtre eut d'Antoine, Alexandre Hélios et Cléopâtre Séléné, ils figurèrent en 29 au triomphe d'Octavien (Auguste), avant de finir de façon obscure, loin du royaume lagide. On ne sait trop ce que devint le troisième enfant de Cléopâtre et d'Antoine, Ptolémée XVI Philadelphe. Le sort d'Alexandre Hélios nous échappe après qu'il eut trouvé asile et famille, ainsi que sa sœur et son frère cadet, chez la première femme d'Antoine, Octavie. Cléopâtre Séléné épousa Juba, roi de Numidie, qui régna ensuite sur la Mauritanie. Par un étrange détour du destin, le fils de ce mariage, Ptolémée XVII, qui succéda à son père vers 19 après J.-C., fut assassiné par Caligula, lui aussi descendant d'Antoine. Quant au trône d'Égypte, il fut laissé, ainsi que celui de Rome, à Tibère, fils adoptif d'Auguste, en 14 après J.-C.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Dijon

Classification

Autres références

«  ÉGYPTE ANTIQUE  » est également traité dans :

ÉGYPTE ANTIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 1 614 mots

Lorsque, au vie siècle de notre ère, l'empereur Justinien fit amener à Constantinople les statues d'Isis qu'on adorait encore dans l'île de Philae, à la première cataracte, lorsqu'il emprisonna les derniers prêtres de la déesse, il semblait vraiment que la civilisation de la vieille Égypte était bel et bi […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte pharaonique

  • Écrit par 
  • François DAUMAS
  •  • 12 253 mots
  •  • 17 médias

L'Égypte est une étrange réalité géographique. Tout s'y fait au contraire des autres pays, remarque Hérodote. C'est une longue oasis verdoyante d'une fertilité extraordinaire. Mais, hors de la plaine qui borde le fleuve, c'est un terrain d'une affreuse aridité, qui commence de manière si abrupte qu'on peut avoir un pied dans les cultures et l'autre dans le […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte romaine et byzantine

  • Écrit par 
  • André BERNAND
  •  • 3 628 mots
  •  • 1 média

Après la mort de Cléopâtre, en 30 avant J.-C., l'Égypte passe au pouvoir d'Auguste et du même coup sous la domination romaine : elle devait y rester six siècles, c'est-à-dire jusqu'à la conquête arabe marquée en 640 après J.-C. par la prise de Babylone et en 641 par la chute d'A […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 481 mots
  •  • 9 médias

Préparée par les travaux des savants de l'expédition d'Égypte (menée par Bonaparte en 1798-1799), amorcée par les découvertes de voyageurs érudits célèbres, tels Champollion (qui, en 1828-1829, remonta le Nil jusqu'à la deuxième cataracte) puis le Prussien Lepsius (qui, de 1842 à 1845, visita de nombreux sites, s'avançant loin dans ce qu'on appelait alors l' […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La religion

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 11 373 mots
  •  • 24 médias

Lorsque, en 384 de notre ère, l'édit de Théodose ordonna la fermeture des temples de la vallée du Nil, la religion égyptienne était vieille de plus de trois millénaires et demi. C'est donc l'une des plus longues expériences religieuses de l'humanité, pendant laquelle des hommes ont adoré les mêmes dieux, adhéré aux mêmes croyances funéraires, accompli les mêmes rit […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'écriture

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 4 057 mots
  •  • 9 médias

L'écriture égyptienne apparaît en même temps que l'unification du pays, vers 3100 avant J.-C., et se développe rapidement. Ce n'est pas un hasard. La civilisation, en Égypte, dépend étroitement du Nil, car elle repose sur la bonne utilisation des eaux du fleuve. En effet, celles-ci seraient insuffisantes si l'ino […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 7 500 mots
  •  • 2 médias

Si l'on peut se demander quelle est la première civilisation qui a inventé et employé l'écriture comme moyen d'échange, en revanche on peut affirmer que c'est dans la vallée du Nil que fut créée la plus ancienne littérature écrite attestée à ce jour. L'Égypte est par excellence la terre des scribes.La civilisation égyptienne étant prise dans un système d'intégration cosmique qui, sur terre, culmin […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'art

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 11 450 mots
  •  • 30 médias

Selon la tradition des annales de l'Égypte ancienne, dont les auteurs grecs se sont fait l'écho, le premier pharaon, responsable de l'unification du pays, se serait appelé Ménès, nom ignoré des sources archéologiques datant des débuts de l'histoire. Aussi s'est-on longtemps posé la question de sa véritable identité. Le […] Lire la suite

Pour citer l’article

André BERNAND, « ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte ptolémaïque », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-histoire-l-egypte-ptolemaique/